Liberté, Égalité, Fraternité partie 1 et partie 2

Image crédit : /pixabay.com

Liberté, Égalité, Fraternité partie 1 et partie 2

Je voulais partir de ces trois mots qui sont censés représenter le flambeau du pays où je suis née et où j’ai grandi, mais qui aujourd’hui ne représente plus grand chose pour beaucoup de monde. Alors bien sûr on entends encore certaines personnes proclamer que l’on est libre, égaux et fraternels, mais force est de constater, que ceux là même, ne connaissent pas le sens profond de leur déclaration! À mon sens, cela ne devrait pas représenter l’adage d’un seul pays, mais la ligne de conduite toute entière de l’être humain !

 Chaque personne au cours de son chemin peut accéder à cette liberté, car non, on ne naît pas libre contrairement à ce que l’on pourrait croire….

On naît cloisonné par le formatage éducatif de notre famille qui nous transmets, avec quelques transformations, l’éducation qu’ils ont eux même reçus de leurs propres parents, qui eux même l’avait reçu de leurs parents, et ainsi de suite en remontant la lignée de nos ancêtres. Alors on ne le vit pas forcément comme une contrainte, mais au fur et à mesure que l’on avance sur son propre chemin, on s’en éloigne plus ou moins, car bien souvent, les libertés en matière d’éducation, de comportement ou de mode de vie acquises par nos parents, et transmises à nous par ceux là même, ne nous satisfont pas pleinement.

On a envie d’autre chose, on veut gagner notre vent de Liberté à nous, même si il nous semble de petite envergure, tout comme ceux qui nous ont précédés ont gagnés le leur ! On veut rêver plus grand et plus loin que ce que nos ancêtres se sont autorisés à faire, non pas qu’ils n’en avaient pas envie, mais juste parce qu’ils étaient chacun dans des époques qui ne le leur permettait pas autant.

Pourtant si on cherche bien dans les lignées qui nous ont précédées, il y en a eu des précurseurs de cette pensée que aujourd’hui on dit « nouvelle », et leur « combat » à du être autrement plus compliqué que les « minis révolutions » que l’on pense vivre respectivement dans nos propres familles pour affirmer qui l’on est !

Ce que l’on oublie, c’est que c’est aussi grâce à certains de nos ancêtres avant-gardiste, ceux qui ont osés braver leurs parents, les dogmes et croyances de leurs époques, que nous, aujourd’hui, on évolue dans l’époque qui est la nôtre avec beaucoup plus de Liberté d’action et de pensée. Ils ont transmis à leur insu, des bribes, nous permettant de pouvoir exprimer, si l’envie nous le dit, toute l’étendue de notre potentiel personnel ! Il ne tient donc qu’à nous, de nous libérer de ce que l’on croit être des chaînes nous freinant dans notre parcours, à nous de nous remettre en question et de ne plus continuer à nous laisser formater selon le bon vouloir, les croyances et les regards extérieurs.

Pas facile me direz vous !!!

Et bien si, bien plus que vous ne le pensez, mais il est vrai que l’on a l’habitude de se laisser étourdir par notre propre mental qui nous décourage par avance, en nous faisant croire que la tâche à laquelle on veut s’atteler va être tellement immense, que c’est même pas la peine de commencer.

En fait, si l’on s’autodécourage d’entrée de jeu, c’est parce que l’on a peur d’être libre, on ne sait pas ce que c’est de l’être véritablement…

On croit y accéder lorsque l’on a un travail, un salaire, une maison ou un appartement, un mari, des enfants… mais la vraie Liberté n’est pas dans toutes ces choses, tout ça n’est qu’extérieur à vous même, tout ça n’est que prêté pour votre vie terrestre.

La vraie liberté est intérieure, elle vous sort des formatages éducatifs, sociétaux, elle vous permet d’avancer dans la vie sans tenir compte de ce que peuvent penser les autres, que ce soit famille, amis, collègues de travail, maris, voisins, etc….

Elle vous permet de changer de voie selon votre désir, et non pas parce que vous êtes tenus par une énergie financière, de vivre à votre rythme, et non pas au rythme que l’on vous a enseigné comme « correct » socialement.

 Vous n’êtes pas un lève tôt ? À la bonne heure, faites en sorte de trouver un emploi qui correspond à votre rythme personnel…

Vous ne voulez pas de « contraintes » en ayant des enfants ? N’en faites pas, ce n’est pas une obligation terrestre….

Vous n’êtes pas branché sorties, foule, etc ? Qui vous oblige à faire tout ça ? Personne mis à part vous…

Liberté

Image crédit : /pixabay.com

Vous le faites parce que c’est « comme ça », c’est « normal », tout le monde le fait, sinon on est hors norme…

 Elle est là, la vraie liberté, elle réside dans le fait que c’est à vous et vous seul de savoir et de faire ce qui est bon pour vous, et non plus de faire les choses par rapport à ce que vous pensez que les autres vont penser de vous, ni par rapport aux croyances que l’on ramène de loin sans en être conscient, et que l’on véhicule soi même sur notre propre descendance, famille, ami, collègues, voisins.

Mais tout ça fait partie des projections que l’on se fait, parce que si cela se trouve, personne ne va rien en penser du tout !!!

Votre liberté se trouve dans votre capacité à réfléchir par vous même, à choisir par vous même, mais aussi à être responsable des effets de vos choix, et non pas, lorsqu’un choix que vous avez fait ne fonctionne pas, à en rejeter la faute sur le « pas de chance », ou se victimiser. Parce que si l’on regarde bien, on est vraiment libre de tout !

 Votre voisin vous casse les pieds avec du bruit ? Vous êtes libre d’aller lui dire, de vous exprimer, mais vous êtes aussi libre de déménager, ou de comprendre le pourquoi ça vous insupporte à ce point..

Vos enfants vous appellent pour la centième fois du bout de leur chambre, et vous êtes exténués ? Vous êtes libre de ne pas vous lever, libre aussi de leur expliquer que ça sert à rien de crier (vous êtes pas sourde), libre aussi de transformer la situation en rigolade afin d’alléger l’ambiance…ou tout simplement libre de vous apercevoir que ces enfants là vous les avez voulus très fort et que même si ils vous « agacent » par moment ( oui, oui, on est tous chiants, même les gosses), et bien vous assumez le choix premier de les avoir mis au monde avec tout ce que cela peut comporter en joie comme en désagrément !

 Votre mari vous saoule avec ses histoires de travail, de collègues ou d’amis que vous connaissez même pas ? Là encore vous êtes libre…de l’écouter avec amour, de lui dire que cela vous ennuie ou bien encore, de vous rappeler à quel point ce genre d’anecdotes vous faisaient rire aux premiers jours, combien vous buviez les paroles l’un de l’autre, et rigoliez ensemble des diverses frasques du quotidien.

 Dans tous ces petits moments de notre vie se trouve notre vraie liberté !

Ce qu’il reste à savoir c’est si l’on a envie de reprendre notre réel « pouvoir », si on se sent assez confiant en Soi pour assumer les milliers de choix que l’on a au quotidien, si notre peur n’est pas plus grande que notre soif de Liberté !

Liberté, Egalité, Fraternité (partie 2)

À ce stade du texte vous vous posez peut être la question à propos du titre, Liberté, Égalité, Fraternité…tout simplement parce que l’on est égaux devant cette liberté, tout découle des choix que l’on fait, tout dépend de la dose de liberté que l’on s’autorise à avoir, ou que l’on croit être autorisé à avoir…

On se contraint beaucoup dans nos vies terrestres, je dis bien « on » se contraint, car même lorsque cela vient apparemment d’un élément extérieur à nous, et bien c’est nous qui lui donnons forme, nous qui lui donnons plus ou moins d’ampleur dans notre vie, donc nous, qui nous imposons ou laissons l’opportunité aux autres, de nous imposer certaines choses.

C’est aussi nous qui pensons que l’on est pas sur un pied d’égalité avec les autres, nous qui, pour des raisons diverses, qu’elles soient d’ordre matérielles, physiques ou psychiques, pensons que l’on est toujours ou plus, ou moins, que les autres.

Jamais on ne s’autorise à se voir sur la même marche d’escalier que les autres, jamais on ne s’autorise non plus à juste être Soi, nous nous sentons bien souvent « obligés » de nous comparer, on fait le tour de nos forces et de nos faiblesses afin de voir si on surpasse les autres ou pas…..mais tout ça n’est qu’un jeu de notre mental et des comportements habituels bien imprimés depuis notre plus jeune âge.

On fait des comparaisons sur notre couleur de peau, nos moyens financiers, notre physique, notre intelligence, on passe un temps incroyable à regarder les autres autour de nous, alors qu’on est même pas capable de juste se regarder Soi et de se dire que l’on est Unique, différent des uns et des autres et que c’est ce qui fait la richesse de ce monde qui est le notre !

 Alors me direz vous, mais en quoi est-on égaux si on est tous différents et Uniques ?

 Et bien justement, dans le fait d’être unique et différent, aucun de nous n’est pareil à l’autre, il n’y a donc aucune raison de se comparer, il suffit de vivre ces différences en les couplant les unes aux autres, de former une cohésion et de ne plus jamais se laisser séparer par les peurs. Personne n’a besoin de prendre le dessus sur l’autre, pour se sentir libre, on a juste besoin d’avancer main dans la main avec ceux qui nous entourent.

Il est là le sentiment de Fraternité !

 Alors attention, je vous parle pas de vous sentir le sauveur de l’humanité, ni de vous sentir « missionnés » ou « élus »,en se disant que c’est ça être fraternel, car là ce serait tout le contraire de ce que je vous décris depuis le début de ce texte. Effectivement en faisant ça vous pourriez avoir l’impression d’être libre de faire ce que vous voulez, mais vous ne seriez plus du tout dans un sentiment d’égalité et encore moins de fraternité, puisque par ce comportement vous vous placeriez dans la position de celui qui veut prendre le dessus et du pseudo « sauveur tout puissant »….

Sauf que ce qu’il ne faut pas oublier, c’est qu’il n’y a pas « Un » sauveur tout puissant, guérisseur du monde, amoureux de l’humanité, et nous emmenant vaillamment sur son fidèle destrier pour nous sortir de notre pseudo « misère » !

Non, il faut bien savoir que chacun de nous doit prendre sa propre responsabilité, et voir que nous sommes tous « missionnés » pour quelque chose dans cette vie, chacun de nous a choisi un chemin avec son lot d’expérience, nous sommes tous le propre Élu de notre Moi intérieur !

Et aucune mission que l’on s’est choisi n’est plus ou moins importante que celle qu’à choisi l’autre, tous et toutes avons notre place dans ce grand Tout que nous sommes ! Nous sommes tous et toutes à la base des âmes incarnées dans notre humanité afin que chacun puisse évoluer, mais non pas seul et de façon égoïste pour avoir du « pouvoir » ou des « moyens », non nous sommes venus le faire ensemble.

Car même si, nous, « humains », on ne se souvient pas du parcours que l’on a choisi, notre Moi profond, lui, s’en souvient et nous guide toujours vers des lieux, des situations ou des gens que l’on croit inconnu, mais qui avant notre incarnation ont été d’accord avec nous pour que l’on se retrouve sur le même chemin, à tel ou tel moment précis, afin que l’on puisse travailler ensemble.

Si vraiment il y avait quelque chose de primordial à se rappeler de notre Moi avant incarnation, je pense que c’est au combien dans ce que l’on appelle « L’Au-delà », nous sommes Libre, Égaux et Fraternel !

Corinne Dallinger

Son site : corinne-medium.simplesite.com

Jean-Charles Fricotté

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *