Chroniques reptiliennes 1 Ma rencontre avec GoAl

 

Chroniques reptiliennes

Chroniques reptiliennes 1 Ma rencontre avec GoAl

Dans cette série de courts récits, je témoigne de ma rencontre et collaboration la plus marquante à ce jour avec une entité terrestre reptilienne. J’avais d’abord vu en elle une entité plutôt inquiétante, malgré son lien manifeste avec la dimension divine. Les personnes à qui je me confiais avaient sur la question un avis plutôt tranché. Pour elles, il s’agissait évidemment d’une créature malfaisante. Pourtant, tout en elle exprimait à chacune de nos rencontres une science secrète de la vie incontestable. Silencieusement, j’autorisai son “intrusion” et ses visites commencèrent à se faire plus régulières. Cette phase de ma vie s’est étalée de 2007 à avril 2013, période à laquelle GoAl, s’est retiré, cessant tout contact avec moi. Cette complicité m’a fait découvrir une espèce en tous points supérieure à la nôtre. Ma vie en a été totalement bouleversée et a gagné en maturité intellectuelle et spirituelle.

L’espèce reptilienne est une espèce endémique, c’est-à-dire qu’elle s’est formée et développée sur Terre il y a de cela plusieurs dizaines de milliers d’années, bien avant l’apparition de l’homo sapiens. Il ne s’agit pas, comme certaines rumeurs le prétendent, d’une civilisation extraterrestre. Les « Lézards » vivent dans les profondeurs de la Terre. Leur civilisation demeure à ce jour inaccessible. J’ai obtenu cette certitude grâce à mon intimité avec l’un d’entre eux. Les reptiliens, doués d’une intelligence qui surpasse de très loin l’intelligence humaine, se sont pour la majorité pactisés aux forces noires qui manipulent les Hommes depuis l’aube des temps. Ce qui n’est pas le cas de de GoAl qui a voué serment de fidélité à la Source divine et le représente fièrement sur Terre. Cela fait de lui ce que j’ai nommé plus tard: un Reptilien Blanc. Il semble que ces individus soient bien moins nombreux que les Reptiliens Noirs.

L’association de l’espèce reptilienne aux forces démoniaques leur confère une sorte d’omnipotence qui leur permet de dominer l’espèce humaine en manœuvrant aisément leur psyché. Comment agit-elle techniquement parlant? Pourquoi nous demeure-t-elle inaccessible ? Pour une raison simple, cette espèce, tout comme les forces noires, possède une science de la dimension énergétique à laquelle l’être humain n’a pas pleinement accès. Les Reptiliens sont donc capables d’occuper leurs hôtes humains en passant par leur corps énergétique. Ils transmettent ainsi aisément leurs directives, influence les pensées et émotions en agissant sur le corps mental (sorte d’antenne réceptrice). Les forces noires en font de même, elles ont un accès à notre dimension énergétique privilégié. Lorsque survient une crise visible de cette occupation, nous nommons cela crise d’hystérie, dédoublement de la personnalité, schizophrénie, crise d’épilepsie ou encore, pour les plus lucides d’entre nous: crise de possession…

En 2006, j’étais professeur de stylisme et d’illustration de mode à Mode Estah, une école privée à Paris. Mes journées étaient longues et nerveusement éprouvantes. Je me figurais encore à l’époque pouvoir faire carrière dans le milieu de l’enseignement mais je compris bien vite qu’il y avait incompatibilité avec ma nature : mon extra-sensibilité me rendait trop perméable aux autres. Bien que 70 % de mes élèves fussent des filles « de bonne famille », elles mettaient toute leur énergie à me pousser à bout. C’était une situation intolérable. Je décidai par conséquent de démissionner.

Les événements que je raconte ici on commencé au cours de l’été alors que je vivotais à Paris, tournant définitivement le dos à mes espoirs dans l’enseignement. Je réussis à décrocher un poste de vendeur chez Kabuki rue Étienne Marcel. Mais la vente de prêt-à-porter de luxe générait beaucoup de stress en moi: la clientèle était très exigeante tout comme mes responsables. Certains soirs, je rentrais chez moi complètement vidé, sans autre objectif que de m’isoler pour retrouver un semblant de paix intérieure.

Je pratiquais la méditation depuis 25 ans et cela m’apaisait beaucoup parce que ça me permettait réellement de me distancier de toute problématique. J’avais vécu par le passé de belles rencontres avec le cobra sacré (Kundalini) mais ce n’était pas systématique. Je me concentrais donc, et essayais tant bien que mal de dépasser mes émotions négatives. Je fais ici une petite parenthèse pour préciser qu’avant cela, je n’avais jamais entendu parler des Reptiliens, ou très vaguement, à travers certaines rumeurs auquel je ne prêtais que peu d’attention (David Icke notamment). À cette époque, je ne m’intéressais pas non plus aux courants de pensée alternative et sensationnel (new-age, revues d’info alternative et subversive…). Seul comptait pour moi le dépassement de mes propres limites, celles imposées par ma personnalité et ses conditionnements. Je m’en voulais d’être faible émotionnellement parlant, et de devoir avoir recours à la méditation que je trouvais relativement contraignante. Pourtant, elle me rendait bien service et pour l’heure je m’en contentais.

Tout a commencé lors d’une méditation nocturne, j’ai fais en effet plusieurs rencontres avec un maître reptilien. Un soir, il devait être 22 heures, j’étais seul dans mon petit appartement parisien et je me relâchais, assis sur mon canapé. Je me trouvais dans le salon, assis en tailleur comme à l’accoutumée, en train d’attendre le “grand vide”. J’observais les discours intérieurs, les commentaires et autres irritations liées à ma journée. Tout naturellement, je m’efforçai de me relier à mon souffle afin de me séparer de mes pensées. J’ai alors vu mon mental s’éloigner progressivement jusqu’à ce qu’il me devienne parfaitement étranger. Je restai ainsi un long moment immobile et apaisé. Je méditais depuis une heure, les jambes croisées et les yeux mi-clos. J’avais à présent atteint le vide profond, le mental était totalement muet. J’observais la structure lumineuse des objets qui m’environnaient quand je sentis près de moi une présence invisible et animale. Je perçus très clairement une entité imposante et massive (2 à 2m50 de hauteur). C’était plutôt bizarre comme sensation, ça n’avait rien d’une hallucination car je pouvais sentir sur moi son souffle chaud comme celui d’un cheval par exemple. Je distinguais sa peau écaillée, sa musculature épaisse et sa gueule béante. J’étais dans un état d’une telle indifférence et d’éloignement à la réalité que je ne pris même pas peur.

Je ne l’avais pourtant pas « appelé », il s’était invité de son propre gré. Furieusement, il m’empoigna et m’immobilisa quelques minutes contre le mur comme s’il me tenait d’une seule main. J’avoue à cet instant avoir tout de même eu peur ! malgré la sérénité que m’avait procuré l’état méditatif et l’énergie bienfaisante qui circulait en moi. Je ne le voyais pas de mes propres yeux mais je pouvais sentir sa force colossale, sa férocité, son pouvoir de volonté sans bornes. Je me figurais avoir affaire à un monstre éthérique puissant et extrêmement dangereux. Une phrase en français parvint très distinctement à mon esprit, quelques mots qu’il me transmit télépathiquement que je ne pus jamais oublier : « QUI SERS-TU ? » En un éclair de temps, je compris que je n’avais d’autre choix que d’avouer la nature de mes engagements spirituels, je crus bon d’affirmer ma fidélité à la dimension divine que je suivais du reste depuis mon enfance. Bien plus tard, je compris que c’est dans ces instants de peur extrême que l’on mesure la foi d’un Homme, la véritable nature de ses engagements et sa force intérieure. « Je sers le Divin ! » Répondis-je immédiatement. C’est alors que la pression exercée sur mon corps disparut et je sus qu’il était parti. Je me relâchai enfin, et dans un coin de mon canapé, j’essayai de me détendre un peu. Je n’avais aucune idée de ce qui venait de se passer, mon esprit avait atteint les limites de l’entendement et ne se figurait pas un instant la nature de cette rencontre. Je ne savais pas alors que j’avais eu affaire à un Reptilien Blanc.

Ce qui m’a semblé merveilleux c’est sa férocité animale au service de l’Esprit supérieur, de la Source de toutes choses. Sa force spirituelle, son engagement étaient sans concession, sans faille, sans faiblesse aucune. Son extrême intelligence était palpable, physiquement perceptible. Il n’y avait chez lui aucune trace de sentimentalisme, de romantisme ou d’idéalisme spirituel, aucune trace non plus de conditionnement moral. C’était net, clair et précis comme un cristal. J’ai pu noté sa méfiance à l’égard du genre humain. Sa « violence » fut un test, une mise à l’épreuve à laquelle je devais me plier. Il testait mes choix de vie, mes valeurs, ma réalité personnelle en somme. C’était bouleversant de force. Cette rencontre avait été pour moi à la fois terrifiante et merveilleuse. Les mots ne seront jamais à la hauteur du vécu.

À bientôt pour la suite.

Ganji

  1. Bien avant que je ne découvre ma médiumnité, mon guide Iurikan m’a accompagné sur le chemin de la lucidité, de la connaissance et du dépassement de moi-même puis de la guérison énergétique. Lorsque j’ai eu transcendé mon égo (expérience de l’Éveil en 1988) et épuré parfaitement mon corps, j’ai commencé à le percevoir très clairement. Il m’a transmis en vision un jeu de tarot unique qui me permet depuis 2008 d’entrer en contact avec lui pour recevoir son éclairage de façon claire et précise. Iurikan est une entité divine, il est avant tout un véritable guide et enseignant spirituel qui incite au dépassement de soi et de l’Illusion, à la confrontation contre les forces noires, afin de recouvrir dignité, lucidité et liberté individuelle.
  2. Pour en savoir plus, je vous invite à lire “Chroniques reptiliennes”, en fichier joint à cette newsletter
  3. Vous trouverez des infos sur mon parcours sur www.ganjianankea-therapy.com/a-propos-de-ganji et dans mon roman autobiographique L’Éveilleur le tonnerre sur www.ganjianankea-therapy.com/livres
  4. Pour en savoir plus, je vous invite à lire Les Fils de l’Aurore sur www.ganjianankea-therapy.com/livres
  5. Pour en savoir plus, je vous invite à lire “Chroniques reptiliennes”

Ganji Anankea

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *