in

Chaque fois que je pleurais, tu mourais un peu…

Partager
Chaque fois que je pleurais

Chaque fois que je pleurais, tu mourais un peu…Ton amour, bien qu’il ait été précieux, portait toujours en lui une trace d’abandon. Cela signifie que, même lorsque tu étais présent, il y avait une ombre de ton départ imminent qui planait. Chaque moment partagé avec toi était teinté par la possibilité que tu puisses partir à tout moment, et cette incertitude a laissé une marque indélébile.

Cependant, maintenant que le temps a passé et que j’ai pris du recul, je réalise que je n’ai plus besoin de faire tout un drame à ton sujet. Autrefois, je dramatisais peut-être ton absence et ton manque d’attention, mais aujourd’hui, je me rends compte que tu ne méritais pas autant d’énergie et de lamentations.

Il n’était pas nécessaire que je t’efface activement de ma mémoire ou de mon cœur.

En réalité, à chaque fois que tu m’abandonnais et que tu me laissais seule avec mes larmes, tu te détachais progressivement de moi tout seul. Ton absence répétée et ton indifférence ont naturellement érodé les souvenirs et les sentiments que j’avais pour toi. Chaque larme versée en solitude a contribué à effacer un peu plus ton empreinte de mon être.

J’ai pleuré pour tout ce que nous avons vécu et pour tout ce que je savais qui ne tarderait pas à se désintégrer.

Cependant, le seul échec véritablement fatal est celui du cœur ou d’un autre organe vital, alors j’ai pu continuer à vivre en voyant notre relation se déliter peu à peu.

J’ai tout essayé pour te faire entendre raison : je t’ai supplié de m’écouter, je suis monté sur une chaise, j’ai utilisé un mégaphone, j’ai habillé mon corps pour attirer ton attention, j’ai gesticulé et crié ton nom. Nous avons discuté l’autre jour, mais depuis, des parties de toi semblent s’être évanouies.

J’ai essayé de me persuader que tout allait bien, que ta simple présence était suffisante.

Tout se passait dans ma tête. Peut-être que j’exagérais, après tout, personne ne peut accorder autant d’attention à un autre être humain. Mais est-ce que quelqu’un peut vraiment être si occupé ? Quand j’ai pris conscience de cette réalité, une autre partie de toi s’est évanouie.

Un couple est formé de deux personnes qui luttent constamment pour ne faire qu’un.

Chaque fois que je pleurais

Alors pourquoi avais-je l’impression de mener une bataille solitaire ? Je t’ai perdu en moi et j’ai tenté de te reconquérir chaque jour. Avant même de comprendre que je ne pourrais jamais obtenir l’amour de quelqu’un qui ne serait jamais prêt à se battre pour moi. Tout ce temps passé était vain, et le pire, c’est que même si tu le savais, tu m’as laissé continuer.

Une fois de plus, j’ai pleuré, tu n’existais presque plus.

Je me suis promis de ne pas abandonner tant que je ne serais pas sûr d’avoir tout fait pour me reconstruire. Je t’ai appelé, je t’ai appelé, je me suis tenu à ta porte, j’ai sonné, j’ai demandé refuge dans tes bras. Pas de réponse. Je t’ai vu devenir une histoire de carte postale.

Alors j’ai pleuré. J’ai déversé des litres de rêves sur un avenir qui n’arriverait jamais.

Il y a quelque chose de profondément déchirant à abandonner sans même avoir eu la chance de goûter à ce qui aurait pu être. Cette sensation d’inachevé est d’autant plus douloureuse que l’on se demande constamment ce qui aurait pu se passer si l’on avait persévéré un peu plus, essayé un peu plus fort. J’ai pleuré parce que mes désirs étaient immenses et mes espoirs si grands, alors que je recevais si peu en retour. L’écart entre ce que je voulais et ce que j’avais réellement était accablant.

Au début, tout semblait tellement prometteur.

Chaque fois que je pleurais
Toutes ls images DaLL-E

Tu avais su dire et faire ce qu’il fallait pour que je croie en nous, pour que j’aie foi en notre avenir commun. Tes promesses étaient séduisantes, elles peignaient un tableau idyllique de ce que nous pouvions devenir. Mais rapidement, j’ai découvert que ta capacité à promettre n’était surpassée que par ton incapacité à tenir ces promesses. Cette réalisation a été un coup dur, un réveil brutal à la réalité de notre relation.

Cependant, il y a une certaine sagesse à apprendre à s’abandonner.

À accepter que parfois, peu importe combien on essaie, combien on lutte, les choses ne se passeront pas comme on le souhaite. Le bateau de notre relation ne naviguera pas, même avec les courants les plus favorables. Reconnaître cela, c’est admettre une vérité douloureuse, mais nécessaire pour avancer.

C’est normal de ressentir cela, de vivre cette déception et cette tristesse. J’ai pleuré pour toi, pour nous, pour ce que nous aurions pu être mais ne serons jamais. Ta présence dans ma vie a progressivement disparu, chaque espoir déçu effaçant un peu plus ton image de mon cœur.

À la fin, tu as cessé d’exister pour moi. Tu es mort petit à petit, jusqu’à ne plus exister du tout. Ce processus de deuil m’a permis de comprendre et d’accepter la réalité, aussi douloureuse soit-elle, et de commencer à guérir.

5/5 - (5 votes)

Publié par Julie Latour

J'aime la spiritualité mais je suis surtout spécialisée en numérologie depuis bientôt 10 ans. Tout comme le célèbre philosophe, mathématicien et astrologue Pythagore, je pense que toutes les choses peuvent être exprimées par un nombre.Ne sous-estimons pas le pouvoir des nombres, ils peuvent révéler des informations essentielles sur notre avenir .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lorsque les gens vous offensent, ne stressez pas. Souriez et continuez.

Dépendance à l’engagement et besoin d’aimer : 6 points