in

Ce matin, j’ai comme une envie de vous parler de ma mère

Partager

Ce matin, j’ai comme une envie de vous parler de ma mère .

La peau de son visage rond ne connaissait pas les crèmes, le gloss ne croisait pas ses lèvres et le mascara oubliait ses cils au passage .

Les parfums s’évaporaient malgré eux, à force d’attendre un geste d’elle. Pourtant ! Elle en avait des parfums , des crèmes , des rouge à lèvres et des palettes de maquillage, qui étaient posés là, comme des bibelots que l’on dépoussière, sur cette fameuse coiffeuse imposante à trois glaces… Les rares fois où je la voyais les déplacer , c’était lorsqu’elle se préparait pour fêter un mariage de je ne sais qui et ce jour là, je suis restée figée, la fixant tout ébahie de la voir se préparer pendant des heures …

Annonce

Elle se brossa les cheveux d’une drôle de façon, une raie sur le côté comme tracée par la main d’un architecte ! Aucune mèche ne dépassait.

Une coupe à la Jacqueline , selon elle ! Une fois coiffée, elle commença à s’habiller et ce fut quelque chose! D’abord, elle enfila ses bas opaques couleur chair qui venaient du troisième tiroir de son armoire. Ensuite, elle mit une sorte de robe à bretelles longue satinée qui brillait sous les rayons du soleil, ce dernier s’invita comme toujours dans sa chambre, à partir du mur du stade pour disparaitre petit à petit derrière le port en face, le soir .

Ah ! Si seulement elle avait pu sortir comme ça.

Mais ce n’était que la première couche de sa tenue. Elle enfila une autre robe, toujours aussi longue, son ourlet cachait celui du dessous et caressait le sol comme une princesse dès qu’elle passait d’un coin à un autre. Et je ne vous raconte pas lorsqu’elle traversait le long couloir .

La regarder descendre les escaliers était la plus belle scène.

ça va aller

Elle enfila sa deuxième robe transparente qui paraissait légère, et pourtant ! Elle pesait des tonnes. Des broderies au fil d’or ornaient son buste…des perles de toutes les couleurs étaient brodées là, et comme si ça ne suffisait pas , on y avait ajouté des grosses pierres au milieu des fleurs. Un drôle de jardin poussait sauvagement sur ce bout de tissu qui subissait sans dire un mot ….

Je comprends mieux pourquoi j’aime la couleur orange maintenant , la robe orange à grosse fleurs vertes allait très bien à ma mère… Une fois habillée, elle se dirigea vers la boîte métallique un peu rouillée sur le côté.

Annonce

Elle sortit tous ses bijoux, sans ordre et soudain tout s’accéléra. L’index était déjà armé de deux grosses bagues l’auriculaire quant à lui, était étouffé par un cobra doré aux yeux verts, et son alliance avait disparu entre la perle et ĺ’Agathe .

Et les autres doigts ne furent pas épargnés. Passons maintenant aux poignets ; elle superposa des bracelets, certains étaient trop serrés car elle avait pris quelques kilos depuis le jour où elle les avait achetés, mais elle les enfonça avec énergie , jamais découragée, jusqu’à la dernière gourmette. Et comme si ça ne suffisait pas, elle ajouta sa montre aussi dorée que le reste . Je ne l’ai jamais vue regarder l’heure , je me demande même si elle fonctionnait vraiment, quand j’y pense maintenant…

Chez nous, les femmes mettaient tous leurs bijoux, pour prouver que leur mari les aimaient .

Amour

Quelle drôle de vision de l’amour ! C’est insensé comme preuve d’amour puisqu’elles s’offrent elles-mêmes leurs bijoux et souvent à crédit chez quelques marchandes d’or clandestines très bavardes ! Puis ma mère fit un dernier tour de magie, et pas des moindres « La ceinture aux 30 Louis d’Or »pour marquer sa taille. Je n’ai jamais compris pourquoi des têtes de Napoléon serraient la taille de ma mère.

Et pourquoi pas celle d’un président, sur lequel on faisait plein d’éloges dans nos livres d’histoire ?! Et pourquoi pas la tête de mon père ?

Qu’a fait Napoléon pour nous et pour ma mère ?

Bien sûr, je n’avais aucune réponse à ma question, ni à aucune autre d’ailleurs ! Avoir des questions sans réponse était tellement banal, que c’est devenu une règle chez nous……

Auteur inconnu

Annonce
5/5 - (1 vote)

Publié par Julie Latour

J'aime la spiritualité mais je suis surtout spécialisée en numérologie depuis bientôt 10 ans. Tout comme le célèbre philosophe, mathématicien et astrologue Pythagore, je pense que toutes les choses peuvent être exprimées par un nombre.Ne sous-estimons pas le pouvoir des nombres, ils peuvent révéler des informations essentielles sur notre avenir .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quand une personne t’offre son cœur, si un jour, tu trahies cette confiance

Le don de soi : « Le temps n’est jamais perdu s’il est donné aux autres. »