Pourquoi éviter de vouloir positiver à tout prix ou être dans l’amour

positiver

 

Pourquoi éviter de vouloir positiver à tout prix ou être dans l’amour

 

Par Soumaya Tarkhani

Beaucoup de livres traitant de la puissance de la pensée positive soulignent l’importance de garder un esprit optimiste à toute épreuve pour rayonner de bonheur et attirer à soi tout ce que son cœur désire.

Pour positiver, ils recommandent pour cela de supprimer les pensées et les croyances négatives et de répéter des affirmations positives et des mantras en boucle afin de nettoyer son esprit et reprogrammer son subconscient et l’aider à se positionner sur de nouveaux schémas mentaux.

Pour ma petite histoire personnelle, j’ai pratiqué cette « psychologie positive » pendant un certain temps, car je voulais atteindre cet état de béatitude dont tout le monde parlait.

Pour positiver, j’ai répété des affirmations, changé d’hygiène de vie et tout fait pour gommer de mon vocabulaire ainsi que de mon esprit toute pensée toxique pouvant s’y infiltrer.

J’ai suivi ce régime mental avec l’espoir d’atteindre ce fameux état de bien- être dont tout le monde se vantait, et pourtant je ne ressentais pas ce résultat…

Les paroles que je répétais et les nouvelles pensées que je voulais implanter n’avaient aucune résonance, car ils contrastaient avec mon intérieur qui réclamait que je me tourne vers lui et que je lui prête attention.

En me coupant de cette partie de moi qui voulait me délivrer ses messages, J’enterrais mon ombre et je lui refusais le droit d’exister, car pour moi elle constituait un obstacle à mon bonheur.

Cela m’a pris un certain temps pour comprendre que positiver à tout prix me nuisait, voire m’étouffait. En repoussant mes émotions négatives et en les laissant fermenter à l’intérieur, je contraignais mon âme ainsi que mon corps à ressentir des « feelings » qu’ils ne pouvaient capter, car le flux en moi était obstrué et avait besoin que je l’évacue d’abord de ce qui l’intoxiquait.

Désormais, je ne me contrains plus à appliquer ce que mon intérieur repousse. Je ne considère plus non plus, mon ombre comme mon ennemie, mais comme mon alliée pour travailler sur mes zones les plus obscures et les éclaircir.

Le positivisme est certes une méthode puissante pour élever ses vibrations, mais il n’a d’effets que si son intérieur est bien propre et qu’on ressent depuis cet espace l’envie d’y recourir.

Si ceci n’est pas le cas, il vaut mieux cesser de jouer au soldat, accepter ses émotions telles qu’elles sont et laisser l’amour s’occuper du reste…

On peut toujours se forcer à être positif sans le ressentir, ce qui ne mène à nulle part. Mais on peut aussi se brancher naturellement à cette énergie en acceptant tout simplement ce qui est et en étant fluide avec ses émotions.

Seule l’acceptation ,en effet mène vers l’amour qui nous nettoie, sans fard, ni efforts de tout ce qui alourdit notre âme…

Si sombrer dans la négativité pour longtemps est néfaste, car cela nous éloigne de notre essence, on ne doit, toutefois pas culpabiliser de ne pas être positif en permanence.

Notre séjour sur terre, c’est justement pour expérimenter, non seulement le soleil , mais aussi l’ombre dans nos cœurs et surtout appeler l’Amour et fusionner avec lui quels que soient nos états d’âme.

Soumaya Tarkhani

Publié par   Reçu de l’auteur par mail – https://lapressegalactique.org

Clément Artois

Clément a toujours été très empathique et possède de grandes capacités d'écoute, lorsque les gens ont besoin de conseils dans leurs relations, c'est toujours vers lui qu'ils se tournent.

2 commentaires

  1. Tout à fait en accord avec vos propos! C’est ce que j’ai moi aussi expérimenter. L’acceptation de ce qui est est un acte d’amour de soi. Au fur et à mesure que la lumière se fait à l’intérieur, la place s’agrandit pour y laisser entrer le « positif ». En douceur, sans forcer… 🙂 Merci pour ce beau texte approfondit. xx

  2. Oui je pense qu’il faut, en effet, laisser faire, laisser la purge se faire avec le temps qui lui est nécessaire afin qu’une fois place nette faite, et ce de façon, non invasive et sans contrainte, la clarté puisse permettre cet état d’éveil à qui nous sommes au plus profond. Rien ne presse, si l’intention est présente, il n’existe pas de raison pour que le chemin ne se dessine pas devant nous. Je suis pour ma part, confiante, j’ai l’intime conviction que nous devenons qui nous sommes. Dans la joie humble, d’Être, en toute simplicité. Merci à vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *