in

Prière amérindienne: quand je ne serai plus là laissez-moi partir!

Partager
Prière amérindienne

Prière amérindienne:

Quand je ne serai plus là, lâchez-moi ! Laissez-moi partir

Car j’ai tellement de choses à faire et à voir !

Ne pleurez pas en pensant à moi !
Soyez reconnaissants pour les belles années
Pendant lesquelles je vous ai donné mon Amour ! Vous ne pouvez que deviner

Le Bonheur que vous m’avez apporté !
Je vous remercie pour l’Amour que chacun m’a démontré !
Maintenant, il est temps pour moi de voyager seul.Pendant un court moment vous pouvez avoir de la peine.
La confiance vous apportera réconfort et consolation.

Nous ne serons séparés que pour quelque temps !
Laissez les souvenirs apaiser votre douleur !
Je ne suis pas loin et la vie continue !Si vous en avez besoin, appelez-moi et je viendrai !

Même si vous ne pouvez me voir ou me toucher, je serai là,
Et si vous écoutez votre Cœur, vous sentirez clairement
La douceur de l’Amour que j’apporterai !

Annonce

Prière amérindienne:

Quand il sera temps pour vous de partir,

Je serai là pour vous accueillir,
Absent de mon corps, présent avec Dieu !

N’allez pas sur ma tombe pour pleurer !
Je ne suis pas là, je ne dors pas !
Je suis les mille vents qui soufflent,
Je suis le scintillement des cristaux de neige,
Je suis la Lumière qui traverse les champs de blé,
Je suis la douce pluie d’automne,
Je suis l’éveil des oiseaux dans le calme du matin,
Je suis l’étoile qui brille dans la nuit !

N’allez pas sur ma tombe pour pleurer
Je ne suis pas là, je ne suis pas mort.

Prière Amérindienne

Annonce

Publié par Clément Artois

Clément a toujours été très empathique et possède de grandes capacités d'écoute, lorsque les gens ont besoin de conseils dans leurs relations, c'est toujours vers lui qu'ils se tournent.

26 Commentaires

Laisser un commentaire
  1. *Texte écrit par Charlotte Néwashish-Flamand lors du décès de son oncle survenu subitement.
    Matcaci veut dire Au Revoir
    Fait étonnant, pas longtemps après, Charlotte nous quittait suite à une longue et pénible maladie….

  2. dieu et l’imaginaire de chacun de nous .notre conscience, et la façon de voir les choses,determine pour chacun de nous, la vision et le ressenti en vers dieu

  3. Je connais ce texte. Je le lis souvent quand j’accompagne des familles en deuil au cimetière. J’avais un autre auteur : Charlotte Néwashish-Flamand – écrit par une jeune femme la veille de sa mort –

  4. PAS SUR QUE CE SOIT AUTHENTIQUE 1 les indiens n’avaient pas de tombes , et je ne suis pas du tout sur que les indiens parlaient d’un seul dieu

    • FAUX, certaines tribus on des tombes tout comme nous. La plupart des Amerindiens on qu un seul le grand mystere, le grand esprit. de meme il on (des esprits a qui ils s adresses tout comme nous avec nos saints). On abeaucoup a apprendre d eux, St Francois d’ assise nous montre ce chemin car il etait tres proche de la nature et avait le meme etat d’ esprit qu eux. C est en sorte ce qui a perdu un peu notre eglise car on s est cru au dessus des creature de DIEU en faisant n importe quoi. Aujourd hui nous le payons tres cher avec les cataclismes de la terre-mere

      • D’accord avec ce que tu dis, ils avaient la vraie façon de vivre dans tous les domaines. Ils étaient trop réalistes, une des raisons pourquoi les blancs les ont mal traités, ils (les Amériendiens étaient trop intelligents pour eux(les blanc) Quelle grande injustice fait à ce peuple!

      • Bonjour STEPHANE ! J’espère que vous allez bien ! Je reprends contact avec vous après tout ce temps que nous nous inventons et auquel il ne faudrait pas croire ! Car,pour le GRAND ESPRIT dont nous faisons tous partie,le temps n’existe pas ! Nos corps actuels ne sont que des véhicules provisoires pour notre voyage à travers les siècles !NAMASTE !

  5. Ce texte est un vrai soulagement
    Nous sommes de passage sur cette terre
    La haut notre porte sera toujours ouverte à ceux qui viendront nous voir.
    Je n’ai pas peur de ce moment.
    J’en parle avec les miens,ils sont prêt à accepter mon départ.

  6. Joli texte,musique s’accompagnera lors de mon voyage «Eart Song» Michael Jackson. Pas de discours du son , pas de pleurs , je,suis là, comme un ange, je suis simplement dématérialiser

  7. Lu aux obsèques de ma sœur, un texte puissant que je ne connaissais pas…mais qui m’aide tant à faire mon deuil…ma sœur est ici tout autour de moi…merci pour la force de ce magnifique texte.

  8. Oh ! Que l’adieu dernier est une chose amère
    Non pour celui qui part, mais pour qui doit rester.
    Et la vie alors semble une telle chimère
    Qu’il vous prends un désir de plus rien aimer.

    Se peut il qu’une fleur quand elle vient d’éclore
    En s’épanouissant déjà se décolore.
    Que la rose s’effeuille au milieu du printemps.
    Et se peut il qu’à peine au sortir de l’enfance
    On doive abandonner ce qu’on a d’espérance
    Et qu’on puisse mourir avant d’avoir vingt ans ?

    Auteur inconnu.
    Paru dans la revue Paris Match dans les années 60.
    Pour une jeune assassinée.

  9. Ci-gît le corps de
    Ma lumineuse épouse,
    telle la couverture d’un vieux livre
    dépouillée de ses feuilles,
    de son titre et de sa magnifique dorure
    repose ici, nourriture pour les vers.
    Mais l’ouvrage ne sera pas perdu.
    Je puis vous l’assurer.
    Pour cela, comme je le crois il apparaîtra une fois encore dans une nouvelle édition, plus élégante, revue et corrigée par l’Auteure.
    Afin de nous retrouver pour une nouvelle vie.
    Epitaphe pour mon épouse.

  10. STEPHANE a entièrement raison ,à propos de tombes comme sur les divinités ! Ce qu’il faut bien voir, c’est que « AMERINDIEN  » est un mot fourre -tout ! IL y ,avait,et il existe encore d »énormes différences ENTRE les tribus ,autant qu ‘zntre un DANOIS et un sici lien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

séries de chiffres

Séries de chiffres, des messages envoyés par les anges?

Voici une définition complète de l’éveil