LES DIFFÉRENTES CAPACITÉS EXTRA-SENSORIELLES

 

CAPACITÉS EXTRA-SENSORIELLES
Image crédit: Pixabay

LES DIFFÉRENTES CAPACITÉS EXTRA-SENSORIELLES

On mélange souvent intuitions et voyance, voyance et clairvoyance… Quelles sont les différences ? Cet article vous explique tout, et vous éclaire sur les différentes capacités extra-sensorielles. Bonne lecture !

Intuition et voyance

Les termes intuition et voyance, possèdent chacun un point commun, c’est avoir l’habileté à ressentir soit des sensations, des images, des voix, des situations, qui nous parviennent de façon très spontanée, parfois même, au moment où l’on s’y attendrait le moins.
L’intuition, s’identifierait comme étant l’obtention d’informations nous étant plus spécifiquement destinées, alors que la voyance s’en distinguerait par l’obtention d’informations pouvant également concerner d’autres personnes que soi-même.

La voyance, serait donc une capacité plus élevée que celle de la simple intuition. En revanche, en-dessous du niveau de l’intuition, se trouve celui très limité de l’instinct. Celui-ci, ne dépasse guère les réactions instinctives animales.

Mais qu’en est-il de la clairvoyance ? Permet-elle également de voir pour soi-même, ou est-ce qu’elle permet de voir pour d’autres personnes ?

Cette fois, les deux sont vrais, la clairvoyance permet de savoir autant pour soi que pour les autres. En fait, la clairvoyance est précisément l’utilisation de matériel  appelé support, permettant de clarifier une vision avec une plus grande précision.

Souvent, lorsqu’il s’agit d’intuition ou de voyance et non de clairvoyance, une information spontanée est reçue que l’on ressent comme une certitude inéluctable et pourtant, malgré ce fait, celle-ci se limite bien souvent uniquement à une simple impression de ce qui pourrait se produire. Un peu comme si on réalisait un saut dans le temps, en y captant une information qui normalement, sans appui tangible, ne serait pas sensée être connue de nous.

La clairvoyance quant à elle, permet de préciser cette impression initiale en lui fournissant davantage de détails, grâce à l’appui de supports usuels tels que: oracle, cartes ordinaires, cartes de tarot, lignes de la main, feuilles de thé, boule de cristal ou encore tâches d’encre etc. Ils en existent bien d’autres, mais ceux décrits ici sont les plus courants.

Trop souvent, une grande majorité de personnes n’utilise pas les bons termes à bon escient.
Ainsi, certaines personnes s’approprient le terme de voyants alors qu’elles utilisent des outils, rendant de ce fait, ce terme totalement erroné puisqu’on devrait alors parler de clairvoyance.

La clairsentience

La clairsentience est la capacité à ressentir les ondes et d’en dégager des informations au-delà du temps et de l’espace. La clairsentience est une forme de « scan » : le clairsentient est capable de savoir ce que ressente les autres mais il n’en souffre pas. Contrairement à l’empathie, les émotions des autres ne le parasitent pas. Il est capable de « voir » à qui il a affaire lorsqu’il rencontre quelqu’un mais l’autre ne ressent aucune intrusion.
Les clairsentients font souvent des rêves très éclairants, sont doués de prémonitions.

Consciemment les connaissances se manifestent par des sensations, des sentiments ou des idées qui surgissent plus fortement qu’une simple intuition car elles peuvent devenir obsédantes.
C’est un don plutôt agréable et facile à vivre, quand il y a peu de désagrément et quand les informations ne sont pas trop rapprochées car dans ce cas elles sont difficiles à gérer.

Précognition

Précognition est un synonyme de pressentiment, de prémonition et désigne un type de perception extrasensorielle d’évènements futurs. La précognition se manifeste essentiellement pendant le sommeil, sous hypnose ou encore à l’état de transe. Qui n’a jamais fait un rêve, dit prémonitoire, dans lequel il y voyait des faits qui se sont produits quelques jours plus tard ?

Il existe deux types de précognition :

La précognition spontanée : Elle se manifeste en général dans les rêves et concerne particulièrement des faits d’intérêts généraux comme un tremblement de terre, une éruption volcanique, le crash d’un avion, etc… Il ne s’agit ici que de catastrophes et cela n’est pas un hasard. Tous ces évènements tragiques s’accompagnent d’une intense émotion susceptible de favoriser la précognition. La plupart des personnes sujettes à la précognition ne s’attardent que très peu sur leur prémonition et ce n’est que lorsque la catastrophe a eu lieu qu’ils réalisent enfin qu’ils l’avaient perçue.

La précognition provoquée : Plus connue sous le nom de voyance, la précognition dite provoquée se pratique en revanche à l’aide d’ustensiles: boules de cristal, miroirs, cartes, marc de café, etc… Contrairement à la précognition spontanée ou toutes les personnes y ont un jour été confrontées, la précognition provoquée s’avère plus particulièrement développé chez les personnes possédant un don spécifique ou du moins qu’elles ont développé. La précognition provoquée ne consiste pas à lire les cartes ou les instruments utilisés. Il s’agit pour le voyant de capter les sensations à l’intérieur de lui-même; les accessoires servent simplement à favoriser la concentration.

On ne pourrait parler sérieusement de précognition sans citer l’un des plus grands, le moine français Nostradamus, né en 1503 à Saint-Rémy en Provence. Il écrivit les célèbres Centuries, dont certains savants tentent encore aujourd’hui à percer le sens exact.

Exercice pour développer ses facultés de précognition :
Il existe un exercice très simple que l’on pourrait presque qualifier de jeu et consiste à essayer de visualiser un individu donné ou un évènement futur. Tenter de deviner comment sera habillée telle personne que vous allez rencontrer le lendemain. Comment va se présenter tel endroit où vous allez vous rendre, etc…

Rétrocognition

La rétrocognition est exactement l’inverse de la précognition et consiste donc à deviner des faits passés. Cette pratique se révèle très efficace surtout lorsque l’on souhaite retrouver les circonstances d’un fait déroulé à une époque lointaine. Les personnes sujettes à la précognition sont capables de retracer certains moments de la vie d’une personne simplement en la voyant ou en serrant un objet qui lui a appartenu. De nos jours, la rétrocognition est très utile pour rechercher des personnes disparues.

Exercice pour développer ses facultés de rétrocognition :
Prenez une montre ou tout autre objet ayant appartenu à une personne de votre entourage. Tenez le bien dans vos mains et manipulez-le un moment en vous décontractant, les yeux fermés, dans une pièce tranquille, à l’abri du bruit, du stress, etc…
Petit à petit vous éprouverez des sensations vagues, des souvenirs lointains. N’hésitez pas à les noter sur un papier.
Répétez l’opération pendant plusieurs jours. Vous allez voir le nombre de choses qui vont vous revenir en mémoire.
Lorsque vous vous sentirez plus expérimenté, tentez cette fois l’expérience avec un objet venant d’une connaissance dont vous ne savez pas grand chose.
Mettez-vous à l’épreuve dès que l’occasion se présente. Ne perdez pas courage si vos résultats ne sont pas satisfaisants. Beaucoup d’entre vous se révèleront être de grands sensitifs.

Source : Franceastro.

Plus courant encore, on entend le terme Instinct au lieu d’ Intution, et le terme « prendre la chance » de … alors qu’on devrait dire « prendre le risque  » de…

Portez-y attention ! Vous constaterez par vous-même, à quel point, presqu’à chaque fois, l’utilisation des termes est erronée. Par exemple, lorsqu’un animateur de télévision dit d’une personne qu’elle a pris la chance de… alors qu’en fait, il fait justement la description d’une situation à risque, d’où la chance est pratiquement absente. Il aurait donc du dire que cette personne a pris le risque de…

On utilise également par erreur le terme « instinct » à toutes les sauces, lorsqu’on devrait plutôt dire intuition. Les seuls situations où le terme « instinct » s’appliquerait réellement, sont lorsqu’on fait référence à une situation où l’individu utilise des moyens de survie, (de là, le terme instinct de survie, instinct de conservation). Le terme instinct, devrait logiquement, non pas être associé à l’humain, mais plutôt aux animaux, dans le sens, que ceux-ci agissent de façon instinctive, c’est à dire sans utiliser une réflexion, même intuitive.

Donc, la seule et rare exception s’appliquerait lorsqu’un individu tente en catastrophe de poser certains gestes, précisément dans le but de sauver sa peau. Il utilise alors certaines suggestions mentales impératives, impliquant de prendre des risques immédiats en tentant le tout pour le tout.

Cela se différencie totalement de l’intuition. L’intuition est spontanée certes mais moins impérative que ne l’est l’instinct lors d’une situation de survie. Ainsi, la nuance se situe au niveau de la capacité de réflexion « humaine » qui n’est évidemment pas exclue lorsqu’il s’agit d’intuition.

L’animal ne possède que l’instinct, alors que l’humain a le privilège de dépasser ce niveau par l’usage de son intuition.

J’aimerais tant que cette « conscientisation  » se réalise, afin d’éclairer également certains dictionnaires, ayant totalement fait abstraction de cette importante nuance.

Revenons donc à notre sujet principal, celui de la clairvoyance.

Existe-t-il une différence entre un clairvoyant et un médium ?

Un médium peut occasionnellement par paresse, utiliser des outils afin de préciser ses pressentiments, mais n’est pas sensé en avoir besoin. Il se différencie du clairvoyant par sa capacité à entrer en contact avec des esprits, attribut que ne possède pas nécessairement le clairvoyant.

Ainsi, le médium possède une capacité d’un niveau supérieur à celui d’un clairvoyant. Les niveaux seraient donc, dans l’ordre ascendant les suivants :

1e niveau = INSTINC (animal ou de survie extrême, action sans réflexion préalable)

2e niveau = INTUITION (attribut de l’âme, pressentiment, murmure de l’ange gardien)

3e niveau = VOYANCE (information intuitive servant aux autres et à soi-même)

4e niveau = CLAIRVOYANCE (capacité d’utiliser certains supports clarifiants la voyance)

5e niveau = MÉDIUMNITÉ (capable de contacter les esprits pouvant exclure les supports)

6e niveau = SPIRITES (médiums spécialisés dans le contact avec les défunts à partir des vibrations d’objets leur ayant appartenus (Psychométrie ou mesure de l’âme).

Quelle différence existe-t-il entre prédiction et prophétie ?

Une prédiction s’adresse habituellement à un individu et est issue d’une vision sans pour autant faire l’objet d’une déduction.

Une prophétie, s’adresse à l’évolution de tout un peuple et se trouve habituellement issue d’un ensemble particulier de visions possédant toutes une orientation similaire ou complémentaire. Il est également rare que sa réalisation se déroule à court terme. Donc, les événements annoncés visent souvent l’écoulement de plusieurs années, voire des générations.

Ainsi, à titre d’exemple, Nostradamus est bien l’un des prophètes (non biblique) les plus connus.

Nostradamus, médecin et astrologue né en Provence en 1509 puis, mort en 1566, possède une réputation mondiale. Il acquit tout d’abord une grande notoriété comme médecin dans le midi de la France de par son dévouement lors des nombreuses épidémies qui y sévissaient.

Il quitta cette vocation en raison de confrères jaloux de son prestige et se retira afin d’écrire les célèbres « Centuries » composées de quatrains hermétiques publiés en 1555.

Son inspiration selon certains écrits, s’obtenait par l’utilisation de l’effet de phosphène (fixation du regard sur la réflexion d’une lumière vive, projetée à la surface de l’eau). Des flashs s’y produisent sous l’effet de cet état second, donnant naissance à certaines visions particulièrement saisissantes, tant visuellement qu’émotionnellement.

Ces visions furent ainsi traduites par Nostradamus dans un langage volontairement hermétique afin de se protéger des foudres de l’inquisition.

Ces prophéties et non des prédictions (puisque celles-ci s’adressaient au sort de tout un peuple à travers les âges), jouissent encore aujourd’hui d’une énorme popularité.

Peut-on modifier les évènements d’une prédiction ou d’une prophétie ?

Oui, il est tout à fait possible de modifier les événements d’une prédiction. En effet, celle-ci devrait toujours être considérée comme une sorte d’annonce parfois alarmante et parfois agréable permettant selon le cas, soit de conserver l’espoir qu’un souhait se réalise ou encore d’éviter des conséquences non désirées mais n’étant pas pour autant irréversibles.

Le simple fait d’en être averti peut permette de tenir compte du conseil et de ne point s’engager dans une voie qui porterait préjudice. Suivre ce conseil est connexe à l’utilisation de votre libre arbitre. Vous êtes toujours libre de tenir compte ou d’ignorer ce qui vous est annoncé.

Voici un exemple : on prédit à une personne qu’il va pleuvoir particulièrement abondamment alors que la météo annonce au contraire une absence totale de pluie. Elle serait ici libre d’apporter son parapluie ou d’ignorer les avertissements. Dans un tel cas, la conséquence serait relativement limitée au simple risque de se retrouver détrempée sur le chemin du retour.

Par contre, ce même avertissement pourrait s’avérer plus sérieux, si elle s’apprête à voyager en montagne sur une route bordée de précipices. Dans un tel cas, elle trouverait peut être plus sage de remettre ce déplacement à une période plus ensoleillée donc relativement plus sécuritaire.

Contrairement à la prédiction, il semblerait beaucoup plus difficile de faire changer l’annonce d’une prophétie destinée à tout un peuple puisque celle-ci est issue de multiples visions qui la corroborent.

Pour qu’une prophétie parvienne à être modifiée, il faudrait pour cela quel’ensemble des pensées des habitants de tout un peuple se modifie de façon suffisamment  importante pour que l’opinion générale change.

De plus, ce changement  d’attitude devrait être suffisamment intense pour faire basculer son empreinte sur le futur.

Comment s’opère une vision ?

Une personne, possédant cette capacité de voir pour une autre personne, parvient en quelque sorte à capter l’empreinte ou la projection des pensées de son client sur l’avenir que celui-ci se construit à partir de l’idée qu’il s’en fait.

Si ces pensées ne sont pas modifiées, elles vont inéluctablement créer et devenir des réalités concrétisées que le voyant ou médium parvient à voir avant qu’elles ne soient rendues à cette étape ultime.

Mais celles-ci peuvent encore être modifiées en cours de route, lorsque le voyant en informe son client le rendant ainsi conscient de la non pertinence d’entretenir des telles pensées troubles qui créeront des événements malchanceux non souhaités.

Ainsi, le client en choisissant de changer son point de vue, change son attitude face à son futur et permet de ce fait, aux événements de se transformer pour créer de nouvelles réalités.

Comment peut-on découvrir si un voyant ou un clairvoyant est honnête ou s’il s’agit d’un charlatan ?

À mon avis, il s’agit là d’une démarche particulièrement délicate. Mais, personnellement, je me réfère à quatre principes de base assez fiables.

1. EST-IL INTÈGRE ? Si votre voyant impose ses visions comme étant des vérités irréfutables et affirme qu’il vous serait impossible de modifier cet avenir, alors, il y a un risque… (et non une forte chance) que de toute évidence cette abstraction du respect de votre libre arbitre, dénote d’un souci mercantile de vous rendre dépendant de sa personne.

2. POSSÈDE -T-IL UNE BONNE RÉPUTATION ? Si votre voyant ne bénéficie d’aucune renommée particulière lui étant favorable, et qu’il n’est pas davantage disposé à vous fournir des témoignages écrits d’anciens clients hautement satisfaits, alors, de toute évidence, il vous sera assez difficile de vous faire une idée juste de sa valeur..

3. ÊTES-VOUS UNE PERSONNE COMPRÉHENSIVE OU EXIGEANTE ?Si par contre, votre voyant remplit haut la main les deux premiers critères, étant intègre et de renommée crédible, il faudra parfois malgré tout, faire preuve d’un minimum d’indulgence en certaines circonstances. Voyez-vous, un voyant n’est pas une machine et ses bonnes prestances habituelles, peuvent en un autre temps, se trouver affectées par un vécu émotionnel lui étant propre. Les voyants, comme toutes personnes humaines, traversent des hauts et des bas et ce sera à vous, comme client(e)s, de laisser votre intuition vous guider, à savoir, si ce rendez-vous vous est propice à ce moment précis.

4. ETES-VOUS UNE PERSONNE OBJECTIVE ? N’allez pas voir un voyant pour lui faire dire exactement ce que vous voulez entendre. Il se peut que le message que vous receviez soit fort différent de ce que vous aspiriez à entendre. Il est important de conserver l’esprit ouvert. Parfois, on consulte en rapport à une préoccupation somme toute banale alors que le voyant ne s’y réfère même pas. Par contre, celui-ci peut nous prévenir sur un tout autre aspect que nous n’avions pas envisagé et qui finalement avec s’avèrera nous avoir été largement plus utile, avec du recul. Souvent, la rencontre confirmera votre propre intuition mais parfois au contraire, elle vous annoncera tout autre chose. Si vous n’êtes pas prêt à admettre cette éventualité, il serait préférable pour vous de ne point consulter.

Source : Norja.

Eleonore Dubreuil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *