Ces forces qui nous contrôlent Par Ganji Anankea

 

Ces forces qui nous contrôlent Par Ganji Anankea

Nous nous connaissons si peu. Noyés dans nos nombreuses tâches quotidiennes, accaparés par nos multiples objectifs et autres mécanismes, nous restons le plus souvent étrangers à nous-mêmes. Et pourtant, ne serait-il pas capital de connaître nos rouages, nos profondeurs? Qu’est-il arrivé à notre véritable nature pour qu’elle nous soit si inaccessible, si mystérieuse? Comment alors entrer en contact avec nous-mêmes, ne serait-il pas normal de pouvoir accéder aux informations personnelles qui font de nous ce que nous sommes? Pourquoi avance-t-on à l’aveuglette et laissons les livres et d’illustres inconnus dicter nos raisonnements, influer sur nos opinions et nos convictions? Peut-être devrions-nous attendre la mort pour en savoir plus? Peut-être suffit-il de consulter un voyant pour que notre intime destin nous soit révélé?

Étant moi-même médium depuis mon enfance, je me suis tourné vers une entité supérieure (1) pour accéder à une vision plus claire de ma personnalité. J’ai ainsi compris que nous étions aveugles et que nous passions nos jours et nos nuits à tenter d’y voir plus clair alors que la vérité est à portée de main. Si cette vérité nous entoure de toutes parts, elle nous demeure parfaitement inaccessible. Étrange condition que la nôtre n’est-ce pas !? Notre condition terrestre ressemble fort à une peine capitale, à un châtiment, mais je ne vais pas faire dans le romantisme baroque, je vais plutôt ouvrir le livre interdit pour piquer notre curiosité innée. En effet, chacun a besoin – un besoin-réflexe –  d’entendre la vérité. Nous bondissons, nous lâchons notre canne d’aveugle dès que prennent forme devant nous des phrases vibrantes de cette magie qui nous fait tant défaut. Que ne donnerions-nous pas pour voir enfin apparaître devant nos yeux endormis un semblant de lumière révélatrice?

Mais voilà donc le problème, nous nous attendons a de la “lumière”. Tels des papillons de nuit, nous tournons toujours la tête en direction des spots et autres faisceaux lumineux que certains ont l’habileté d’allumer pour nous. À l’instar de notre conscience en quête du feu révélateur, nous sillonnons tout au long de notre vie les arcanes prometteuses que projette notre perfide mental. Ce dernier passe en effet son temps à projeter ses propres fantaisies en un univers alambiqué, vide de sens.

Pendant ce temps, à l’ombre de cette éternelle illusion, le monde de l’ici-bas se structure impecablement selon une logique complexe et inaccessible à l’esprit humain. Telle une Tour de Babel, une pyramide du chaos s’est édifiée sans limites au fil des millénaires. Si nous pénétrions l’immense construction se dressant au milieu du Grand Néant, nos regards seraient flattés par l’imposant ouvrage, car ici le grouillement de vies semble converger vers un seul objectif: la laborieuse et active glorification du genre humain. Tels des insectes, ces milliards d’individus vaquent à leurs occupations avec gravité malgré une évidente absence de conscience. Ce qui les rend d’ailleurs parfaitement manipulables. Ils tirent leur force et orgueil de cet activisme obsessionnel sans lequel ils ne pourraient survivre bien longtemps semble-t-il. Étant coupé de leur identité réelle ils s’oublient ou plutôt se rappellent qu’ils existent en servant une entreprise globale: la ruche humaine. D’autres qu’eux se sont emparés depuis la nuit des temps de leur libre-arbitre. Ces derniers, bien que d’apparence humaine, abritent pour la plupart des entités démoniaques et/ou reptiliennes (2), ils sont donc dotés de « talents », attributs, facultés, charisme hors norme qui les dotent d’un certain avantage dans la société. Plutôt ambitieux et carriéristes, il n’est pas rare de les voir occuper des postes importants. Ce sont, dans nos sociétés, les fameux sociopathes ou encore pervers narcissiques tant redoutés. Douées d’une telle « supériorité » et de pouvoirs paranormaux, ces entités mystérieuses, démoniaques et/ou reptiliennes, se sont naturellement immiscées entre les Hommes et la vérité pour mieux les gouverner au fil des âges.

Depuis 1988, date à laquelle j’ai réussi à m’extirper de la dite termitière, je n’ai eu de cesse de fuir les ordres silencieux mais parfaitement perceptibles pour tout esclave zélé, qui nous sont en permanence transmis dans l’invisible. En effet, les cerveaux humains sont totalement sous contrôle depuis les origines de l’humanité à travers le réseau énergétique souvent appelé « éthérique » ou «astral». Je n’entrerai pas dans les détails de mon « évasion » tant les raisons d’une telle “folie” m’en paraissent évidentes : il était pour moi question de dignité et de survie (3).

Qu’ai-je donc vu alors, qu’ai-je donc constaté?

Avec le regard d’un nouveau-né, j’ai découvert avec horreur le genre humain tel qu’il est en fait : des millions de corps gesticulant frénétiquement, formant une matière polymorphe, des corps sans conscience propre, sans lien avec la réalité profonde et immédiate, totalement coupés des innombrables et précieuses informations que l’univers transmet à chaque instant à tout être vivant. Des humains asservis à des intentions étrangères, accrochés à des fils, tels de ridicules pantins.

J’ai vu derrière les masques séduisants et trompeurs les véritables visages de ceux qui gouvernent la masse avec entrain. Ils sont monstrueux et effrayants. Ils n’ont d’humain que leur nom. L’illusion est parfaite puisque les apparences rassurantes suffisent à l’Homme, des apparences auxquelles il adhère naturellement, quitte à se voiler la face leur vie durant. J’ai vu des créatures volantes hideuses et agressives surveiller, conduire les Hommes et ordonner leur déchéance. Plus d’une fois, elles ont cherché à me nuire (fort heureusement je suis protégé). Des monstres impitoyables qui ne connaissent nullement les limites de l’espace et du temps.

Dès leur prime adolescence, ces forces invisibles privent les enfants de leur identité intime (celle qui ferait d’eux des demi-dieux), s’emparant de leur jus énergétique propre, de leur aptitude à s’élever dignement. Je les ai vues proliférant au cœur des entrailles de l’individu, s’immisçant toujours plus loin dans son cerveau, pour enfin infiltrer le corps tout entier. Les estomacs sont souvent des niches de ces forces étrangères qui y trouvent asile. Des êtres comme vous et moi deviennent de simples véhicules, des supports absents à eux-mêmes, transmettant une parole, une action dont ils ne sont pas responsables. À ce stade l’individu n’existe plus tout à fait. Si vous voulez mon avis, un avis certes quelque peu apocalyptique, « l’Homme » est un pur concept. Juste un concept, une simple fiction. Une idée rassurante et terriblement simplifiée. Donner à l’Homme l’illusion qu’il est maître de son destin, qu’il est l’être terrestre le plus raffiné, qu’il est l’origine de toute chose, cette vision anthropocentriste est une pure propagande des pouvoirs en place, destinée à rassurer le quidam pour le maintenir dans la fourmillère. 

Enclavé dans son minuscule cerveau d’hominidé, l’Homme ne peut se dresser contre l’invisible menace. Il peut tout au mieux la sentir et parfois l’entrevoir. Mais les dés sont jetés depuis bien longtemps déjà. Son destin est scellé vers sa douzième année et dès lors, il ne s’appartient plus. L’adolescence est bien souvent vécue comme une lutte, une lutte acharnée… avant la mise à mort. Du reste, l’adolescent sent bien que son intégrité est menacée. Je vous choquerais peut-être en affirmant que bon nombre d’entre nous connaissent cette inacceptable situation de façon plus ou moins consciente et l’approuve. Nous parlerons ici d’un consensus global, à l’échelle planétaire. Ceux qui résistent se retrouvent aujourd’hui sur ce site, piochant quelques précieuses informations, cherchant à rompre ces fameux liens dégradants, cette fatalité avilissante.

Des entités que l’on pourrait qualifier de démoniaques séjournent sur notre planète depuis les origines des temps et moult prestigieuses civilisations se sont succédées depuis, scellant avec elles des accords douteux. Nous sommes en queue de ce lointain processus terrestre et en subissons malheureusement pour nous les fatales conséquences. Je ne rentrerai pas ici dans les détails, ayant longuement développé le sujet dans mon ouvrage Les Fils de l’Aurore (4).

Vous pourrez lire bien des histoires de ce type dans les récits-témoiganges que j’ai intitulés “Chroniques reptiliennes” (5). Mais avant d’être initié à ces peuplades terrestres peu connues (les Reptiliens), j’ai d’abord chaviré plus d’une fois face à d’autres entités aux apparences humaines mais en fait terriblement trompeuses et tout aussi malveillantes. Mes premières années de fuite ont été marquées par ces “charmantes” surprises d’un autre type, d’un autre monde. Ce monde, je le sais aujourd’hui, est un monde parallèle dont les créatures se matérialisent dans notre dimension pour mieux la contrôler.

Depuis que je me suis extirpé de la ruche, j’ai dû faire face à des situations tout à fait extraordinaires que certains nomment avec un certain enthousiasme “les synchronicités” : la plupart des individus charismatiques que j’ai alors rencontrés ont essayé de me corrompre et de dévitaliser mon escapade. Je ne devais pas mettre en danger l’édifice monumental, on devait vite me récupérer et tous les moyens étaient bons : propositions professionnelles particulièrement alléchantes,  rencontres de femmes-pièges qui possédaient des pouvoirs occultes particuliers… derrière la volupté et le charme trompeurs, derrière l’apparente vulnérabilité, se dissimulaient des intentions destructrices clairement définies. On m’a d’abord gentiment fait comprendre que je me compliquais trop la vie, que tout était plus facile, plus simple et qu’il suffisait de se laisser porter par le courant, de voir les choses du bon côté, d’apprendre à “positiver”. Les “pions” étaient toujours placés aux bons endroits, comme sur un échiquier et je me retrouvais face à eux comme par enchantement. J’étais une pièce rebelle qu’il fallait paralyser dans un jus gélatineux où se mêlaient chaque fois plaisirs sensuels et autres plaisirs douteux de ce monde. Si je me laissais entrainer par la jouissance, la vanité, l’ambition, j’étais perdu.

Fort heureusement je n’ai jamais fléchi. Chaque fois mes yeux m’ont fait voir la vérité (parfois un peu tard) que des masques, a priori sympathiques, dissimulaient tant bien que mal. Ces “agents” d’un genre très spécial étaient placés partout. Où que j’aille (j’ai voyagé en Afrique, en Asie, en Amérique latine…), chaque fois je me retrouvais nez à nez avec l’un d’eux! On ne peut oublier leur regard si particulier, si pénétrant. Avec un peu d’attention vous pourrez entrapercevoir l’un d’entre eux. Aucun mal d’ailleurs, ils sont partout et fort nombreux. Ce discours peut à première vue sembler relever du délire paranoiaque pur mais il n’en est rien. Je suis au contraire parfaitement lucide. Et celui qui ouvre les yeux ici bas sur l’univers de l’invisible devient bien vite conscient que ces forces sont partout. En fait c’est bien simple: cette planète leur appartient. C’est du moins ce qu’ils ont décidé bien avant que l’être humain ne voit le jour.

Cet autre monde existe bel et bien et il nous surveille constamment. Vous qui me lisez, qui prétendez courir après la liberté, la connaissance, la paix, l’amour et la lumière… sans le savoir vous êtes énergétiquement ligotés. Comment cela est-il possible? Ces êtres qui nous dominent et nous surveillent sont totalement inaccessibles à nos sens, comment alors puis-je en être si sûr? Comment ai-je pu les voir? Ma médiumnité. Ma médiumnité est la clé de ma résistance. Si je n’avais pas cette double vue, en lisant un texte comme celui-ci, bien qu’intrigué, je resterais assez perplexe, définitivement enlisé dans le doute et mes besoins positivistes.

Qu’est-ce que le doute? Une fonction paralysante insérée dans notre cerveau pour nous empêcher de nous éveiller à la grandeur sacrée et libératrice de la Vie (telle est sa véritable nature et fonction). Un simple code inoculé dans notre conscience, totalement programmée et programmable, par ces êtres infâmes. La plupart d’entre nous sont totalement absents à eux-mêmes, d’autres vivent leur vie à demi-conscients, mais aucun n’est réellement éveillé. La peur nous tétanise et nous bride. La peur! Encore une “belle invention” de ces impitoyables geôliers.

Pourquoi tant de gens meurent-ils du cancer ? Pourquoi certains s’enferment-ils chez eux ? Pourquoi cette uniformisation des cultures et de la pensée ? Pourquoi ces guerres interminables au Moyen-orient ou ailleurs, ces étranges modifications climatiques? Pourquoi la langue de bois va-t-elle bon train ? Pourquoi ne parle-t-on jamais du “Mal”? Si peu de sources existent actuellement sur ces entités, sur leur nature, leurs intentions, leur organisation. Nous jouons tous avec des dés pipés.

Au-delà des causes apparentes et des explications convenues vous rencontrez La Ruche! Le contrôle est absolu, inimaginable, pyramidal, multidimensionnel. Nous venons au monde au cœur d’un consortium totalitaire de forces occultes omnipotentes et hermétiques qui « cultivent » l’Homme avec une manifeste et absolue souveraineté le maintenant sans grande peine dans état d’égocentrisme et d’inconscience profonde. Leur pourvoir est sans limite, nous parlons ici de forces agissant directement sur la matière, la psyché et les éléments naturels. Il va s’en dire que toute forme d’opposition est définitivement vouée à l’échec et que le libre-arbitre est pure illusion.

En effet, cette ruche est une mécanique minutieuse et parfaitement paramétrée selon les nombreux besoins des acteurs-victimes (les humains) et les besoins insatiables en énergie humaine de leurs puissants bourreaux. Nous sommes pris en tenaille au cœur d’un chassé-croisé complexe et inextricable dans lequel ces forces fondamentalement malveillantes nous abrutissent depuis notre prime enfance, nous privent de toute objectivité et lucidité, nous conditionnent au travail, et parfois, nous inoculent certaines maladies pour se débarrasser d’un corps devenu impropre à l’exploitation. Mais de quelle exploitation s’agit-il donc?

Il est question de notre propre énergie vitale!

Les abeilles savent-elles que leur précieuse substance se vend sous forme de pots dans les rayons de nos supermarchés? Et nous, que savons-nous aujourd’hui de cette “hyper-réalité parallèle” qui nous gouverne et nous pompe notre énergie intime?

Vous vous croyez indemnes, libres, intègres?…

Peut-être l’êtes-vous en effet. Il suffit pour cela de vous en persuader. Quelques mises à jour seront effectuées dans l’heure et vous penserez aussitôt être parfaitement clairs et équilibrés. Tout est possible. Nous sommes les êtres les plus manipulables et les plus auto-suggestionnables qui soient. Les publicitaires et les politiciens le savent bien.

Derrière le voile des apparences, j’ai entraperçu le principe même de ce monde : l’anéantissement complet de toute intelligence et capacité individuelle de réflexion, quand nous devrions chacun pouvoir développer au cours de notre vie terrestre ces mêmes capacités et plus encore: nous devrions y être encouragés, comme ce fut le cas dans certaines antiques et prestigieuses civilisations. Cette destruction voulue de l’intelligence personnelle se fait au profit de la création d’un esprit unique à l’échelle planétaire, une pensée commune et uniforme, fidèle reflet de cette force invisible qui nous manipule. Les phénomènes de la globalisation, de la mondialisation, du  “Nouvel Ordre Mondial” n’en sont finalement que la résultante logique, l’expression symptomatique, la lointaine matérialisation. Vous pouvez du reste vous en rendre compte à travers les évènements de l’actualité. Tel est la machine infernale que mon extralucidité a patiemment mis à jour ces dernières années et celle-ci va bon train, je lui prédis d’ailleurs de longues années de prospérité, des siècles même. Comment pourrait-il en être autrement tant que les êtres humains resteront esclaves de leurs sens limités, de leur narcissisme de leur rationnalisme despotique ? “Le Diable n’existe plus” depuis l’invention de la laïcité et chacun tremble d’être qualifié d’imbécile, d’obscurantiste tout juste bon à interner s’il témoigne qu’il a perçu ces entités de l’ombre. Une chose est sûre: si l’Homme moderne ne croit plus au “Diable”, lui continue plus que jamais de croire en nous.

Alors, si vous souhaitez sérieusement vous extraire de cette gangue et y voir clair vous aussi, un premier pas s’impose : la remise en cause de l’incroyable système inscrit en vous en lettres de feu. Il vous faudra trouver des outils efficaces pour vous épurer, vous laver intérieurement et énergétiquement (car les Forces polluent nos corps physique, mental, spirituel et énergétique, bloquant ainsi toutes nos capacités). Il vous faudra vous extraire de l’intellect cartésien et limitatif pour élargir votre champ de conscience. Pour ce faire un seul sport possible : s’arracher coûte que coûte aux “rôles” abrutissants et atrophiants que la Ruche vous a attribué. L’athlète combattif que vous deviendrez alors se passera peu à peu de tout ce qui peut le rassurer et donc le paralyser, pour découvrir enfin que se sortir de la mélasse est un art Sacré… Le sens même de la Vie est inscrit dans cet acte : s’incarner pour renaître enfin, au-delà de cette réalité corrompue.

“ Réveille-toi et lève-toi de ton sommeil. (…)

Souviens-toi que tu es fils de rois,

Prends conscience de ton esclavage et du maître auquel tu es asservi.

Souviens-toi de la perle à cause de laquelle tu t’es rendu en Egypte. ” 

Chant de la perle, texte gnostique

Ganji Anankea

  1. Bien avant que je ne découvre ma médiumnité, mon guide Iurikan m’a accompagné sur le chemin de la lucidité, de la connaissance et du dépassement de moi-même puis de la guérison énergétique. Lorsque j’ai eu transcendé mon égo (expérience de l’Éveil en 1988) et épuré parfaitement mon corps, j’ai commencé à le percevoir très clairement. Il m’a transmis en vision un jeu de tarot unique qui me permet depuis 2008 d’entrer en contact avec lui pour recevoir son éclairage de façon claire et précise. Iurikan est une entité divine, il est avant tout un véritable guide et enseignant spirituel qui incite au dépassement de soi et de l’Illusion, à la confrontation contre les forces noires, afin de recouvrir dignité, lucidité et liberté individuelle.
  2. Pour en savoir plus, je vous invite à lire “Chroniques reptiliennes”, en fichier joint à cette newsletter
  3. Vous trouverez des infos sur mon parcours sur www.ganjianankea-therapy.com/a-propos-de-ganji et dans mon roman autobiographique L’Éveilleur le tonnerre sur www.ganjianankea-therapy.com/livres
  4. Pour en savoir plus, je vous invite à lire Les Fils de l’Aurore sur www.ganjianankea-therapy.com/livres
  5. Pour en savoir plus, je vous invite à lire “Chroniques reptiliennes”

Ganji Anankea

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *