in

La bipolarité : pourquoi c’est si compliqué ?

Partager

 

Image crédit : Pixabay

La bipolarité : pourquoi c’est si compliqué ?

Je vais vous parler de la Bipolarité afin de vous donner un aperçu du quotidien de celui qui porte en lui la maladie mais aussi et surtout le courage de ceux qui l’accompagne jour après jour avec une humilité digne des plus grands héros.

La Bipolarité n’est pas une maladie comme les autres car elle se noie dans un quotidien qui ne la perçoit pas comme il le faudrait.

Une personne atteinte de Bipolarité peut avoir une vie qui s’apparente à celle de la majorité de la population. Il est possible de travailler, d’avoir une vie famille, des amis et une vie sociale. De l’extérieur tout semble bien se passer car le bipolaire donne le change et l’illusion que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.

« Illusion » voilà bien un mot qui reflète ce que le bipolaire s’efforce de montrer à la face du monde : Il faut donner l’illusion que tout va bien parce que « en vrai » tout ne va pas si bien que ça …. En donnant l’illusion, il est possible de cacher toute la douleur interne propre à la maladie. Il va préférer s’exprimer haut et fort pour donner l’illusion d’être la « grande gueule de service ». Il va tenter de donner le change en travaillant d’arrache-pied afin de donner l’illusion d’être un travailleur et sérieux et rigoureux. Il sera omni présent dans l’éducation parental parce qu’il faut donner l’illusion d’être un parent modèle.

Le Bipolaire construit son monde par des « il faut ». Se créant une charte de bonne conduite pour que le monde extérieur puisse adhérer à cette mascarade qu’est sa vie. Tel un acteur dans un one man show il va gérer de A à Z tout son système de représentation. Si les autres se laissent berner, alors peut être que, finalement, la maladie n’est pas si omniprésente….  Alors peut être que finalement, il n’est pas si perdu ….

Son entourage peut le décrire comme stressé ou un peu angoissé…. La bonne blague, ce n’est pas du stress ou de l’angoisse mais un tsunami de sentiments dévastateurs qui le submerge de la tête au pied 365 jours par an , et ce, sans prendre de vacances… Parfois des accalmies peuvent poindre le bout de leur nez mais elles deviendront trop rapidement des sujets de peurs chez le Bipolaire.

Il est le pantin de ses émotions qui le font virevolter au gré des événements. A force il apprend comment se calmer, il sait se raisonner et trouver les mots pour s’apaiser. Mais ce temps d’accalmie est le calme avant la tempête. Et cette dernière ne cesse jamais et va le laisser dépourvu de force, d’envie et de courage.

Annonce

Le Bipolaire prend des médicaments pour trouver un certain apaisement. Cela lui permet de donner le change face à un quotidien qui lui demande de rentrer dans le moule de la normalité. Il lui arrive d’oublier cette posologie qui lui donne l’étiquette de la non-normalité. Il veut se sentir comme tout le monde malgré la douleur qui l’inonde.

Ceux qui vivent avec une personne atteinte de Bipolarité sont à ériger au nom d’héros ! Pour vivre à leurs côtés il faut allier patience, calme et compréhension tout en restant méfiant car un coup de Trafalgar n’est jamais bien loin. Il peut sembler compliqué de lui  faire confiance car il  change tellement d’avis qu’il est à se demander s’il ne joue pas un rôle. Mais ce rôle fait partie intégrante de lui car la maladie le scinde en deux :  l’un se bat contre l’angoisse et  l’autre se noie dans l’angoisse. Il s’en reflète un langage qui peut partir dans les tours sans logique.

Comment faire me direz-vous ? En termes de rapport humains, les recettes de cuisines ne fonctionnent pas. Je vous dirais qu’il faut aimer pour rester. Avec du temps et énormément de patience vous allez arriver à dompter toutes ses peurs afin qu’il arrive à se relâcher et se sentir mieux en votre compagnie. Vous allez devoir être patient car son changement de comportement peut surgir sans prévenir. Vous allez vous sentir comme un étranger, vous allez vous demander s’il faut rester. Vous allez douter ce votre histoire car le Bipolaire peut tout détruire lors de ses crises.

Vivre avec un Bipolaire c’est prendre le temps d’apprendre à connaître sa structure psychique afin de pouvoir anticiper les crises. Vous allez apprendre à connaître ses multiples facettes. Vous allez vous battre seul pendant bien longtemps mais petit à petit comme l’oiseau fait son nid, il va apprendre à vous aimer, à lâcher ses peurs, à accepter ses faiblesses et à être une personne qui,  au final ne s’en sort pas trop mal.

La Bipolarité est une maladie invisible qui fait beaucoup de dégâts chez celui qui la porte. Il est impératif d’avoir des médicaments adéquats et un suivi psychiatrique qui vont calmer les crises à venir. Si ces deux composants sont présente, il lui est possible d’avoir une vie belle et paisible.

thumbnail_jess
Biographie 
Coach en développement  personnel et experte en relation amoureuse,  je dispose des techniques pour pouvoir vous aider rapidement et efficacement.
Prenez-vous en main !
Devenez acteur de votre vie !
Décidez au lieu de subir !
Je suis là pour vous .
Jess
Sa page : https://www.facebook.com/jessetvous/
Son site : https://jessetvous.fr/
Annonce

1.9/5 - (32 votes)

Publié par Jess etvous

Coach en développement personnel et experte en relation amoureuse, je dispose des techniques pour pouvoir vous aider rapidement et efficacement. Prenez-vous en main ! Devenez acteur de votre vie !
Décidez au lieu de subir ! Je suis là pour vous .
Jess

8 Commentaires

Laisser un commentaire
  1. Je suis bipolaire .j’ai vécu des stunami. J’ai eu a chance d’être très bien entourée, un mari formidable qui n’a jamais paniqué. J’ai un très bon suivi et depuis près de dix ans mes troubles sont stabilisés. Je ne souffre plus du tout.Je ne vacille pas entre crises maniaques et dépression. J’ai fait un très gros travail sur moi en plus des médicaments et cela a payé. On peut s’en sortir. Avant effectivement j’essayais de faire illusion alors que je vivais des émotions intenses en permanence, une terrible souffrance sans parler des insomnies chroniques caractéristiques de cette maladie. Maintenant je sors grandie de tout cela et je suis en mesure de comprendre les autres et d’être une oreille bienveillante. Bien suivie , on peut vivre normalement. C’est ce message que je veux transmettre.

  2. Texte intéressant sur la bipolarité ! Ayant une nièce souffrant de cette maladie je sais que c’est difficile à vivre. La maman était sans cesse derrière elle car elle pouvait avaler des cachets à tout moment. Elle a fait plusieurs tentatives de suicide. Puis elle s’est mariée et a eu beaucoup de chance de connaître un garçon très bien et compréhensif.

  3. J’ai vécu avec une bipolaire, elle a fait une tentative de meurtre sur moi, elle s’est inventé des faits qui n’existait pas pour pouvoir divorcer, me ruiner, et me faire perdre mes enfants. Alors maintenant je ne souhaite qu’une chose pour protéger les autres c’est qu’elle meure ou qu’elle soit enfermée à vie. Je dois encore témoigner contre elle car elle essaye de détruire un jeune de 20 ans sur de fausses accusations. Ce n’est peut être pas facile pour eux, mais c’est dangereux pour les autres.

    • Bonjour monsieur, je ne souhaite vous répondre qu’une chose, nul besoin de souffrir de trouble bipolaires pour être aussi machiavélique. Pour ma part, je souffre de cette maladie, mais croyez moi, mon ex compagnon est bien plus dangereux pour les autres que je ne le serais jamais. Je mets ma main au feu que votre ex compagne ne se soignait pas correctement. C’est la pourtant tout le secret d’une vie belle et heureuse. Bien des gens dans ce monde ne présentent aucune pathologie, mais pour certain ils peuvent être bien plus dangereux, soyez en certain ! Et quand une peine comme moi est victime d’un pervers alors croyez moi, s’en remettre est mille fois plus douloureux que pour vous. Je vous souhaite bon courage, mais nous ne sommes pas une généralité.

  4. Je suis stupéfaite je viens de vous lire péniblement je vous lis par hasard comment vous arrivez sur mon Ordi aucune idée mais n’importe que votre article me touche profondément beaucoup de questions intérieures me passent à l’esprit….même dans ma tête…oui j’ai cette angoisse que ma vie est une foule d’absences ou de pertes de mémoire incontrôlables

  5. Celui qui parle fort ne parle pas nécessairement juste car « La connaissance s’acquiert par l’expérience, tout le reste n’est que de l’information » Albert Einstein. Vos propos me choquent. Pour qui vous prenez-vous pour écrire ainsi ? Avez-vous expérimenter au fond de votre être ce que sont véritablement les troubles bipolaires ? Avez-vous conscience de la stigmatisation que vous créez sur des êtres humains en écrivant cet article illusoire ? Jess, avant d’être coach en développement personnel et experte en relation amoureuse, il faut avoir conscience de ses propres faiblesses pour ne pas les projeter sur les autres…notamment se croire supérieur aux autres. En tant que coach de vie, j’accompagne des personnes en souffrance psychique, peu importe l’étiquette sociale ou psychiatrique, puisqu’il s’agit avant tout d’un mal-être en tant que tel notamment lié à l’environnement. Jess, ce mal-être serait en partie atténué si on respectait ces personnes comme il se doit en les traitant avant tout comme des êtres humains et non comme des malades psychiatriques ou comme des « Bipolaires ».

    • Madame, merci mille fois de votre intervention. Je trouve cet article injurieux, sans aucun fondement et totalitaire ! Merci de remettre les choses à leur place

  6. Je trouve cet article irrespectueux des personnes souffrant de troubles bipolaires. Arrêtons de les stigmatiser et de les décrire comme des malades psychiatriques et des fous dangereux. Ce sont avant tout des être humains avec des richesses et des faiblesses comme tout le monde. Soyons humbles et réalistes, juger sans savoir et se mettre dans la position de victime de l’autre, créé de l’injustice ainsi que de l’intolérance. La stigmatisation sociale des personnes différentes est une calamité et produit de la souffrance humaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pourquoi instaurer un rituel matinal ?

Pourquoi sommes-nous si réticents au changement ?