in

En général, nous avons peur de mourir parce que nous ne savons pas ce que veut dire vivre.

Partager

peur de mourir

 »Cependant la mort est extraordinairement semblable à la vie lorsque nous savons vivre.

On ne peut vivre sans en même temps, mourir.

On ne peut pas vivre sans en même temps mourir psychologiquement toutes les minutes.

Ce n’est pas un paradoxe intellectuel, je dis bien pour vivre complètement, totalement chaque journée en tant quelle présente une beauté toute neuve, on doit mourir à tout ce qu’était la journée d’hier, sans quoi on vit mécaniquement et l’on ne peut savoir ce qu’est l’amour , ce qu’est la liberté.

Annonce

En général nous avons peur de mourir parce que nous ne savons pas ce que veux dire vivre.

Nous ne savons pas vivre et, par conséquent, nous ne savons pas mourir.

Tant que nous avons peur de la vie, nous avons peur de la mort.

L’homme que la vie n’effraie pas ne craint pas de se trouver dans une insécurité totale, car il sait qu’intérieurement, psychologiquement, il n’y a pas de sécurité.

Ne pas rechercher une sécurité, c’est participer à un incessant mouvement ou la vie et la mort sont une seule et même chose.

peur de mourir
Image crédits : Pixabay

L’homme qui vit sans conflit, qui vit en présence de la beauté et de l’amour, ne craint pas la mort, car aimer c’est mourir.

Si vous mourez à tout ce que vous connaissez, y compris votre famille, votre mémoire et à tout ce que vous avez vécu, la mort devient une purification, un processus de rajeunissement; elle confère une innocence et seuls les innocents sont passionnés, non les croyants ni ceux qui cherchent à savoir ce qu’il advient après la mort.

Annonce

Pour savoir réellement ce qui se produit lorsqu’on meurt, on doit mourir…

Cela n’est pas une plaisanterie: on doit mourir, non pas physiquement mais intérieurement, mourir à ce que l’on a chéri et à ce qui a provoqué de l’amertume.

Si l’on a su mourir à l’un des plaisirs que l’on a eus, le plus insignifiant ou le plus intense, peu importe, mais d’une façon naturelle, sans contrainte ni argumentation, on sait ce que veut dire mourir.

Mourir c’est se vider totalement l’esprit de ce que l’on est, c’est se vider de ses aspirations, des chagrins et des plaisirs quotidiens.

La mort est un renouvellement, une mutation où n’intervient pas la pensée qui elle est toujours vielle. Lorsque se présente la mort, elle apporte toujours du nouveau.

Se libérer du connu c’est mourir et alors on vit « 

Se libérer du connu. Pages 95. Chapître le temps, la douleur, la mort. Editions Stock. 1994

Annonce
Notez cet article

Publié par Julie Latour

J'aime la spiritualité mais je suis surtout spécialisée en numérologie depuis bientôt 10 ans. Tout comme le célèbre philosophe, mathématicien et astrologue Pythagore, je pense que toutes les choses peuvent être exprimées par un nombre.Ne sous-estimons pas le pouvoir des nombres, ils peuvent révéler des informations essentielles sur notre avenir .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cacher un amour

Il m’est arrivé de cacher un amour par peur de le perdre !

vis tu vibres

Tu vis ce que tu vibres.