Je ne t’ai pas abandonné, j’ai juste lâché prise…

Par Clément Artois, le 9 février 2021 — 4 minutes de lecture
pas abandonné
Partager
Annonce

Il m’a fallu du temps pour comprendre qu’il n’était pas possible de retenir quelqu’un. Quand l’autre choisit, quel que soit son choix, nous ne pouvons pas aller contre sa volonté.

Aujourd’hui, j’ai appris qu’il vaut mieux libérer qu’emprisonner, qu’il vaut mieux lâcher prise que suffoquer. Alors, ma vie continue …

Annonce

J’avais tellement envie d’avoir une certaine personne auprès de moi que tout ce que je faisais ne faisait que l’éloigner de moi. Je me sentais impuissant de ne rien pouvoir faire. Je voulais tellement serrer cette personne fort dans mes bras que la seule chose qu’elle voulait faire était de me quitter… Et je suis resté.

Aujourd’hui, je te libère. Non pas parce que je t’aime moins, mais parce que je sais que lorsque quelqu’un naît dans le seul but d’être avec vous, il le sera.

Peu importe le temps qui passe ou la distance qui vous sépare. Si cette personne doit être avec vous, elle reviendra. C’est comme lorsque vous prenez soin d’un oiseau, donnez-lui de la nourriture, de l’affection, mais ne l’enfermez pas. Laissez-le libre de partir, s’il le veut un jour. Et il voudra revenir, il connaîtra le chemin.

Nous avons la mauvaise habitude de penser que les gens nous appartiennent, que nous pouvons tout contrôler. Mais nous ne le pouvons pas.

La sensation de perdre le contrôle est bien plus terrible que la sensation de «lâcher prise». 

Lorsque vous laissez l’autre personne libre, vous lui faites penser que vous en valez la peine, car, comme la plupart des gens, vous ne voulez pas le contrôler. Vous voulez juste qu’il vive ses propres rêves, voyage, rencontre d’autres personnes et un jour, qu’il revienne. Et s’il ne revient pas, tant pis! Vous rencontrerez une autre personne qui vous aimera d’une manière rare et unique.

Quand on s’est dit au revoir et que je ne t’ai pas empêché de partir, je n’ai pas fait de drames et je ne me suis pas inventé de fausses histoires, ce n’était pas du tout parce que je t’ai abandonné. Je n’ai pas abandonné. Je connais mes sentiments et je comprends chacun d’eux et ce que je ressens pour toi.

Annonce

«Mais je ne pouvais pas t’empêcher de faire tes choix , de vivre tes histoires… Non, mon amour, je ne t’ai pas abandonné, je t’ai juste laissé partir…»

Quand ce que nous avons est réel, c’est pur, c’est unique, rien ne peut y mettre fin. Au contraire, cela commence à partir du moment où vous lâchez prise. 

Les gens s’attendent normalement à ce qu’on les empêche de partir, et à cause de cela, ils sont sur la défensive. Mais quand vous les laissez partir, ils commencent à se demander: « Pourquoi a-t-il/ elle fait ça? » « A-t-il/ elle accepté que je quitte sa vie? » « Comment pourrais-je ne pas avoir remarqué qu’il/ elle était comme ça, si intéressant/e …? »

Vous avez confiance en vous, vous êtes sûr de vous et vous savez que vous ne devez pas enchaîner les gens, que nous sommes tous libres. Personne n’aimerait se sentir enchaîné. 

Libérer quelqu’un ne veut pas dire abandonner. Vous n’acceptez que vos choix et espérez qu’un jour, il ou elle reviendra et vous dira que cette distance était une mauvaise idée et voudra revenir auprès de vous.

N’oubliez pas: lâcher prise est préférable à l’enchainement . Personne n’est heureux à côté d’un sergent, d’un tyran, d’un prisonnier, d’un otage ou d’un amour malade.

Lâchez prise. Ayez confiance en vous et laissez le temps faire son travail, il pourrait vous réserver quelques surprises.

Clément Artois

Annonce

Clément Artois

Clément a toujours été très empathique et possède de grandes capacités d'écoute, lorsque les gens ont besoin de conseils dans leurs relations, c'est toujours vers lui qu'ils se tournent.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.