in

Les relations les plus saines sont celles qui sont honnêtes, celles qui sont fondées en présence

Partager

Les relations les plus saines sont celles qui sont honnêtes, celles qui sont fondées en présence, pas de fantaisie ou de faux espoir, et un profond engagement envers une vérité vivante.

Là où deux âmes peuvent partager leur authentique, en temps réel, incarné l’un avec l’autre, révéler leurs vérités les plus profondes – brutes, sale, non résolues, inachevées et rugueuses sur les bords – et continuellement lâcher leurs idées préconçues et conditionnées sur la façon dont elles  » Ça devrait être. La relation est continuellement renouvelée dans le creuset de l’intimité.

Annonce

Il y a peut-être des ruptures, des malentendus, des sentiments intenses de doute, de colère, de peur, d’anxiété et d’incertitude sur le chemin, oui, bien sûr, mais il y a une volonté mutuelle de faire face à ce désordre. Pour être vulnérable. Dire : « J’ ai mal, j’ ai mal, je ressens un profond chagrin » et je ne blâme pas l’autre pour cette douleur. Dire « J’ ai besoin de soutien » mais ne pas l’exiger de l’autre. Pour partager les désirs, les espoirs, les désirs et les rêves et ne pas commander que l’autre voit les choses de la même manière, ou répondre à tous vos besoins.

Pour recevoir leur  » non  » et leur  » oui  » aussi, même si ça fait mal.

Rester dans le creuset de la transformation ; regarder avec de grands yeux ouverts ensemble à la rupture actuelle, ne pas se détourner, ou s’accrocher à « la façon dont il était » ou suivre les idées d’autres personnes sur la manière dont les choses devraient être. Pour que les concepts de bonheur de seconde main brûlent. De s’asseoir parfois dans les décombres de rêves et d’attentes brisés, de plans et d’espoirs, et de travailler à trouver un lieu de reconnexion, de réparation et de reconstruction. C’est le travail courageux et souvent intense de relation.

Même si nous devons commencer par admettre des sentiments profonds de déconnexion. C’est une relation qui est vivante. Une relation qui fait de l’espace pour nos désirs les plus profonds, les peurs, les douleurs, mais ne s’attend pas à ce que l’autre les résolve, ou enlève le mal. Cela demande à l’autre d’être un témoin, une sage-femme pour notre propre guérison. Et offre la même chose en retour.

Annonce

Pour s’inspirer l’un l’autre pour trouver notre propre bonheur. Même si cela signifie laisser partir ou « rompre » la relation sous sa forme actuelle. L’amour tient l’autre à la légère, il ne s’accroche pas ou ne tente pas de contrôler. Il ne veut que le meilleur pour l’autre, il veut seulement qu’ils entrent dans leur pouvoir, vivent leur vie entière, trouvent leur joie la plus profonde, suivent leur chemin original, apprennent à aimer leurs corps et leurs propres sentiments profonds, et trouvent de nouvelles façons de prendre Soin D’eux-mêmes.

« je t’ aime, et je veux que tu te prospérer ».

La relation peut être le yoga ultime, oui, une aventure toujours plus profonde et une redécouverte de nous-mêmes et de l’autre, nous redécouvrir dans le miroir l’un de l’autre, un laisser-aller continu et une rencontre, une danse de solitude et d’unité, ne pas se perdre nous-mêmes. Dans les deux extrêmes, mais jouer quelque part au milieu. Parfois, ils se réunissent, parfois se séparent. Proximité et espace. Intimité avec d’autres, intimité avec moi-même. Respirer, respirer.

Annonce

La relation n’est pas un endroit où nous arrivons, un point d’arrivée, une destination, une  » chose une histoire morte ; elle est vivante, et pour toujours un point de départ, un début, chaque jour. Nous ne pouvons que commencer ensemble, ici, et il y a de la joie dans ce début. Il y a de l’excitation dans le fait de ne pas savoir. Il y a la vie dans la mort continuelle des attentes. Rester près d’une peur saine de la perte. Rester près de la groundlessness des choses sans se perdre dans ce groundlessness. Trouver la sécurité dans l’incertitude. Trouver un nouveau terrain dans le pouvoir de l’amour lui-même. Debout là où nous en sommes. Respirer et respirer.

Comme l’a dit Eckhart Tolle, les relations ne sont pas là pour nous rendre heureux.

Car le bonheur réel et durable est en nous tous, cette présence inébranlable que personne ne peut finalement nous donner, ni emporter. Nous sommes en sécurité dans tous les cas. D’autres ne nous complète pas. Ils ne nous sauvent pas, ni ne résolvent notre plus profonde expérience intérieure pour nous. Ils vont cependant nous donner le don d’exposer nos blessures, nos enfants intérieurs, ces fragments perdus, les amener à la surface, les endroits en nous qui pleurent pour l’empathie, ces beaux orphelins de la lumière.

Et puis, un risque ! Pour révéler nos cœurs crus, notre solitude, notre vulnérabilité, notre sensibilité, notre ignorance, notre joie, nos secrets  » honteux à un autre être humain sur cette petite planète bleue dans l’immensité de l’espace. Laisser tomber le masque et exposer le cœur sans protection et sans surveillance. Risquer d’être rejeté, laissé seul, honteux et ridiculisé. Pour risquer une répétition de l’ancien, peut-être.

Annonce

Mais un plus grand  » risque peut-être : être aimé pour ce que nous sommes !

Se tenir dans la lumière aveuglante d’une autre attention fascinée, comme un bébé tenu avec une telle tendresse par une mère attentionnée et attentive. Pour être rencontré dans l’instant présent, nulle part où se cacher, nulle part où courir. Pour laisser entrer le nouveau. Pour risquer de perdre l’image, le faux soi, le personnage soigneusement construit, et de laisser un autre embrasser la douceur ici. C’est la plus haute possibilité de relation. Voir un autre cœur délicieusement délicat et laisser votre propre cœur doux être vu. Dans le voyant, il peut y avoir guérison, transformation, grande beauté. Nous pouvons être des vaisseaux thérapeutiques pour nos frères et sœurs. Nous pouvons nous apporter des médicaments, des encouragements et une grande compagnie sur ce chemin parfois solitaire de la vie avant de mourir.

Et peut-être qu’il faut une vie pour découvrir : celui que tu as toujours désiré était vraiment au fond de toi. Et d’avoir celui-ci reflété par un autre – un partenaire, un ami, un amant, un thérapeute, ou un animal, un arbre, une montagne, la lune ou l’immensité du cosmos – même si ce n’est que pour un instant…

…Alors vous connaissez le paradis sur terre.

Jeff Foster

4.8/5 - (6 votes)

Publié par Clément Artois

Clément a toujours été très empathique et possède de grandes capacités d'écoute, lorsque les gens ont besoin de conseils dans leurs relations, c'est toujours vers lui qu'ils se tournent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce n’est pas parce que tu es spirituel que tu crois que tu dois devenir insensible ou au contraire amoureux de tout le monde

Ne vous en voulez pas si vous avez ouvert votre coeur et que quelqu’un en a profité