Les dix stratégies de manipulation de masse, selon Noam Chomsky

manipulation de masse

Noam Chomsky est certainement l’un des intellectuels les plus respectés de la planète. 

Il a été considéré comme le plus important intellectuel de notre époque par le New York Times. L’une de ses principales contributions est d’avoir proposé et analysé les stratégies de manipulation de masse qui existent aujourd’hui dans le monde.

Noam Chomsky est connu en tant que linguiste, mais aussi comme philosophe et politologue. Il est devenu l’un des principaux activistes des causes libertaires. Ses écrits ont circulé partout et ne cessent de surprendre les gens.

« Comment se fait-il que nous disposions d’autant d’informations, mais nous sachions si peu ? »

-Noam Chomsky-

Il a écrit un article dans lequel il rassemble des stratégies de manipulation de masse. 

Ses pensées sur ce sujet sont puissantes, profondes et complexes. Toutefois, pour simplifier, il en a fait un résumé dans des principes simples et accessibles à tous.

1. La distraction, l’une des stratégies de manipulation de masse

Selon lui, la plus récurrente des stratégies de manipulation de masse est la distraction. Il s’agit principalement de diriger l’attention des gens vers des sujets non pertinents ou banals. De cette façon, ils gardent l’esprit des personnes occupé.

Ils submergent le peuple d’informations afin de les distraire. Il est par exemple donné une haute importance aux événements sportifs. Il en va de même pour les spectacles, les curiosités, etc. Cela à pour conséquence que les personnes perdent de vue leurs problèmes .

2. Problème – Réaction – Solution

Le pouvoir cesse parfois délibérément de traiter ou traite de manière déficiente certaines réalités. Ils présentent les choses aux citoyens comme un problème exigeant une solution externe. Ils proposent eux-mêmes la solution.

Il s’agit de l’une des stratégies de manipulation de masse destinée à prendre des décisions impopulaires. Par exemple, lorsqu’ils veulent privatiser une entreprise publique et diminuer intentionnellement ses services. En fin de compte, cela permet de justifier la vente.

3. La gradualité

Il s’agit d’une autre de ces stratégies de manipulation de masse destinées à introduire des mesures que les personnes n’accepteraient généralement pas. Elle consiste à les appliquer peu à peu, de manière à les rendre pratiquement imperceptibles .

C’est ce qui s’est passé, par exemple, avec la réduction des droits du travail. Des mesures ou des formes de travail ont été mises en oeuvre dans différentes sociétés, lesquelles ont fini par présenter comme normal le fait qu’un employé ne bénéficie d’aucune garantie de sécurité sociale.

4. Différer

Cette stratégie consiste à faire croire aux citoyens qu’une mesure est temporairement préjudiciable, mais qu’à l’avenir elle peut apporter de grands bénéfices à l’ensemble de la société et, bien évidemment, aux individus.

L’objectif est que les personnes s’habituent à la mesure et ne la rejettent pas, en pensant au supposé progrès qu’elle apportera demain. Lorsque se présente le moment de faire passer la mesure, l’effet de la « normalisation » a déjà fonctionné et les personnes ne protestent pas alors même que les avantages promis n’arrivent pas.

5. Infantiliser le peuple

Beaucoup de messages télévisés, en particulier publicités, tendent à parler au public comme s’ils s’agissait d’enfants. Ils utilisent des gestes, des mots et des attitudes qui sont conciliants et imprégnés d’une certaine naïveté.

L’objectif est de surmonter les résistances des individus. Il s’agit de l’une des stratégies de manipulation de masse qui cherche à neutraliser le sens critique de la population. Les politiciens emploient également ces tactiques, se montrant parfois comme des figures paternelles.

6. Recourir aux émotions

Les messages qui sont conçus à partir du pouvoir n’ont pas pour objectif l’esprit critique des individus. Ce qu’ils cherchent principalement est de générer des émotions et atteindre l’inconscient des individus. Par conséquent, beaucoup de ces messages sont remplis d’émotivité.

Le but de ceci est de créer une sorte de « court-circuit » avec la part la plus rationnelle de l’individu. Le contenu global du message est capturé grâce aux émotions, non ses éléments spécifiques. La capacité critique s’en trouve dès lors neutralisée.

7. Créer des citoyens ignorants

Garder les gens dans l’ignorance est l’un des objectifs de certains pouvoir. L’ignorance signifie ne pas donner aux citoyens les outils nécessaires pour qu’ils puissent analyser la réalité par eux-mêmes. Leur présenter des informations anecdotiques, mais ne pas les laisser connaître les structures internes des faits.

Maintenir dans l’ignorance permet aussi de ne pas mettre l’accent sur l’éducation. Favoriser un large fossé entre la qualité de l’éducation privée et l’éducation publique. Endormir la curiosité pour le savoir et accorder peu de valeur aux produits de l’intelligence.

8. Promouvoir des publics complaisants

La plupart des modes et des tendances ne sont pas créées spontanément. Elles sont presque toujours induites et promues à partir d’un centre de pouvoir qui exerce son influence pour créer des vagues massives de goûts, d’intérêts ou d’opinions.

Les médias promeuvent généralement certaines modes et tendances, la plupart d’entre elles tournant autour de modes de vie ridicules, superflus ou même stupides. Ils persuadent les personnes que se comporter de telle manière est « ce qui est à la mode ».

9. Renforcement de l’auto-culpabilité

Une autre stratégie consiste à faire croire aux gens qu’ils sont seuls responsables de leurs problèmes. Toute chose négative qui leur arrive ne dépend que d’eux-mêmes. Ils sont dès lors amenés à croire que l’environnement est parfait et que si une défaillance se produit, elle est de la responsabilité de l’individu.

Par conséquent, les personnes finissent par essayer de s’intégrer dans leur environnement et par se sentir coupables de ne pas y parvenir complètement. Elles déplacent l’indignation que le système pourrait leur causer vers une culpabilisation permanente d’elles-mêmes .

10. Une connaissance approfondie de l’être humain

Au cours des dernières décennies, la science a réussi à collecter une quantité impressionnante de connaissances sur la biologie et la psychologie des êtres humains. Cependant, tout ce patrimoine n’est pas accessible à plupart des personnes.

Seul un minimum d’informations est disponible pour le public. Pendant ce temps, les élites disposent de toutes ces connaissances et les utilisent à leur convenance. Une fois de plus, il devient clair que l’ignorance facilite l’action du pouvoir sur la société.

Toutes ces stratégies de manipulation viseraient à maintenir le monde comme il convient aux plus puissants. Bloquer la capacité critique et l’autonomie de la plupart des gens. Toutefois, il dépend aussi de nous de nous laisser manipuler passivement, ou d’offrir une résistance autant que faire se peut.

Source : nospensees

Clément Artois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *