Les enfants hypersensibles sont des enfants de lumière, des enfants du coeur

enfants hypersensibles

Les enfants hypersensibles sont des enfants de lumière, des enfants du coeur

 

Beaucoup d’encre a coulé au sujet de l’hypersensibilité depuis que dans les années 90, Elaine N. Aron a découvert ce nouveau type de personnalité. Un type de personnalité menant la personne le présentant à être capable de porter un regard plus intime, sensible et personnel sur le monde ; de le regarder avec le coeur. De le regarder depuis sa partie intérieure la plus profonde.

Depuis, des congrès ont été organisés, des livres, des articles et des revues ont été publiés, des groupes sur les réseaux sociaux ont été créés, et il y a même un film qui a été réalisé sur le thème, s’intitulant Sensitive. On dit que 20% de la population vit, ressent et agit ainsi. Il est donc nécessaire de trouver le meilleur moyen d’éduquer les enfants hypersensibles.

A l’âge adulte, la plupart des personnes hypersensibles se sentent différentes. Pour elles, c’est comme si le bruit quotidien ajustait une mélodie différente, plus douce, plus belle, mais aussi plus triste, qu’elles sont de plus les seules à pouvoir capter, qu’elles sont les seules à pouvoir pressentir.

Si c’est à partir des années 90 que le monde a commencé à en savoir plus sur ce qu’on appelle « l’hypersensibilité », il est évident que ce sont des millions de personnes qui ont passé leur enfance, leur adolescence ainsi qu’une partie de leur vie adulte sans savoir pourquoi elles se voyaient différents des autres.

Aujourd’hui, et au vu de toutes les informations dont on dispose ainsi que de la répercussion qu’a atteint le thème de la sensibilité, il est important que l’on soit en mesure d’identifier les enfants présentant ce type de personnalité. Eduquer, c’est une tâche difficile, d’autant plus lorsque l’on est face à un enfant qui dès son plus jeune âge s’est senti différent des autres. Lisez la suite de cet article, et vous découvrirez quelques stratégies simples à mettre en place afin d’y arriver.

Identifier les enfants hypersensibles

Pour certains parents, éduquer un enfant hypersensible, cela peut se révéler très compliqué ;« ils se plaignent souvent et posent beaucoup de questions ». Cependant, dans une salle de classe, un enfant sensible n’attire pas l’attention sur lui, ne pose aucun problème de turbulence…mais ne se verra pas non plus proposer un test visant à reconnaître ses capacités, son intuition, sa sensibilité.

L’hypersensibilité n’a pas vraiment sa place au sein des sociétés modernes : les personnes présentant ce type de personnalité n’aiment pas la compétition, ni l’immédiateté, ni le bruit. Les enfants hypersensibles préfèrent jouer avec les étoiles, méditer en écoutant de la musique, rester seuls…

Les parents doivent reconnaître les caractéristiques de l’hypersensibilité de leurs enfants. Le but pour eux, ce ne doit absolument pas être de corriger ou de « normaliser » leurs comportements, mais plutôt de les identifier, et ainsi de pouvoir aider leurs enfants à les comprendre.

Il est nécessaire de reconnaître l’hypersensibilité de nos enfants afin de leur offrir des règles, afin qu’ils sachent à quoi sont dues ces incongruences qu’ils ressentent au quotidien. Ainsi, ils se rendront par exemple compte qu’ils sont bien plus matures que leurs amis, et que parfois, le monde semble être conçu pour et guidé par un égoïsme extrême.

On doit les guider, s’occuper d’eux, communiquer avec eux, les écouter, leur transmettre le meilleur soutien possible… Mais avant, il est important de savoir identifier les enfants hypersensibles, ainsi que les caractéristiques qui les définissent au mieux. En voici quelques unes :

  • L’hypersensibilité se traduit également par une sensibilité physique. Le seuil de douleur de ces enfants  est plus bas, si bien que le simple frottement des vêtements contre la peau peut faire mal à l’enfant. Souvent, lorsqu’ils sont tout bébés, les bruits forts les font pleurer.
  • Ce sont des enfants matures, ce qui se constate au vu de la profondeur de leurs questions
  • Ils pressentent l’humeur des adultes et se fient aux expressions, pas aux gestes…
  • Du fait de cette maturité personnelle, ils se sentent différents de leurs camarades de classe
  • Ils sont attentifs aux détails du quotidien
  • Il est important d’avoir à l’esprit qu’être hypersensible, ce n’est pas être introverti
  • Ils apprécient la solitude
  • Ils sont passionnés par la musique, l’art, la nature
  • Ils s’intéressent aux problèmes sociaux
  • Ils se sentent facilement blessés ; chaque mot ou mauvais geste les affectent gravement

3 piliers éducatifs chez les enfants hypersensibles

hypersensible 2

Etre différent, c’est une arme puissante

Il ne faut pas changer les enfants hypersensibles en essayant de le « normaliser ». Ce qu’on doit faire, c’est accepter leurs caractéristiques et leur montrer que ce n’est pas un malheur que de ressentir les choses de la vie si intensément, mais bien un don ; le monde présente des nuances uniques qu’ils sont les seuls à pouvoir voir. Montrez-leur également que ce monde n’est pas un lieu sûr. S’ils se sentent bien dans leur peau, alors leur vie sera belle, car ils ont en eux la lumière, et cette particularité qui font qu’ils sont assez fort pour faire face à l’adversité.

Renforcez leur estime d’eux-mêmes

Ayez confiance en eux, rendez-les autonomes via le renforcement positif et la validation. Montrez-leur que leurs capacités peuvent leur permettre de faire tout ce qu’ils veulent, qu’ils présentent un grand nombre de qualités et de potentialités. Développez leur sentiment d’auto-efficacité.

Préparez-les à faire face à l’adversité

Evidemment, ce ne sont que des enfants, mais pour autant, il sont tout à fait capables de capter et pressentir beaucoup plus de choses que le reste de leurs camarades. Ils ressentent bien plus intensément le mépris, l’égoïsme, le silence et les mauvais gestes. Cette hypersensibilité, il faut la travailler au quotidien, et pour ce faire, on peut passer parl’Intelligence Emotionnelle :

  • Si les autres n’agissent pas comme moi, cela ne veut pas dire qu’ils ne m’aiment pas ou qu’ils ne m’acceptent pas, non ; ils ressentent simplement les choses autrement, ce qui n’est ni mieux ni pire. C’est juste différent.
  • Il est important qu’ils apprennent à gérer la frustration, la tristesse, les tromperies. Tout au long de leur vie, ils auront plus d’une fois l’occasion d’être déçus. Ils souffriront, et toutes ces émotions les dépasseront. Il faut donc qu’ils apprennent, et ce dès leur plus jeune âge, à gérer ces dimensions-là.

A partir du moment où les enfants hypersensibles prennent conscience de leur authenticité, alors l’équilibre gagnera peu à peu leurs vies. Ainsi, ils deviendront des personnes authentiques, matures et heureuses qui vivent avec le coeur, et qui portent la lumière en elles

SOURCE : Nos Pensées..

Clément Artois

12 Commentaires

  1. Je pense que les enfants hypersensibles devraient être éduqués (les autres aussi mais particulièrement ceux hypersensibles par l’éducation bienveillante (Isabelle Filliozat, Dr Gueguen). Et que de mettre des mots sur les émotions permet de se sentir compris.

  2. J’était ce genre d’enfant, un enfant hypersensible que je reste évidement, cet article ma donné beaucoup de frissons….et m’aide a comprendre pleins de choses.merci

  3. il y a pleins d’erreurs dans cet article sur le profil des enfants hypersensibles qui est bien plus diversifié que ça. C’est bien mal avoir lu les théories d’Elain N Aaron que de résumer à ça. Il y a es enfants hypersensibles qui bougent dans tous les sens à l’école, par exemple

    • …. »Il est important d’avoir à l’esprit qu’être hypersensible, ce n’est pas être introverti »…

  4. J’ai été un enfant hypersensible, aujourd’hui j’ai 40 ans. Je me sens toujours différents des autres personnes, je suis toujours hypersensible. J’en souffre encore.

  5. Ma sœur et moi sommes des enfants hypersensibles et ces vraie que comme moi en plus je suis à l’adolescence je me trouve beaucoup de différences avec les autres se qui me donnait jusqu’à aujourd’hui l’envie de toujours vouloir faire comme eu par ce que je savais que je ne pourrai pas être comme eu

  6. J’étais une enfant hypersensible et aujourd’hui, je le suis tout autant en tant qu’adulte! J’ai souffert de me sentir différente et il m’arrive encore parfois d’en souffrir…..

    J’ai compris il y a longtemps que je ressentais beaucoup de plus de choses que la majorité des gens. J’ai appris avec le temps, que je ne pouvais tout dire, ni en parler à tout le monde; qu’il me fallait également choisir le bon moment; reconnaître si c’était utile d’en parler…. Ce n’est pas tout le monde qui démontre la même ouverture face à ce qui se passe « par-dedans » …. Ainsi, je m’évite des souffrances! Même si mes intentions sont toujours bonnes et bien souvent dans le but d’aider, cela peut se revirer malheureusement contre moi!

    Je m’entoure donc de personnes qui me ressemblent et j’apprends à gérer ce que je dévoile ou non « aux autres »….

    Je crois que si on en souffre, c’est beaucoup à cause des autres qui perçoivent l’hypersensibilité comme une faiblesse, alors qu’il n’en est rien! Et aussi peut-être, parce que notre empathie, nos attentions et notre reconnaissance ne nous sont pas souvent retournés! Pas avec la même justesse et compréhension…

    J’ai des jumeaux de 5 ans aujourd’hui, une fille et un garçon! Je sais depuis un moment que mon gars l’est aussi… les bruits forts et les étiquettes dans ses vêtements qui le dérangent beaucoup…. il démontre déjà énormément d’empathie! Je vise à renforcir cette empathie qui est un don à mes yeux malgré tout! C’est un avantage sur beaucoup! Je tente de renforcir aussi son estime de soi et le prépare au « vrai monde » …. aux différents obstacles qu’il rencontrera en lien à son hypersensibilité…. et je tente de l’outiller du mieux de mes connaissances!

    • Bravo Madame. Je me reconnais aussi à travers vos propos. Assumer la différence est un long chemin surtout quand l’éducation des parents n’y a pas été favorable ou assez délicate. Cela a été mon cas, génération année 60, la souffrance est toujours présente.

  7. Perso, je ne vais jamais dans les « Hyper », ni dans les « super ».
    Par manque de lumière, sans doute.
    Mais je suis sensible (intéressé par) à l’authenticité et à l’unité (de l’être).

  8. J’ai compris très tôt que je n’étais pas comme les autres, que je percevais les choses différemment et que je ne pouvais le dire à personne. L’empathie ainsi que la télépathie étaient aussi très prononcés. J’essayais de donner le change au milieu de ma fratrie qui a été dispersée suite à un divorce. Une nouvelle famille c’est recrée avec un beau-père, ils ont aussi eu des enfants. J’ai eu le rôle d’aînée alors que je ne l’étais pas à la base. Mes aînés étant partis avec mon père. Une enfance qui n’en était pas une. Je me sentais trop mature et ma mère le pensait aussi. Me prenait pour sa confidente. Actuellement ma fratrie, famille ne m’intègrent pas et pourtant j’ai toujours été là pour eux. Ils ne savent pas qui je suis, je ne l’ai jamais dit. Pour eux, je suis celle qui se sort de toutes les situations, quelque soit mon souci, je n’ai pas besoin d’aide…Heureusement je m’en sors effectivement sans eux. Je voudrais savoir si vous connaissiez de bons livres sur le sujet, je n’en ai pas trouvé de bons. Merci pour vos partages, çà fait du bien de savoir que d’autres vivent çà aussi . Merci

  9. Il a fallu que je fasse une dépression que je n’arrive pas à expliquer pour découvrir que je suis hypersensible .pour ma part les enfants hypersensibles n’ont aucun problème j’ai eu une très belle enfance ( sports musique beaucoup d’amitié) l’hypersensibilité est quelque chose de merveilleux la personne doit juste être conscience de ce trait dominant de sa personnalité. Mon psychiatre ne m’a jamais parlée de l’hypersensibilité il m’a juste dit que j’étais très émotive .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *