in

Chaque fois que vous portez un jugement négatif sur quelqu’un, vous êtes vous-même jugé

Partager

Chaque fois que vous portez un jugement négatif sur quelqu’un, vous êtes vous-même jugé. Par qui ? Par votre conscience, votre tribunal intérieur. Une voix s’élève en vous pour vous demander ; « Et toi qui te prononces ainsi, es-tu si sûr que d’une manière ou d’une autre tu n’as pas ce même défaut ?

~Omraam Mikhaël Aïvanhov

Nous avons tous été sujets à porter des jugements négatifs, avec cette petite voix cruelle dans votre tête qui dit,  sa coupe de cheveux est moche ,  je déteste la tenue de cette personne,  elle est tellement idiote  , ce couple doit avoir une relation misérable . 

La voix qui donne une opinion négative sur des sujets dont vous ne connaissez peut-être pas toute l’histoire, la voix qui publie des commentaires sur des articles de blog ou sur Instagram, la voix qui juge les actions d’une célébrité ou d’un ami avant d’entendre leur point de vue, ou la voix qui bavarde derrière le dos des autres.

Annonce

Ne pas porter de jugement du tout, cependant, est pratiquement impossible. En tant qu’êtres humains, nous avons des opinions fortes. Nous devrions distinguer le bien du mal et nous sentir assez forts et puissants pour lutter pour le bien quand nous voyons le mal. 

Nous devrions savoir ce que nous aimons et n’aimons pas, et les valeurs qui sont importantes pour nous. Cependant, il arrive un moment où porter des jugements revient à critiquer, ce qui est destructeur pour notre propre santé mentale et notre estime de soi. La différence est que les opinions positives peuvent être utilisées pour critiquer un changement positif. Porter des jugements signifie être trop critique d’une manière inutile et nuisible.

Toutes les images / Pixabay

Les jugements peuvent avoir des conséquences néfastes et négatives. Ils peuvent vous empêcher de résoudre les problèmes, blesser les sentiments des autres lorsque vous n’en avez pas besoin ou que vous ne le voulez pas, et ils peuvent nuire à votre propre estime de soi et à votre bonheur.

Voici un texte d’Osho qui donne matière à réflexion :

Quand vous jugez, vous ne pouvez jamais être dans le présent.

Vous êtes tout le temps en train de comparer, d’aller du passé au futur, sans être jamais ici et maintenant.

Annonce

L’ici et maintenant est simplement là; il n’est jamais ni bon ni mauvais.

Et il n’y a pas moyen de dire s’il est meilleur, parce qu’il n’y a rien à quoi le comparer. Il est simplement là, dans toute sa beauté.

Mais l’idée même de l’évaluer implique la présence de l’égo.

L’égo est un grand perfectionniste; il se nourrit de perfectionnisme. Il ne cesse de vous torturer :
« Améliore-toi, améliore-toi ! ». Et il n’y a rien à améliorer.

Chaque fois qu’un jugement apparaît, abandonnez-le sur le champ. Laissez-le tomber.

C’est une habitude. Ne vous torturez pas inutilement.

OSHO

Conte court sur le jugement : Les quatre saisons

Apprendre le détachement

Il était une fois un homme, père de quatre fils.

Il voulait apprendre à ses quatre fils de ne point juger précipitamment. Pour cela il envoya chacun faire une enquête personnelle ; observer un poirier. Le premier fils partit en hiver, le second au printemps, le troisième en été et le benjamin en automne.

Quand tous furent partis et revenus, il les rassembla et leur demanda de lui décrire ce qu’ils avaient vu.

Le premier fils dit : « L’arbre était affreux, plié et ses branches tordues ».

Le second dit : « Non, il était couvert de pousses vertes et plein de promesses ».

Annonce

Le troisième n’était pas d’accord : « Mais non, il était couvert de fleurs qui sentaient bon et je le trouvais majestueux, c’était l’arbre le plus gracieux que j’avais jamais vu ».

Le benjamin secoua sa tête pour bien marquer sa désapprobation en disant qu’il portait des fruits bien murs, lourds de leur jus.

Le brave homme leur dit alors :

« Mes fils vous avez tous raison. Vous avez observé cet arbre à une saison différente et donc chacun a vu seulement une saison de la vie de l’arbre. Vous ne pouvez juger l’arbre sur une seule saison. Il en est de même des êtres humains ; ne les jugez pas sur une seule petite partie de leur vie. »

Juger une personne ne définit pas qui elle est, mais plutôt qui vous êtes. Préservons-nous des jugements trop hâtifs manipulés par des émotions fluctuantes victimes de la peur et de l’ignorance.

ZenStef (L’être intérieure)
5/5 - (1 vote)

Publié par Clément Artois

Clément a toujours été très empathique et possède de grandes capacités d'écoute, lorsque les gens ont besoin de conseils dans leurs relations, c'est toujours vers lui qu'ils se tournent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le mariage se termine mais les enfants restent pour toujours

Savoir se Taire, Savoir Parler : Quand vaut-il la peine de se taire