« PENSER POSITIF? IMPOSSIBLE J’AI QUE DU NÉGATIF EN TÊTE… »

 

POSITIF

Image crédit : Pixabay

« PENSER POSITIF? IMPOSSIBLE J’AI QUE DU NÉGATIF EN TÊTE… »

Avoir des pensées positives, devenir positif, le rester… C’est bien beau tout ça mais concrètement comment on fait?

Être positif est en fait quelque chose qui s’apprend !

Commentaire?

Je vais vous expliquer tout ça en détail dans cet article.

« Penser positif? Impossible j’ai que du négatif en tête… »

C’est sûr… quand on est pas au top, on a plus facilement accès à des idées négatives, des jugements rabaissants, des plaintes, des critiques… On est pas vraiment disposé à la pensée positive.

Mais tout cela peut changer.

Vous n’allez pas devenir un « maître du positif » du jour au lendemain, ce serait trop facile. Il y a par contre un processus, une sorte de méthodologie à suivre qui peut vous permettre de devenir positif petit à petit, et de le rester.

La positivité est un peu comme un muscle.

Si vous ne l’entraînez pas, il va logiquement rester faible. Au contraire, si vous l’entraînez et que vous l’exercez régulièrement, ce « muscle va se renforcer » et votre aptitude à être positif et à penser plus positivement va s’accroître. Couper l’accès aux pensées négatives

Mon premier conseil n’est peut-être pas celui auquel vous vous attendiez, mais c’est selon moi le plus important : avant de pouvoir commencer à être positif, vous devez arrêter de nourrir votre esprit de négatif !!

Arrêter de nourrir votre esprit négativement

Qu’est-ce que j’entends par « nourrir son esprit de négatif? »

Nous avons environ 50 000 pensées par jour. Certaines proviennent de l’intérieur de notre tête et sont donc difficiles à gérer… Elles demandent un véritable travail intérieur, grâce à la méditation par exemple.

Par contre, un grand nombre de pensées négatives viennent de l’environnement extérieur. Et sur celles-ci, il est très simple d’agir!

Comme je l’explique dans l’article sur les aliments anti-stress, si on mange mal, on se sent mal. Et bien avec l’esprit, c’est le même principe : si on le « nourrit » mal (avec des regrets, de la peur, de la violence, des pensées négatives..), on se sent mal.

Quelques exemples de « nourriture négative » pour l’esprit?

  • Comment vous sentez-vous quand quelqu’un de votre entourage n’arrête pas de critiquer ou de se plaindre? Est ce que vous vous sentez mieux ou moins bien?
  • Comment vous sentez-vous quand vous lisez les malheurs d’un inconnu sur un forum? Leurs problèmes? Leurs symptômes? Est-ce que vous vous sentez mieux ou moins bien?
  • Comment vous sentez-vous après avoir regardé le JT de 20h? Est-ce que vous vous sentez mieux ou moins bien?
  • Comment vous sentez-vous quand 33 fois dans la même journée, vous entendez qu’il y a eu un triple meurtre, un incendie, et des inondations? Mieux ou moins bien?

La négativité est présente tout autour de nous.

Une des caractéristiques des personnes positives est qu’elles « consomment » plus de positif que de négatif. Et malheureusement, l’actualité n’est pas ce qu’on fait de mieux en terme de positivité !

Alors bien sûr je ne dis pas non plus qu’on doit tous aller vivre au fond des bois et manger des écorces 🙂 On peut suivre l’actualité, suivre des sujets qui nous intéressent, mais on n’est pas obligé de connaitre tous les malheurs du monde, tout le temps. Cela n’aide vraiment pas à rester positif.

Cela plombe notre moral … car le négatif est contagieux.

On a déjà beaucoup à faire avec notre propre négativité et avec celle de notre entourage… Alors pas besoin de s’handicaper encore plus !

Essayez de faire une « diète médiatique »

Pendant 1 mois, arrêtez de suivre l’actualité, et voyez si vous vous portez mieux ou moins bien (mais je crois que vous connaissez déjà le résultat). Ne suivez plus l’actualité pendant 1 mois, puis regardez à nouveau un JT. Attention, je vous préviens tout de suite, la prise de conscience peut être violente. Vous ressentirez peut-être un flot de négativité vous envahir… c’est pour ma part ce que je ressens quand je regarde un JT à nouveau, ou quand je tombe par hasard sur un flash info à la radio.

D’ailleurs faites-moi confiance : s’il y a vraiment quelque chose d’important qui se passe, vous en entendrez rapidement parler par quelqu’un de votre entourage.

Source : guerir-l-angoisse-et-la-depression.fr,

Jean-Charles Fricotté

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *