Il y a un “champ de force” autour du corps humain que nous pouvons ressentir

champ de force

Image crédit : pixabay.com

Il y a un “champ de force” autour du corps humain que nous pouvons ressentir

Le corps est tout simplement fascinant, et bien que nous ayons déjà fait un long chemin pour comprendre comment fonctionne notre biologie, il reste beaucoup à découvrir, et encore beaucoup à comprendre. Même avec tous nos progrès ce n’est qu’un pic mineur sur une longue route de découverte.

Comment éprouvons-nous le monde qui nous entoure ? Existe-t-il des facteurs cachés qui ne sont pas observables par l’ONU qui restent cachés à l’œil humain ? Bien sûr, il y en a. Pourquoi esquivons-nous les choses qui nous sont jetées ? Avons-nous plus de sens que ce que nous croyons, et ces sens jouent-ils un rôle ?

Des recherches menées par des scientifiques de l’Institut Karolinska à Stockholm, en Suède, ont utilisé une expérience très connue, appelée «l’illusion de la main en caoutchouc», pour démontrer que les humains peuvent détecter ce qui ressemble à un «champ de force» entre la brosse et la main en caoutchouc.

L’expérience de la main en caoutchouc fait que les gens sentent qu’une main en caoutchouc placée sur la table devant eux est la leur. Un excellent exemple de changement de perception qui est suivi d’un sentiment de désavouement de leur main réelle.

The Guardian explique : «L’illusion débute lorsque les mains réelles et fausses sont caressées au même moment et la même vitesse pendant une minute ou deux. En combinant l’information visuelle avec les sensations tactiles, le cerveau conclut par erreur que la main en caoutchouc doit faire partie du corps de la personne. Lorsqu’ils ont été interrogés sur le sentiment, les volontaires ont déclaré qu’il semblait que leur propre main avait disparu et que la fausse main était devenue la leur.”

Les participants observent une fausse main en caoutchouc tandis que leur propre main est derrière une petite cloison. Il est étonnant de voir comment le cerveau commence à croire que la fausse main est réellement la leur, et vous fait réfléchir à quoi d’autre est illusoire, mais considéré comme réel par notre cerveau. Si vous êtes intéressé par cela, vous voudrez peut-être rechercher des concepts tels que «l’univers holographique».

Voici une démonstration de l’expérience :

Dans ce cas particulier, l’expérience de la main en caoutchouc a été modifiée. Cette fois, les scientifiques ont dupliqué le test mais au lieu de toucher la fausse main, ils ont appliqué des coups de pinceau en plein air, au-dessus de la fausse main.

L’étude portait sur 101 adultes et au lieu de croire que les fausses mains sont à eux, ils ont commencé à sentir ce qui ressemble à un «champ de force» entre la main en caoutchouc et la brosse.

Bien que cela puisse paraître étrange, ce n’est pas un phénomène nouveau. Comme l’indique Huffington Post :

“La preuve neuroscientifique du phénomène a d’abord émergé à la fin des années 1990 dans les études sur les animaux. Le Michael Graziano de l’université de Princeton a enregistré l’activité électrique des neurones dans les lobes pariétal et frontal des cerveaux des singes. Ils ont constaté que certains neurones se sont activés non seulement lorsqu’ils ont été touchés par un objet, mais aussi quand il s’approchait d’eux.”

C’est tout à fait remarquable, n’est-ce pas ? Cela signifie que nous avons la capacité de sentir le monde qui nous entoure, sans l’utilisation de ce que nous croyons couramment, nos «6 sens». Nous avons clairement plus que nous ignorons.

L’étude affirme que cette sensation se poursuit à au moins 38 centimètres au-dessus de la main en caoutchouc

Arvid Guterstam du Karolinska Institute et co-auteur de l’étude a déclaré à New Scientist :

“Nous pouvons susciter cette sensation bizarre d’avoir quelque chose en plein air entre la brosse et la main en caoutchouc.”

Le phénomène a été baptisé «espace peripersonnel», utilisé pour nous aider à naviguer dans le monde physique avec sécurité.

Mais Attendez, il y a encore plus …

Davantage d’études pour compléter ce type de recherche ont émergé, ajoutant plus de confusion au puzzle. En neuroscience, il existe un terme connu sous le nom Predictive Anticipatory Activity (PAA). Plus de 40 expériences chez l’homme ont été publiées au cours des 36 dernières années (y compris: Hartwell, 1978Radin et al., 19952011Bierman and Radin, 1997Radin, 19972004Don et al., 1998Bierman, 2000Bierman and Scholte, 2002McDonough et al., 2002Spottiswoode and May, 2003McCraty et al., 2004a,bSartori et al., 2004May et al., 2005Tressoldi et al., 200520092011Radin and Borges, 2009Bradley et al., 2011)

Une étude a révélé que le corps peut détecter des événements jusqu’à 10 secondes avant qu’ils ne se produisent. L’étude a été publiée dans la revue Frontiers of Human Neuroscience intitulée «Prévoir l’imprévisible : l’analyse critique et les implications pratiques de l’activité prédictive anticipatoire» a examiné un certain nombre d’expériences concernant ce phénomène menées par plusieurs laboratoires différents.

N’oubliez pas le ministère de la Défense qui examine d’autres sens humains, de la vision à distance à la psychokinésie et plus encore. Vous en apprendrez plus sur le programme Stargate.

Source Il y a un “champ de force” : Collective-Evolution Traduction : www.anguillesousroche.com

Eleonore Dubreuil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *