TANT QU’ON REFUSE DE PARDONNER…

 

PARDONNER

Image crédit : pixabay.com

TANT QU’ON REFUSE DE PARDONNER…

Tant qu’on refuse de pardonner, on maintient volontairement un lien très fort avec la personne qui, selon nous, nous a fait du mal.

Tant que nous ne pardonnons pas, nous rétrécissons notre capacité à aimer véritablement. Nous asséchons notre cœur en gardant rancune.

Tant que nous en voulons à l’autre, c’est à nous que nous faisons du mal. Pas à l’autre.

Pardonner ne signifie pas cautionner le geste que l’autre a commis ; cela ne veut pas dire que nous oublions ce qui a été fait ; cela ne signifie pas que ce n’était pas grave ce qui s’est passé.

Non. Pardonner, cela signifie que je m’aime assez pour me libérer des liens qui m’unissent à l’autre par mon manque de pardon. Cela signifie que je choisis de ME libérer de ce qui entrave mon bonheur. Cela signifie que dorénavant, ce qui s’est passé ne conditionnera plus mon présent pour m’empêcher d’être heureux, d’être bien.

Pardonner c’est voyager léger. C’est faire preuve de maturité. C’est prendre le dessus sur notre ego qui refuse de pardonner tant que justice n’a pas été rendue, selon lui. Si on écoute notre ego dans ces cas-là, nous signons un passeport pour le malheur pour le reste de notre vie. Car notre ego refuse de pardonner, puisqu’il est toujours dans le jugement.

Peu importe l’ampleur de la faute, peu importe son occurrence, peu importe notre douleur initiale, si nous ne pardonnons pas, nous ne nous libérons pas. Et nous restons coincés au moment où ces événements se sont produits, continuant de nous faire souffrir dans le présent pour ce qui fait déjà partie du passé, mais que nous maintenons actuel en alimentant notre rancune, en revivant inlassablement les mêmes événements, en les racontant, en nous identifiant à eux. C’est ce que vous avez envie de vivre pour le reste de vos jours ?

Vous aimerez-VOUS assez pour vous libérer de ce qui vous empêche d’être heureux ? Ou laisserez-vous votre rancune détruire le reste de votre vie ?

J’ai coaché des milliers de personnes dans ma vie. Le pardon est un thème central de la majorité des démarches d’accompagnement. Et je n’ai JAMAIS rencontré quelqu’un qui avait regretté d’avoir pardonné.

Évidemment, on ne doit pas rester dans ce qui nous fait souffrir ni tolérer l’intolérable ; nous sommes mieux de nous éloigner de tout ce qui est toxique pour nous ; on est plus sage si on évite les personnes qu’on sait qui pourraient nous blesser à nouveau. On ne retourne pas se jeter dans la gueule du loup !

Et pardonner ne signifie pas renouer avec qui nous a fait mal.

Quand on pardonne, pour de vrai, avec le cœur, on se libère du poids le plus lourd que nous puissions porter dans notre vie.

Prenez une roche pour chaque personne à qui vous refusez encore de pardonner, pour chaque événement. Traînez ces roches avec vous partout durant au moins 24 heures : quand vous mangez, quand vous dormez, quand vous vous brossez les dents, quand vous allez travailler, quand vous prenez votre bain, quand vous marchez, vous traînez toujours ces roches avec vous. Au bout de la journée, vous serez épuisés de porter votre sac rempli de roches tellement lourdes qu’elles ne vous donnent plus le goût d’avancer.

Et bien c’est exactement ce qui se produit au niveau spirituel : tout ce que vous refusez de pardonner, ce sont des roches que votre âme traîne continuellement, ce qui lui enlève à elle aussi le goût d’avancer, ce qui la rend lourde et l’épuise. Vous vous surprenez de stagner dans votre vie ? Vous trouvez que certains aspects de votre vie vont mal ? Alors qu’avez-vous à pardonner ? À vous ? Aux autres ?

Vous seul détenez la clé de votre bonheur : le Pardon.

Vous voulez vivre libres et heureux ? Cela se résume en un seul mot : PARDONNEZ !

Diane Gagnon

« Apprendre à s’aimer, un jour à la fois », en version AUDIO ou papier et « À MOI DE MOI » sont disponibles.
Abonnez-vous à ma page d’auteur pour recevoir mes textes chaque jour.

Source de l’article : lasolutionestenvous.com

Clément Artois

8 Commentaires

  1. Merci
    Savoir pardonner, rester ou partir car c’est impossible de pardonner et rester avec une personne qui n’a de cesse de toujours vous blesser moralement de la même manière et souvent aux mêmes endroits. La haine accumulée et engloutie remonte à chaque fois, plus vite.

  2. Pourquoi vouloir pardonner ? au fond, ce qu’on veut c’est se libérer, et cela passe par les émotions, par s’autoriser à être triste, en colère, voire révolté… Cela ne passe pas par une démarche mentale, il faut libérer les émotions enfouies, aller à la racine de nos souffrances… Mon psychanalyste m’a dit dès le départ de ne pas vouloir pardonner, c’est d’ailleurs l’avis de la psychanalyse en général. Vouloir pardonner, c’est vouloir aller trop vite, c’est vouloir être « une bonne personne » et le risque est de ne pas guérir les blessures en profondeur… Se libérer : oui !

  3. Quel horrible repli sur soi même!! Pardonner c’est aimer de nouveau. Supprimer un lien par manque de pardon ET SURTOUT le REMPLACER par un lien d’Amour. Il faut donner de l’amour et le partager. Sinon on se retrouve seul. Je m’aime, mais il faut aimer et être aimé. Ne pas Aimer de nouveau, c’est ne pas pardonner.

  4. Si on sortait de ce reliquat judéo chrétien du Pardon ?? Pardonner, pour quoi faire ? Puisque nous avons choisi les expériences que nous sommes venus faire pour évoluer, pourquoi aurions-nous quelque chose à pardonner : les autres sont exactement là où il faut et jouent exactement leur rôle…
    C’est comme si un comédien qui joue le rôle du mari trompé dans une pièce de théâtre – et qu’il est par ailleurs le metteur en scène de ladite pièce – pardonnait à la comédienne qu’il a mise dans le rôle de la femme adultère !! Ridicule, non ?
    Mais ça rassure mon égo : je pardonne, quelle grandeur d’âme !!! ça veut dire que je suis quelqu’un de bien…. Ou alors, je choisis de rester une victime : « Non, ça je ne peux pas le pardonner…. » Et pendant ce temps là, on ne s’occupe pas de l’essentiel : notre responsabilité dans toute notre propre vie… Maintenir cette notion de pardon, c’est empêcher l’évolution, ça m’étonnerait pas que ce soit un coup des curés pour conserver leur pouvoir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *