in

Je suis de la race de ceux qui aiment pour toujours

Partager

Trouver le véritable amour, c’est en effet comme gagner à la loterie de la vie.

Cependant, le bonheur à deux ne naît pas simplement de la rencontre. Il se construit chaque jour. Dans l’expérience, dans la résignation, dans les certitudes, qui nous font croire que ça vaut la peine de continuer. Vous ne pouvez pas vivre éternellement à côté de quelqu’un, sans petits sacrifices des deux côtés. Le point est essentiel, vivre tout ensemble. Tout. L’amour et la douleur. Les peines et les joies inévitables dans la construction quotidienne d’une vie heureuse. Heureux pour les deux.

Annonce

Quelques jours après le départ de ma grand-mère,

Je suis arrivé à la maison où j’avais vécu et vécu avec elle et toute la famille. Mon grand-père, toujours aussi gai, affectueux, était assis sur une chaise devant la maison, le regard perdu et pensif. Pour la première fois, il ne remarqua même pas que j’étais arrivé. « À quoi penses-tu, grand-père ? ». « A quoi pourrais-je penser ? » Il pointa son index vers le ciel. Depuis lors, c’était ainsi qu’il l’appelait. Il n’avait plus le courage de prononcer son nom. Regardant l’horizon, d’une voix étranglée, il me dit : « Maintenant, je suis un oiseau sans ailes, mon petit-fils ! J’ai essayé, mais sans ça, je ne sais plus voler. » Là, j’ai compris ce qu’était le véritable amour. Un amour eternel.

Je me suis tout de suite souvenu d’un moment où, assis à table, j’ai demandé à ma grand-mère, alors âgée de 81 ans : « Grand-mère, qu’est-ce que tu te souviens du temps de tes petits enfants, comment c’était quand tout le monde était encore ensemble ? ».

Elle a répondu : « J’étais heureuse. Votre grand-père a toujours été très compréhensif. Parfois il arrivait, j’étais encore sur la machine. J’ai cousu lundi, mardi et mercredi… ». Et en se souvenant de cela, elle est devenue émotive et a pleuré. « Ne pleure pas mon amour. Tu es l’amour de ma vie, tu le sais. », grand-père lui a tapoté. Grand-mère lui était entièrement dévouée. Cependant, il n’y a pas eu de soumission. Il y avait de l’amour. Amour partagé. Parce qu’elle était aussi sa joie de vivre.

Grand-père et grand-mère ont vécu plus de 60 ans ensemble.

Il y avait des milliers de jours de coexistence. Oui, j’ai fait le calcul, plus de 20 000 (vingt mille) jours à dormir et à se réveiller ensemble, à partager les soucis, les joies, tous les rêves, tous les projets. Pour elle, le bonheur était simplement sa présence à ses côtés. Sa compagnie. L’entente. La vie de sacrifice sur le fil d’une machine à coudre est devenue si petite face au bonheur de l’avoir à ses côtés. Et dans la joie, dans la tristesse. Dans la santé, dans la maladie. Il était clair à quel point ils s’aimaient encore. Après tant d’années, les deux nourrissaient encore la romance, la sensualité subtile, perceptible dans l’échange de regards, dans la complicité. Dans l’affection. Ces yeux toujours aussi passionnés, toujours brillants, échangeant des secrets, des aveux. Après tant d’années, ils s’amusaient encore, riaient toujours ensemble. Ils étaient toujours heureux. Il y avait l’envie, l’envie d’être ensemble.

Annonce

Ils se sont rencontrés par hasard en fin d’après-midi, lors d’une promenade à Paris sur les quais de seine. Coup de foudre ?

Peut-être. Mais ce n’est certainement pas ce qui a fait durer cette histoire si longtemps. Il y a eu beaucoup de renoncement, beaucoup de sacrifices, beaucoup de dévouement mutuel. Beaucoup de patience, de complicité. Sagesse. Beaucoup d’amour, au-delà du premier échange de regards. Une histoire vraie. Très loin des histoires de romantisme, des films et des contes de fées. Une histoire d’amour, avec toutes les nuances qui correspondent à la vraie vie.

Parfois, on a l’impression que nous passons toute notre vie à essayer de tomber sur un amour comme ça dans la rue.

Car il n’y a pas de plus grand prix que de pouvoir marcher main dans la main à la recherche de rêves communs. Avoir quelqu’un à vos côtés qui vous fait vous sentir bien, jeune, heureux, et libre. Quelqu’un qui rend vos journées plus savoureuses, plus légères. Quelqu’un qui respecte votre silence. Quelqu’un qui tolère vos défauts. Et que, parfois, on voit même une certaine grâce. Quelqu’un en qui vous pouvez toujours avoir confiance. Quelqu’un qui vous connaît profondément, et pourtant vous aime vraiment.

Quelqu’un à qui vous avez envie de raconter toutes vos histoires. Quelqu’un à qui il y aura toujours quelque chose à dire. Quelqu’un avec qui tu peux te taire, sans que ça te dérange, sans que ça soit gênant. Quelqu’un qui peut tenir quand on n’a pas la force de le faire. Quelqu’un qui vous fait rire, car parfois c’est l’humour, la joie, et pas seulement l’amour, qui entretient une relation durable.

Annonce

Quelqu’un qui veut boire dans la même coupe, lever la même coupe avec vous, porter un toast à la vie avec vous.

Quelqu’un avec qui vous pourrez voyager partout dans le monde, découvrir des lieux ensemble, de nouvelles cultures, de nouvelles histoires à raconter. Quelqu’un avec qui tu voulais rester à la maison, juste regarder des bêtises à la télé. Quelqu’un qui se réveille au milieu de la nuit et vous câline. Quelqu’un dont la présence apaise vos peurs, vos cauchemars. Quelqu’un qui est la première personne à qui vous souhaitez communiquer vos réalisations ou vos échecs.

Quelqu’un qui, à une fête, ou à n’importe quelle réunion, vous regarde et se sent comme la personne la plus heureuse au monde de savoir qu’il est à vous. Quelqu’un qui vous regarde avec du désir. Quelqu’un qui même après des années, vous avez toujours envie de vous embrasser debout.

Cela vous oblige à tenir la porte pour un dernier baiser avant de partir. Quelqu’un avec qui vous voulez vous blottir au lit le matin, qui vous fait sourire au réveil. Et faire une blague, vous mettre en colère de temps en temps. Quelqu’un qui, lorsque vous passez devant, à n’importe quel moment de la vie de tous les jours, vous donne envie de revenir pour un baiser, un câlin.

Quoi qu’il en soit, quelqu’un que vous voulez être à vos côtés faisant une boutonnière, cousant des boutons. Toujours.

Grand-père a vécu encore cinq ans après le décès de ma grand-mère.

TROP VIEUX
Toutes les images / Pixabay

Cependant, il n’y avait pas un jour où il ne parlait pas en son nom. Il est également parti il ​​y a peu. Par coïncidence, à la veille de terminer une autre année de mariage. Elle, qui s’est toujours souciée de lui donner envie, est peut-être aussi allée de l’avant, préparant sa place, le banquet. J’aime à penser que le Seigneur du Temps a enfin répondu à sa demande, qui résonnait avec insistance dans les recoins de la maison, chaque jour : « Viens mon amour, viens me chercher ! ». Après le temps d’attente, l’oiseau a repris des ailes et s’est envolé à la rencontre de sa bien-aimée, afin qu’ensemble ils puissent suivre le « temps de la délicatesse ».

Annonce

Assurément, ce jour-là, il y avait une fête au ciel pour qu’ils célèbrent un autre de leurs mariages, cette fois les noces éternelles.

Le privilège d’avoir vécu avec eux tout ce temps, d’avoir pu entendre leurs histoires et observer cet amour au quotidien, m’a fait comprendre que trouver ce véritable amour, c’est en effet un peu comme gagner au loto de la vie.

Cependant, j’ai aussi appris d’eux que le bonheur à deux ne naît pas simplement de la rencontre. Il se construit chaque jour. Dans l’expérience, dans la résignation, dans les certitudes, qui nous font croire que ça vaut la peine de continuer. Dans la joie, dans la tristesse. Dans la santé, dans la maladie. Je suis certain – et très reconnaissant à la vie pour cela – que le même sang coule dans mes veines que mes grands-parents, le sang de ceux qui – bien qu’il n’y ait aucune garantie – ne savent aimer que si c’est pour toujours !

Clément Artois pour conscience

4.2/5 - (8 votes)

Publié par Clément Artois

Clément a toujours été très empathique et possède de grandes capacités d'écoute, lorsque les gens ont besoin de conseils dans leurs relations, c'est toujours vers lui qu'ils se tournent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La peur bleue de l’abandon : Nous sommes parfois plein de contradictions! 

Éduquez les enfants et il ne faudra pas les punir adultes