Quelle définition avez-vous de vous m’aime ?

 

 vous m’aime

Image crédit : Pixabay

Quelle définition avez-vous de vous m’aime ?

Haute définition

Nous vivons une époque où nous regardons sur nos écrans plats des films en Haute Définition. Par contre, quand il s’agit de nous-mêmes nous avons tendance à visualiser des définitions, limitatives et enfermantes.

Nous nous enfermons dans les définitions que nous avons de nous –mêmes.

La plupart de celles-ci nous ont été transmises et inculquées par l’extérieur.

Un partie inconsciente de nous à dit « Oui » et, à notre insu nous modelons notre comportement, nos habitudes et nos actes pour « coller à cette définition ».

La plupart de des définitions sont limitatives, enfermantes, dévalorisantes. Ce sont celles-ci qui tissent la trame de notre devenir.

Exemple :

« Je suis au chômage, j’ai des problèmes d’argent depuis des années, je n’arrive pas à m’en sortir et à mon âge il n’y a aucune raison valable pour que çà change ».

Ce genre de définition agit comme une sentence au niveau de la conscience et  nous place dans un statut de pauvre créature impuissante, ballottée par le destin collectif.

Au lieu de nourrir cette définition emprisonnante, il suffit d’oublier le passé et de changer le paradigme.  Effacer le passé, en disant par exemple «  Je suis une créature responsable, créative, sur le chemin du meilleur de moi-même et des opportunités magnifiques vont se présenter à moi aujourd’hui ».

La première pensée du matin génère le climat de la journée. On peut se dire : «  encore une journée de boulot, çà va être la galère, et puis en plus  il pleut »   ou «  qu’est ce que je vais bien pouvoir faire aujourd’hui pour être heureux, tiens il pleut mais çà va pas durer ».

Celui qui se réjouit sans cause chaque matin, simplement parce qu’il est vivant, se tisse un bel avenir, la joie de vivre le rend en meilleure santé.

Celui qui râle ou se plaint tout le temps, n’est pas reconnaissant de ce qu’il a (la vie) se tisse un chemin épineux.

Certes, il ne s’agit pas de jouer l’autruche et de ne pas voir la réalité du présent mais d’accepter ce qui est, de sortir d’une zone de lutte intérieure  pour entrer dans une zone de paix, car c’est là et nulle part ailleurs que l’inspiration surgit.

Personne d’autre que nous  peut dire « Je Suis » à notre place et c’est par ces deux mots magiques que nous élaborons la définition que nous avons de nous-mêmes et que nous créons cette réalité.

« Profite de chaque moment, ta vie c’est maintenant »

Christian Duval   Source : /lagazettedewydyr.over-blog.com

Jean-Charles Fricotté

2 Commentaires

  1. bonjour, je fais partie de ces personnes qui sont contentes de leur sort, et de ce qu’il contient, et arrivée en fin de vie, je suis assez fière de ce que j’ai fait de ma vie car je suis devenue ce que j’avais envie d’être.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *