in

Voici les 9 parties de l’âme humaine selon l’Égypte ancienne

Partager
parties de l’âme humaine
Voici les 9 parties de l’âme humaine selon l’Égypte ancienne

Voici les 9 parties de l’âme humaine selon l’Égypte ancienne

On pensait que l’âme se composait de neuf parties distinctes qui étaient intégrées dans un individu entier mais avaient des aspects très distincts.

Les Égyptiens croyaient que la personnalité humaine avait de nombreuses facettes – un concept qui a probablement été développé tôt dans l’ Ancien Empire . Dans la vie, le roi était une entité complète, mais s’il avait mené une vie vertueuse, il pourrait également avoir accès à une multitude de formes pouvant être utilisées dans le monde à venir. Dans certains cas, ces formulaires pourraient être utilisés pour aider ceux que le défunt souhaite soutenir ou, alternativement, se venger de ses ennemis. (116)

Dans l’Égypte ancienne, on croyait que l’âme d’un individu était composée de 9 parties distinctes qui étaient intégrées à une personne tout entière, mais avaient des aspects très distincts.

Dans beaucoup de cultures anciennes comme celles que l’on trouve en Asie, en Afrique et même en Amérique, nous trouvons un concept d’âme analogue au concept développé par les religions du groupe judéo-chrétien (y compris l’islam) et la philosophie européenne.

L’âme, du point de vue védique ou Veda, est l’être qui, par nature, est éternel (sans naissance ni mort, sans commencement ni fin) d’une substance différente de celle du corps physique et qui a sa propre conscience.

De ce point de vue, la science matérielle ou celle qui étudie les phénomènes physiques ou matériels est limitée parce qu’elle ne peut étudier les phénomènes spirituels puisque sa nature est différente de la physique.

Ce chapitre de la Bhagavad Gita traite de la nature de l’âme.

Mais tout comme ces anciennes cultures expliquent en détail le concept de l’âme humaine, les anciens Égyptiens, connus pour avoir été l’une des civilisations les plus avancées de l’histoire de la Terre, ont développé un concept extrêmement intéressant qui explique l’âme humaine.

L’ÂME N’ÉTAIT PAS SEULEMENT UN CARACTÈRE, MAIS UN ÊTRE COMPOSÉ DE DIFFÉRENTES ENTITÉS, CHACUNE DONT LE PROPRE RÔLE A JOUÉ DANS LE VOYAGE DE LA VIE ET ​​DE L’APRÈS-VIE. (Source)

Annonce

Voici les 9 parties de l’âme humaine selon l’Égypte ancienne :

Les anciens Égyptiens étaient convaincus que l’âme humaine était composée de neuf parties principales : le Ren, le Ba, le Ka, le Shuyet et le Jb, l’Akh, le Sahu, le Khat et le Sechem.

(Note) Dans certaines époques, l’âme était censée être composée de cinq parties et dans d’autres sept, mais, en général, c’était neuf. Ici, nous jetons un coup d’œil aux neuf parties.

En plus des composantes de l’âme humaine, il y avait le corps humain appelé Ha-Haw ; qui était interprété comme la somme des parties du corps.

Jb (Le cœur) était une partie extrêmement importante de l’âme Égyptienne. On croyait qu’il se formait à partir d’une goutte de sang du cœur de la mère de l’enfant, prise à la conception. Dans la mythologie Égyptienne antique, le cœur était la clé de la vie après la mort.

Shuyet (L’Ombre) est toujours présent. Les anciens Égyptiens croyaient que l’ombre résumait ce qu’une personne représente.

Ren (Le nom) était une autre partie cruciale de l’âme. Le Ren d’une personne lui a été donnée à la naissance et les Égyptiens croyaient vivre aussi longtemps que ce nom sera prononcé.

(La personnalité), les anciens Égyptiens croyaient que Bâ était tout ce qui rend une personne unique.

Annonce

Ka (L’étincelle vitale) Selon les anciens Égyptiens, le Ka était un concept vital dans l’âme car il distingue la différence entre une personne vivante et une personne morte. Il était son double ou soi astral et correspond à ce que la plupart des gens considèrent aujourd’hui comme une « âme ». C’était «la source vitale qui permettait à une personne de continuer à recevoir des offrandes dans le monde à venir» (David, 117). Le ka a été créé au moment de la naissance pour un individu et reflétait ainsi sa personnalité, mais l’essence a toujours existé et a été « transmise à travers les générations successives, portant la force spirituelle de la première création » (David, 117). Le ka n’était pas seulement une personnalité, il était aussi un guide et un protecteur imprégné de l’étincelle du divin. C’était le kaqui absorberait le pouvoir des offrandes de nourriture laissées dans la tombe et celles-ci le soutiendraient dans l’au-delà. Tous les êtres vivants avaient un ka – des plantes aux animaux et jusqu’aux dieux – ce qui était évident en ce qu’ils étaient simplement vivants.

Khat (le corps) Le Khat a été désigné comme le corps physique qui, lorsqu’il était décédé, a fourni le lien entre l’âme et la vie terrestre. Il était le corps physique qui, lorsqu’il est devenu un cadavre, a permis de faire le lien entre son âme et sa vie terrestre. L’âme aurait besoin d’être nourrie après la mort, exactement comme elle devait l’être sur la terre. Ainsi, des offrandes de nourriture et de boissons ont été apportées au tombeau et déposées sur une table d’offrandes. Égyptologue Helen Strudwick observe que « l’un des sujets les plus courants en matière de peintures et de sculptures de tombes était le défunt assis à une table d’offrandes chargée de nourriture » (188). On ne pensait pas que le corps mort mange réellement cet aliment mais absorbe ses nutriments de manière surnaturelle. Des peintures et des statues de la personne décédée ont également été placées dans la tombe afin que, si quelque chose endommageait le corps, la statue ou la peinture assume son rôle.

Akh (Le Soi Immortel) selon les anciens Égyptiens, l’Akh était le soi immortel transformé qui offrait une union magique du Ba et du Ka. Akh est généralement traduit par «esprit» et était la forme la plus haute de l’âme. Le sort 474 des Textes de la Pyramide dit: « l’ akh appartient au ciel, le cadavre à la terre » et c’est l’ akh qui jouirait de l’éternité parmi les étoiles avec les dieux. L’ akh pourrait revenir sur terre, cependant, et c’était un aspect de l’ akhqui reviendrait comme un fantôme hanter les vivants si un mal avait été fait ou reviendrait dans les rêves pour aider une personne qui leur est chère.

Sahu (Le Juge) Le Sahu était l’aspect d’Akh qui viendrait à une personne en tant que fantôme ou en dormant dans des rêves. Sahu a été différencié de tous les autres aspects de l’âme une fois que la personne a été «justifiée» par le Dieu Osiris et jugée digne de l’existence éternelle.

Annonce

Sechem (Un autre aspect d’Akh) Le Sechem était un autre aspect de l’Akh qui lui a permis de maîtriser les circonstances. Il était considéré comme l’énergie vitale de la personne qui se manifestait comme le pouvoir qui avait la capacité de contrôler son environnement et ses résultats.
En outre, selon les anciens Égyptiens, l’être humain possède huit degrés de personnalité :

Ren“, la capacité à continuer d’exister selon le soin d’un embaumement correct.

Sejem” est l’énergie, le pouvoir, la lumière du défunt.

Aj” est l’unification de “Ka” et “Ba”, en vue d’un retour à l’existence.

Ba“, qui fait de l’individu ce qu’il est ; cela s’applique aussi aux choses inanimées. C’est le concept le plus proche de l’âme occidentale.

Ka“, la force de vie. Soutenue par des offrandes alimentaires au défunt.

Sheut ou Shuyet” est l’ombre de la personne, représentée par une figure humaine complètement noire.

Seju” signifie les restes physiques de la personne.

Jat” est la partie charnelle de la personne.

Afin de maintenir le lien entre les vivants et les morts et d’assurer ainsi l’immortalité de la personne, tous les besoins matériels devaient être satisfaits pour le défunt et les rituels funéraires appropriés devaient être accomplis. On s’attendait à ce que l’héritier apporte les offrandes quotidiennes à la tombe pour soutenir le ka du propriétaire . (118)

Les rituels de la morgue et l’âme

Les rituels mortuaires ont été observés pour aborder chaque aspect de l’âme et assurer aux vivants que le défunt vivrait après sa mort. La momification était pratiquée pour préserver le corps, des amulettes et des textes magiques étaient inclus pour aborder les autres facettes spirituelles qui constituaient un individu. Les morts ne sont pas oubliés une fois placés dans leur tombe. Les rituels ont ensuite été observés quotidiennement en leur honneur et pour leur existence continue. Rosalie David écrit:

Annonce

Afin de maintenir le lien entre les vivants et les morts et d’assurer ainsi l’immortalité de la personne, tous les besoins matériels devaient être satisfaits pour le défunt et les rituels funéraires appropriés devaient être accomplis. On s’attendait à ce que l’héritier apporte les offrandes quotidiennes à la tombe pour soutenir le ka du propriétaire . (118)

Si la famille était incapable de s’acquitter de cette tâche, elle pouvait engager un « serviteur Ka », un prêtre spécialement formé aux rituels. Une tombe ne peut être négligée, sans quoi l’esprit de la personne souffrirait dans l’au-delà et pourrait alors revenir pour se venger. C’est en fait l’intrigue d’une des histoires de fantômes égyptiennes les plus connues , Khonsemhab et le fantôme , dans laquelle l’esprit de Nebusemekh revient pour demander de l’aide à Khonesmhab, le grand prêtre d’ Amon . La tombe de Nebusemekh a été négligée au point que personne ne se souvient même de l’endroit où elle se trouve et que personne ne vient rendre visite ou apporter les offrandes nécessaires. Khonsemhab envoie ses serviteurs pour localiser, réparer et rénover la tombe, puis promet de faire des offrandes quotidiennes à Nebusemekhka .

Ces offrandes étaient laissées sur une table d’autel dans la chapelle des offrandes de ces tombes suffisamment élaborées pour en avoir une ou sur la table des offrandes dans la tombe. Le ka du défunt entrerait dans la tombe par la fausse porte fournie et habiterait le corps ou une statue et tirerait sa nourriture des offrandes fournies. En cas de retard pour quelque raison que ce soit, une quantité importante de nourriture et de boissons a été enterrée avec ceux qui en avaient les moyens. Strudwick note que « les besoins immédiats du défunt ont été satisfaits en inhumant un véritable festin – viande, légumes, fruits, pain et pichets de vin, d’eau et de bière – avec la momie » (186). Cela garantirait que les défunts soient pris en charge sans pour autant nier l’obligation pour les vivants de se souvenir et de prendre soin des morts.

Les listes d’offrandes, qui stipulaient quels types d’aliments devaient être apportés et en quelle quantité, étaient inscrites sur les tombes afin que le serviteur Ka ou un autre prêtre puisse continuer à servir, même longtemps après le décès de la famille. Des autobiographies accompagnaient les listes d’offres pour célébrer la vie de la personne et constituer un moyen de commémoration durable. La plupart du temps, les gens prenaient au sérieux l’entretien des tombes de leur famille et des offrandes en hommage aux défunts et sachant qu’ils auraient un jour besoin du même genre d’attention pour la subsistance de leur âme.

Bibliographie

Annonce

Source Voici les 9 parties de l’âme humaine selon l’Égypte ancienne : Ancient Code Traduction : www.anguillesousroche.com

3.7/5 - (12 votes)

Publié par Julie Latour

J'aime la spiritualité mais je suis surtout spécialisée en numérologie depuis bientôt 10 ans. Tout comme le célèbre philosophe, mathématicien et astrologue Pythagore, je pense que toutes les choses peuvent être exprimées par un nombre.Ne sous-estimons pas le pouvoir des nombres, ils peuvent révéler des informations essentielles sur notre avenir .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PROBLÈME AVEC MON ENFANT

J’AI UN PROBLÈME AVEC MON ENFANT …

Blessure primordiale

Blessure primordiale : Dans ton coeur d’enfant il existe une blessure qui ne demande qu’à guérir…