L’ego : ce faux-ami ! par Jessetvous

 

faux-ami

Image crédit : pixabay.com

L’ego : ce faux-ami !

Je vais vous parler de l’ego ce faux-ami qui habite nos jours comme nos nuits et nous rend esclave de son bon vouloir. Cet article est un résumé du chapitre « Les comportements de l’être humain lorsque la conscience est identifiée à l’égo » du livre de Annie Marquier «  LA LIBERTE D’ÊTRE »

Les êtres humains ne sont ni bons ni mauvais : ils se trouvent simplement dans un état de conscience qui induisent automatiquement certains comportements.

Cette grande diversité de réactions provient du fait que la personnalité peut se comporter très différemment selon la partie qui est aux commandes, tout comme une voiture suivra harmonieusement la route ou créera des accidents selon la compétence du conducteur. Selon qui dirige : le Soi ou l’ego, on obtient deux types de comportements, deux façons d’entrer en contact avec la réalité, deux façons très différentes de répondre aux circonstances.

L’ego : ce faux-ami ! :

L’ego et son déluge d’illusions :

Derrière chaque choix , chaque geste posé par l’être humain, il y a la recherche d’un sens d’accomplissement, de plénitude ou, pour le moins une recherche de satisfaction. Cela embrasse des choses très différentes selon le degré de conscience des individus. Cette recherche lorsqu’elle est vécue au niveau de l’ego, maintient l’être humain dans un état presque constant de tension et d’insatisfaction. Elle se présente sous la forme cyclique suivante : Supposons à un moment donné, que les circonstances de la vie ne nous soient pas favorables. On n’a pas ce qu’on désire.

Il nous semble que si les choses ou les gens étaient autrement on serait plus heureux. Alors on agit, on s’active pour changer ce qui ne va pas autour de nous. On cherche à l’extérieur des conditions ou des personnes qui vont nous rendre heureux ; à force de travail et de recherches, on arrive à générer des circonstances, à rencontrer des personnes qui semblent nous satisfaire. Pourtant, quelles que soient les circonstances et la réussite obtenue, la satisfaction construite dans cet état de conscience ne dure pas. Au bout d’un certains temps, on finit par redevenir insatisfait, on se retrouve au point de départ, et on recommence.

Le cycle de l’insatisfaction dans la relation de couple

On se sent seul, on pense que si l’on trouvait le partenaire idéal on serait vraiment heureux. Alors on cherche et, un jour, on finit par trouver quelqu’un qui semble convenir. On est très heureux … pour un temps. Puis les nuages arrivent dans notre ciel bleu. Plusieurs scénarios peuvent se produire à ce moment-là. Par exemple, pour aller au plus simple et au plus courant, l’élu de notre cœur devient de moins en moins charmant avec le temps, au point même que l’on se demande comment on a pu le trouver charmant .Alors, soit on endure une relation insatisfaisante, soit on finit par se séparer. Automatiquement, sans réfléchir un instant à la dynamique qui nous anime, on repart à la recherche de quelqu’un d’autre qui finalement, on l’espère, pourra nous combler de bonheur.

Un autre scénario : À force de chercher, on trouve et il nous semble que cette personne est réellement la perle précieuse et on s’attache, on devient dépendant et exigeant, jaloux, possessif, inquiet…On se conduit de façon étouffante et l’autre décide finalement de nous quitter. On se retrouve seul et on pense que c’est de la malchance ou que c’est la faute de l’autre ; on va essayer de faire mieux la prochaine fois, mais on ne sait pas comment. Alors on se met à la recherche d’une autre perle rare que l’on saura, cette fois-ci, attacher suffisamment pour qu’elle ne parte pas ! Et bien sûr la même dynamique se reproduit, on finit par se retrouver seul et on recommence, nourrissant fermement l’illusion que quelqu’un va pouvoir faire notre bonheur.

Il faut savoir que ce n’est pas une question de circonstance mais une question de conscience. Ce cycle d’insatisfaction est inéluctable si l’on est pris dans l’ego.

Se rendre compte, ne serait-ce que de cela, peut amener à la recherche du bonheur et à la satisfaction dans une autre direction, au lieu de lui tourner le dos et de se plaindre constamment que la vie est difficile et que les gens ne sont pas gentils.

Cette dynamique maintient l’être humain dans l’illusion que quelque chose d’extérieur pourra le rendre heureux. Elle permet de courtes périodes de satisfaction, suivies inévitablement de longs moments d’attente, d’espoir et d’insatisfaction. Elle maintient l’être humain dans un état de tension et de stress permanents. En effet, puisque le bonheur dépend des circonstances extérieures ou des gens autour de soi, on devient dépendant de ceux-ci mais on ne s’en aperçoit pas. Si les circonstances sont favorables on est content, sinon on est insatisfait.

On perd ainsi sa vie en espérant que demain, ou plus tard, ce sera mieux. Mais demain n’arrivera jamais, ce sera toujours demain. C’est ainsi que le moment présent , non vécu s’envole. On vit dans un passé qui n’existe plus ou dans un futur imaginaire. En fait on ne vit pas, on ne fait que survivre.

La plupart des êtres humains ne se posent pas la question de savoir si une autre manière de vivre existe : on est tellement habitué à fonctionner ainsi que l’on ne se rend pas compte.

C’est là une illusion de l’égo dont on peut se dégager en reconnaissant que le bonheur profond et durable est indépendant de toutes circonstances extérieures : le bonheur se trouve en nous et non en dehors de nous.

Les dynamiques de l’égo

  1. Elle maintient l’être humain prisonnier du cycle de l’insatisfaction : quoi qu’on fasse on se retrouve toujours insatisfait.
  2. Quoi que l’on fasse pour obtenir le bonheur, ce n’est jamais assez : on s’épuise à courir après un rêve qui ne deviendra jamais réalité
  3. On finit par avoir des comportements automatiques, générateurs de très peu de bonheur et de beaucoup de souffrances, autant pour la personne elle-même que pour ceux qui l’entourent.
  4. L’ego maintient l’être humain dans une dynamique qui le rend manipulable. Comme on cherche son bonheur à l’extérieur on est sous l’influence d’autrui et l’on se fait facilement manipulé pour être aimé ou accepté.
  5. Elle le rend dépendant des circonstances et des autres et lui enlèvent ainsi sa liberté.

Quoi que l’on obtienne, l’ego reviendra vite à la charge pour trouver de nouvelles bonnes raisons de nous apporter son lot d’angoisses. La sécurité que l’on pourrait acquérir à partir de circonstances extérieures est une illusion de l’ego.

Lorsque la conscience est prise dans la mécanique de l’ego, l’expérience de la plénitude est impossible. Elle est alors remplacée par le sentiment d’un vide intérieur que l’on n’arrive jamais à combler. Ce vide est ressenti douloureusement car l’être humain sait, au fond de lui ce qu’est réellement la plénitude et la beauté de la vie, et il les cherche à travers ce qu’il peut. Quoi que l’on fasse ce n’est jamais assez, il faut toujours recommencer. Il semble que ce soit un trou sans fond, et c’en est un.

La mécanique de l’ego ne peut en aucun cas nous donner un sens d’existence ni un sens de notre valeur intrinsèque. Lorsque l’ego dirige, on a tendance à chercher à l’extérieur quelque chose qui va nous donner l’impression d’exister et qui nous fera sentir notre propre valeur, puisqu’on ne peut pas la ressentir de l’intérieur. On se retrouve donc pris dans la recherche d’approbation, la recherche de l’amour, dans l’illusion que si on reçoit assez d’approbation et assez d’amour, on se sentira mieux.

Les comportements décrits sont reliés à des structures profondes de l’inconscient et ce n’est pas en les comprenant seulement avec notre intellect que l’on arrivera à les changer. Il y a tout un processus de transformation, de guérison et de libération du passé à faire, car nos comportements proviennent de ces structures anciennes, rigidifiées et logées dans l’inconscient et non dans notre mauvaise ou bonne volonté consciente.

Le fait de savoir que ces attitudes ne sont pas inéluctables et qu’elles ne sont que la conséquence d’un certain état de la conscience cela permet déjà d’ouvrir la porte à une recherche plus approfondie. On se pose alors les questions :

  • Quelle est la source de ces comportements ?
  • Comment l’ego fonctionne-t-il exactement et pourquoi fonctionne –t-il ainsi ?
  • Comment peut-on modifier ces comportements ?

Pour vous donner une idée du travail à accomplir, vous trouverez ci-dessous un tableau reprenant ce que l’ego pense et ce qu’il convient de penser quand on a accès à son Soi véritable :

La mécanique de l’égo La mécanique qu’il convient d’appliquer
Peur Sécurité
Remplissage Plénitude
Recherche de la facilité Bien-être
Recherche de la possession Sentiment d’être
Recherche d’approbation Amour inconditionnel
Comparaison Acceptation
Envie Contentement

Pour vous dégager de l’ego il convient de vous questionner sur le « pourquoi «  de vos envies ou de vos passages à l’acte. Demandez-vous si vous cherchez à l’extérieur une aide pour votre bonheur intérieur ? Demandez-vous si vous avez besoin d’autrui pour atteindre le bonheur ?

L’avis de jess

Pour vous dégager de votre égo, identifiez vos recherches de bonheur et apprenez à vous recentrer systématiquement sur vous et votre richesse interne : comment puis-je faire en sorte d’être heureux qu’importe les circonstances extérieures ? Comment puis-je me sentir satisfait dans toutes les circonstances de ma vie ?

Recentrez-vous sur l’ici et maintenant.

Connectez-vous à votre Soi intérieur grâce ( notamment) à la méditation

Prenez le temps de vous rendre compte que vous êtes votre plus belle création .

L’ego : ce faux-ami ! par Jess

Le livre Annie Marquier «  LA LIBERTE D ETRE » cliquez sur l’image :

thumbnail_jess
Biographie 
Coach en développement  personnel et experte en relation amoureuse,  je dispose des techniques pour pouvoir vous aider rapidement et efficacement.
Prenez-vous en main !
Devenez acteur de votre vie !
Décidez au lieu de subir !
Je suis là pour vous .
Jess
Sa page : https://www.facebook.com/jessetvous/
Son site : http://jessetvous.fr/

Eleonore Dubreuil

Un commentaire

  1. Bonjour et merci pour cet article 🙂

    L’ego est un faux-ami dans le sens où il ne faut pas tout le temps se fier à lui en effet. J’aurai aimé qu’on parle de l’importance de son rôle, qui n’est pas que de nous mettre des bâtons dans les roues. Il y a bien une raison plus profonde qui ont été explorées dans de nombreux courants (Psychologie et Spirituels) et qui peuvent être mis en relation avec l’instinct de survie.
    J’ai creusé la réflexion dans cet article : http://saimersoi.com/quest-ce-que-lego-le-mental/
    J’aime beaucoup le rappel de la notion du Soi véritable, car c’est là qu’est la source de ce que nous sommes aujourd’hui.
    Bonne journée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *