in

Personne n’a fait attention à l’homme qui ne lève pas le poing sur cette photo mythique. Et pourtant…

Partager

photo mythique

Peter Norman est décédé il y 9 ans. L’écrivain italien Riccardo Gazzaniga a écrit un texte très émouvant en mémoire de ce sprinter Australien dont l’histoire est méconnue, contrairement à la photo, entrée dans la légende du sport.

Préalablement publiée sur son site personnel, traduite en anglais sur GRIOT, nous avons décidé de la partager avec vous, en français.

Annonce

Prenez cette photographie mythique, par exemple. Vous la reconnaissez sans doute, elle est très célèbre et est présente dans tous les livres d’histoire : c’est le geste de rébellion de deux coureurs afro-américains, John Carlos et Tommie Smith, brandissant le poing pour protester contre la ségrégation raciale, alors qu’ils se trouvaient sur le podium après avoir couru les 200 mètres lors des Jeux Olympiques de 1968, à Mexico.

Eh bien cette photo mythique m’a trompé, pendant très longtemps… Et il est probable qu’elle vous ait trompé, vous aussi.

J’ai toujours vu cette photo comme une image extraordinairement puissante de deux hommes de couleur, pieds nus, tête baissée, leur poing ganté de noir brandi vers le ciel tandis que l’hymne national Américain retentissait.  J’ai toujours vu dans cette image un geste symbolique fort pour défendre l’égalité des droits pour les personnes de couleur, dans une année notamment marquée par la mort de Martin Luther King et de Bobby Kennedy.

J’ai toujours vu dans cette image une photographie historique de deux hommes de couleur.

Et c’est pour ça, sans doute, que je n’ai jamais vraiment fait attention à ce troisième homme. Un blanc, immobile, figé sur la deuxième marche du podium. Il ne brandit pas le poing en l’air. J’ai toujours vu dans ce troisième homme une sorte d’intrus, une présence en trop, arrivé là un peu par hasard et malgré lui.
En fait, je pensais même que cet homme représentait, dans toute sa rigidité et son immobilité glacée, l’archétype du conservateur blanc qui exprime le désir de résister à ce changement que Smith et Carlos invoquaient en silence derrière lui.

Annonce

Mais je me trompais. Pire que ça : je ne pouvais pas mieux me tromper.

La vérité, c’est que cet homme blanc sur la photo, celui qui ne lève pas le bras, est peut-être le plus grand héros de ce fameux soir d’été 1968.

Il s’appelait Peter Norman, il était australien et ce soir-là, il avait couru comme un dingue, terminant la course avec un temps incroyable de 20 s 06. Seul l’Américain Tommie Smith avait fait mieux, décrochant la médaille d’or tout en inscrivant un nouveau record du monde, avec un temps de 19 s 78. Un deuxième Américain, un certain John Carlos, se trouvait sur la troisième marche avec seulement quelques millisecondes d’écart avec Norman.

En fait, on pensait que la victoire se départagerait entre les deux américains. Norman, c’était un coureur inconnu, un outsider, qui a soudain eu un coup de fouet inexpliqué dans les derniers mètres et s’est retrouvé propulsé sur le podium. Cette course, c’était la course de sa vie.

Annonce

Pourtant, le plus mémorable ne fut pas la performance en elle-même, mais bien les événements qui s’ensuivirent pendant la montée des coureurs sur le podium après la course.

Smith et Carlos allaient bientôt montrer à la face du monde entier leur protestation contre la ségrégation raciale. Ils se préparaient à faire quelque chose d’énorme, d’un peu risqué également, et ils en avaient conscience.

Norman, lui, était un blanc d’Australie. Oui, d’Australie : un pays qui avait à l’époque des lois d’apartheid extrêmement strictes, presque aussi strictes qu’en Afrique du Sud. Le racisme et la ségrégation étaient extrêmement violents, non seulement contre les Noirs mais également contre les peuples aborigènes.

Les deux afro-américains ont demandé à Norman s’il croyait aux droits humains. Norman a répondu que oui.

« Nous lui avions dit ce que nous allions faire, nous savions que c’était une chose plus glorieuse et plus grande que n’importe quelle performance athlétique, » racontera plus tard John Carlos.  « Je m’attendais à voir de la peur dans les yeux de Norman… Mais à la place, nous y avons vu de l’amour. »

Norman a simplement répondu : « Je serai avec vous ».

Peter Norman, le « troisième homme »

Smith et Carlos avaient décidé de monter sur le podium pieds nus pour représenter la pauvreté qui frappait une grande partie des personnes de couleur. Ils arboreraient le badge du Projet Olympique pour les Droits de l’Homme, un mouvement d’athlètes engagés pour l’égalité des hommes.

Mais ils ont bien failli ne pas porter les fameux gants noirs, le symbole des Black Panthers, qui ont finalement fait toute la force de leur geste.

C’est Norman qui a eu l’idée.

En fait, juste avant de monter sur le podium, Smith et Carlos ont réalisé qu’ils n’avaient… qu’une seule paire de gants. Ils allaient renoncer à ce symbole, mais c’est Norman qui a insisté, en leur conseillant de prendre un gant chacun.

Annonce

Et c’est ce qu’ils ont fait.

Si vous regardez bien la photo mythique, vous verrez que Norman porte, lui aussi, un badge du Projet Olympique pour les Droits de l’Homme, épinglé contre son cœur.

Les trois athlètes sont montés sur le podium ; le reste fait partie de l’Histoire, capturé par la puissance de cette photo qui a fait le tour du monde.

« Je ne pouvais pas voir ce qui se passait derrière moi » se souviendra plus tard Norman, « mais j’ai su qu’ils avaient mis leur plan à exécution quand la foule qui chantait l’hymne national Américain s’est soudainement tue. Le stade est devenu alors totalement silencieux. »

Cet événement a provoqué l’immense tollé que l’on sait. Les deux coureurs ont été immédiatement bannis de la discipline et expulsés du village olympique. Une fois de retour aux États-Unis, ils ont fait face à de nombreux problèmes et ont reçu d’innombrables menaces de mort.

Ce que l’on sait moins, c’est que Peter Norman, lui aussi, a subi de lourdes conséquences. Pour avoir apporté son soutien à ces deux hommes, il a dû dire adieu à sa carrière qui aurait pu être extrêmement prometteuse.

4 ans plus tard, malgré son excellence dans la discipline, il n’est pas sélectionné pour représenter l’Australie pour les Jeux Olympiques de 1972. Il ne sera pas non plus invité pour les JO qui se dérouleront dans son propre pays, en 2000.

Dégoûté, Norman a laissé tomber les compétitions athlétiques, et s’est remis à courir au niveau amateur. En Australie,  il a été traité comme un paria, un traître. Sa famille l’a renié, et il n’arrivait pas à trouver de travail à cause de cette image qui lui collait à la peau. Il a travaillé un temps dans une boucherie, puis en tant que simple prof de gym.

Après une blessure mal soignée, il a fini ses jours rongé par la gangrène, la dépression et l’alcoolisme.

Pourtant, Norman a eu pendant des années une chance de se racheter, de sauver sa carrière et d’être à nouveau considéré comme le grand sportif de talent qu’il était : Il a maintes fois été invité à condamner publiquement le geste de John Carlos et de Tommie Smith, de demander pardon, bref de se repentir face à ce système qui avait décidé de l’exclure.

Un simple pardon aurait pu lui permettre de revenir dans la discipline, et plus tard de faire partie des organisateurs des jeux olympiques de Sydney en 2000.  Mais il n’en a rien fait. Norman n’a jamais laissé ses opinions faiblir, et n’a jamais accepté de trahir les deux américains pour se « racheter ».

Annonce

Avec le temps, Carlos et Smith ont été considérés comme de véritables héros ayant défendu la cause de l’égalité raciale envers et contre tous.

En Californie, une statue a même été érigée en hommage à ces deux athlètes aux poings levés… Mais Norman ne figure pas sur cette statue.

 Gommé, supprimé de l’histoire et détesté de tout le monde, voilà ce qu’il était devenu.  Son absence semble être l’épitaphe d’un héros que personne n’avait remarqué, et que l’histoire n’aura malheureusement pas retenu.

En 2006, Peter Norman décède finalement à Melbourne, en Australie. Pendant des décennies, il a a donc été pour beaucoup « l’homme qui n’a pas levé le poing » tout en étant complètement déconsidéré par son propre pays puis, pire encore, oublié.

À son décès, les deux sprinteurs américains ont tenu à porter son cercueil. N’oublions jamais Peter Norman, héros sans gants, effacé de l’histoire, qui n’a jamais cessé de lutter pour l’égalité des hommes.

Source : Riccardo Gazzaniga

4.5/5 - (23 votes)

Publié par Clément Artois

Clément a toujours été très empathique et possède de grandes capacités d'écoute, lorsque les gens ont besoin de conseils dans leurs relations, c'est toujours vers lui qu'ils se tournent.

12 Commentaires

Laisser un commentaire
  1. C’est vrai, on avait jamais su pour cette histoire. Je suis tellement émue, ça m’a tellement touchée… Il faut que l’Histoire se rappelle de Peter Norman, c’est indéniable ! Ne jamais oublier des gens comme lui !!! On devrait ériger une statut en sa mémoire même des années plus tard… Et on aurait dû le faire de son vivant ! Je suis profondément attristée !!!

  2. Oui, Peter Norman est un héros oublié qui mérite une statue en trois même après sa mort. Suivant cette histoire, il aurait dû avoir le même mérite que ses deux amis du fait qu’il s’est dépouillé de ses privilèges jusqu’à la mort. Il n’y a pas un si grand amour que de donner sa vie pour les autres.

  3. Superbe histoire, mais raconter…..n’importe comment…
    J’ai voulu arreter de lire a plusieurs reprises…c’est dommage!
    Pourquoi tourner autour du pot pendant autant de ligne??
    on se croierait sur Télé achat!! On repete 50fois la meme chose sans dire le prix, c’est CHIANT!!! y a bien la moitié du texte qui ne sert a rien….

  4. Tout à fait en accord avec Franck
    Article tres mal écrit, j’ai même pas lu jusque la fin tellement ca ma soulé télé achat c’est trop ca mdr
    Mais c tous les meme article pareil sur conscience spirituel ça fait pas sérieux du tout

  5. Merci pour cet article. On oublie souvent que les gouvernements ne sont pas toujours la représentation du peuple et que oui, il y avait bien des blancs qui ont lutté pour l’égalité des droits de l’homme à cette époque.
    Je suis prof de gym, ou plus exactement enseignant d’éducation physique, artistique et sportive, ce qui englobe aussi la capacité à enseigner le vivre ensemble, l’acceptation de l’autre et de soi. Je pense qu’il aurait été sage d’éviter de parler de « simple prof de gym!!! » dans votre article. Enseigner la culture, en terme culturel, de l’éducation physique et sportive n’a rien de simple, et même certainement beaucoup plus compliquée qu’il n’y paraît. « Il a travaillé un temps dans une boucherie, puis en tant que simple prof de gym. »
    Merci d’éviter de dénigrer, on peut tous vivre ensemble sans se juger.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

hotel california

Cette version de « Hotel California” est incroyable, mais regardez attentivement l’homme en rouge

sans-abri

Le sans-abri a retrouvé son petit chien qui lui avait été volé, les voleurs comparaîtront devant la justice…