Accueil » Relations » Dépendance affective : c’est un peu plus qu’être épris de son conjoint

Dépendance affective : c’est un peu plus qu’être épris de son conjoint

Partager
Annonce
dépendance-affective

Dépendance affective: c’est un peu plus qu’être épris de son conjoint

Aujourd’hui, je vais vous expliquer ce qu’est vraiment la dépendance affective.

FAITES LE POINT SUR VOTRE DÉPENDANCE AFFECTIVE

Beaucoup de gens croient que c’est simplement être accro à son mec, avoir besoin de lui H24 ou ne pas pouvoir rester célibataire ne serait-ce qu’un seul jour ou encore avoir de gros besoins d’amour, d’affection et d’attention.

Annonce

Ok, tout ça fait partie du package de la dépendance affective mais ça ne suffit pas pour faire de vous une dépendante affective. Il faut bien plus qu’un gros besoin d’affection non comblé !

Pourquoi ?

Parce que tout le monde a besoin d’affection ! Les besoins affectifs sont aussi vitaux que les besoins physiologiques. Il est aujourd’hui reconnu que pour grandir harmonieusement, un enfant a besoin d’affection. Pareil pour un adulte ! Comme on a toujours besoin d’eau et de nourriture à l’âge adulte, on a toujours besoin d’être appréciée et reconnue pour être épanouie dans la vie ! Nos besoins affectifs varient tout au long de notre vie et vont dépendre de notre entourage, des événements que nous vivons, etc. Et comme un assoiffé dans le désert sera obnubilé par l’eau, quelqu’un en manque d’affection sera obnubilé par sa recherche d’affection. C’est tout à fait normal.

Donc être dépendante affective, c’est « un peu » plus que ça.

Un point que beaucoup oublie dans la dépendance affective, c’est l’aliénation de soi.

L’aliénation de soi, c’est quoi ?

1 – Renier son identité

Une dépendante affective manque d’estime d’elle-même. Elle ne croit donc pas pouvoir être aimée pour celle qu’elle est. Et elle va donc porter un masque pour plaire à l’autre. Elle va petit à petit devenir une autre personne pour obtenir l’amour, l’attention, l’approbation de l’autre. Petit à petit, elle va renier son identité pour assouvir sa soif d’appréciation et de reconnaissance. De plus en plus, ce sont les autres qui vont lui dicter la personne qu’elle va être.

Exemple : Lorsque vous faites semblant d’être sûre de vous et indépendante parce que vous pensez que les hommes aiment les femmes qui ont confiance en elle alors que vous avez juste envie qu’il vous prenne dans ses bras et vous rassure. Ou lorsque vous vous intéressez à la politique pour pouvoir tenir une conversation sur le sujet alors que ça vous ennuie mortellement mais vous le faites parce que vous croyez que les hommes que vous voulez sont fan de politique…

Annonce

Autres signes : si vous ne vous aimez pas et si vous avez souvent honte de vous et que vous avez peur d’être « dévoilée », que les autres se rendent compte que vous n’êtes pas celle que vous paraissez être, si vous vous jugez sévèrement, si vous vous retenez souvent d’être, de dire et de faire…

Parce que à force de vous abstenir d’être vous-même, eh bien vous devenez aliénée. Pour certaines, c’est même devenu un mode de vie. Mais à quel prix ?

2 – Nier ses besoins

Nier ses besoins, c’est ne pas les écouter, les ignorer. Ou lorsqu’on en est consciente, c’est ne pas les exprimer, ne pas agir pour les satisfaire. C’est aussi les minimiser en se disant qu’on en a pas vraiment besoin en fait.

Exemple : Lorsque vous cachez vos besoins d’affection parce que vous pensez que vous n’êtes pas normale, que vous avez un problème et donc vous vous en sentez trop coupable. Quand vous préférez lui rendre service et être gentille pour obtenir en retour l’affection dont vous avez besoin parce que vous n’êtes pas capable d’exprimer vos besoins clairement.

Ou lorsque vous êtes en colère après lui, qu’il a eu un geste ou un mot déplacé mais que vous ne dites jamais rien ou vous vous dites « ce n’est pas grave, il ne l’a pas fait exprès, il est stressé… ». Ou lorsque vous agissez à l’inverse de ce que vous ressentez comme sourire alors que vous êtes triste parce que vous ne voulez pas gâcher l’ambiance… Vous ignorez vos besoins en espérant qu’ainsi, ils partiront d’eux même.

Pourquoi la dépendante affective nie ses besoins ?

Parce qu’elle ne s’aime pas. Elle s’accorde peu de valeur et donc peu de valeur à ses besoins. Et elle a peur de gêner en les exprimant. Elle ne se sent pas digne de recevoir des autres ce dont elle a besoin.

Annonce

Sauf que le besoin est toujours là et ne part pas simplement en l’ignorant. Il devient même de plus en plus fort quand on y répond. Vous n’avez jamais remarqué que votre envie de chocolat devient de plus en plus forte à force d’y résister ?  Et c’est pour ça que la recherche d’amour et d’affection de la dépendante affective peut tourner à l’obsession. Parce qu’elle ne trouve pas de réponse satisfaisante.

Alors comment fait-elle pour trouver de l’affection sans en demander explicitement ?

Lorsque ce n’est plus possible pour une dépendante affective d’ignorer ses besoins tellement ils sont devenus pressants, elle va tenter de les faire deviner par l’autre et espérer qu’il y réponde. Elle va renier son identité et être parfaite pour mieux se faire aimer.

Sauf que à force de nier ses besoins, la dépendante affective devient aliénée. Elle perd de plus en plus contact avec ce qu’elle ressent jusqu’à ne plus être consciente de ses besoins et de ses émotions. En général, la dépendante affective met difficilement des mots sur ses besoins et ses envies.

Et en étant coupée de ses ressentis, elle est en général mal dans sa peau et vit dans l’angoisse. Pour rappel, l’angoisse, c’est de l’inquiétude par rapport à une menace indéterminée. Pour elle, l’angoisse est trop insupportable pour y faire face et regarder le besoin qu’elle a derrière. Et puis elle ne saurait pas gérer ce besoin et en faire une demande explicite. Donc elle préfère l’ignorer.

3 – Nier son propre jugement

La dépendante affective doute, hésite, manque de confiance en elle. Elle peut aller jusqu’à douter de son propre jugement et s’appuyer sur l’avis et l’opinion des autres.

C’est votre cas si vous n’arrivez pas à prendre de décision par vous-même et que vous avez toujours besoin de son avis, de l’avis de papa, d’une amie, etc.

4 – Cesser d’exister

La dépendante affective va complètement s’effacer, s’oublier, prendre le moins de place possible pour donner la place aux personnes dont elle veut être aimée. Donc elle va minimiser ses besoins pour ne pas gêner. Elle va se sacrifier, se mettre au service de l’autre, se rendre indispensable pour éviter d’être abandonnée et obtenir son amour en retour au lieu d’exprimer clairement ses besoins d’affection.

Annonce

Quelques signes : lorsque vous n’arrivez plus à vivre votre propre vie. Ou lorsque vous négligez vos amis, votre famille, vos hobbies… quand vous êtes en couple. Ou lorsque vous n’avez jamais d’avis ou vous êtes toujours d’accord avec votre chéri : « Ça te dit de sortir ce soir ? – Comme tu veux. », « On se fait un ciné ? – Si tu veux, je suis ok », « Quel film veux-tu voir ? – Oh, peu importe. »

Pour résumer, la dépendance affective se caractérise par de gros besoins affectifs mais surtout par une recherche d’affection inadéquate et vouée à l’échec. La dépendante affective va s’aliéner, devenir une autre personne pour obtenir ce qu’elle veut. Parce qu’elle ne se sent pas assez digne pour demander explicitement ce dont elle a besoin.

Elle n’ose pas prendre la responsabilité de ses besoins et les assumer. Assumer ses besoins c’est les exprimer clairement, par exemple en faisant cette demande explicite à son chéri :

« J’ai besoin que tu me dises Je t’aime régulièrement. Cela me rassure et me fait me sentir importante à tes yeux. »

Ne pas assumer ses besoins, c’est attendre qu’on les devine et faire en sorte que l’autre y réponde sans qu’on ait besoin de les exprimer explicitement. Un peu comme une personne assoiffée dans le désert qui prierait pour que l’eau vienne à sa bouche sans qu’il ait besoin d’aller en chercher ou d’en demander à quelqu’un.

Donc il ne s’agit pas pour elle de faire plus mais de faire autrement.

Si cet article vous parle, vous a aidé, n’hésitez pas à liker, partager, à le faire s’envoler sur vos pages afin qu’il aide un maximum de femmes !

A vos claviers maintenant ! Et dites-moi : Etes-vous dépendante affective ? Comment vivez-vous cette dépendance ? Quelles prises de conscience avez-vous faites ?

Si vous êtes dépendante affective, sachez qu’il est possible de s’en sortir ! J’en suis la preuve vivante. Je l’ai fait. Et je vais vous donner le chemin de la libération dans un très prochain article. Pour ne pas le rater, inscrivez-vous à ma liste VIP et soyez prévenue de sa sortie !

Annonce

3 commentaires sur “Dépendance affective : c’est un peu plus qu’être épris de son conjoint”

  1. L’article fini en disant, pour qu’il aide un le plus grand nombre de femme ??? il y a beaucoup d’homme dépendant affectif , cet article peut aider tout le monde ??

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *