Les gens les plus intelligents sont plus exposés aux pervers narcissiques

Les gens les plus intelligents sont plus exposés aux pervers narcissiques

pervers narcissiques

Interview de Philippe Vergnes sur les pervers narcissiques, auteur de « Le mal du siècle. Comprendre et combattre la manipulation ».

 

Dans votre manuscrit, vous analysez longuement la relation d’emprise, véritable « main basse sur l’esprit » selon le psychanalyste Saverio Tomasella, qui permet de pendre le pouvoir sur quelqu’un. En quoi consiste-t-elle ?

Nous pourrions le définir en un seul mot : « décervelage ». Le processus en œuvre dans le décervelage consiste en une perte progressive des capacités psychiques d’une personne soumise à des manipulations quotidiennes qui agissent comme des micros agressions. Le poison est instillé à dose homéopathique. Le manipulé devient peu à peu incapable de faire la différence entre ce qui est bon ou mauvais pour lui et n’a pas conscience de ce « décervelage ». Incapable de discernement, privé de ses capacités d’analyse, de son esprit critique et de son libre arbitre, il obéit aux injonctions du manipulateur sans résistance. D’où la passivité qui caractérise une personne assujettie. D’autre part, la relation d’emprise est encore mal analysée, il en résulte des conclusions erronées et de nombreuses idées reçues qui sont fausses.

Comme le fait de penser que les personnes manipulées par les pervers narcissiques sont « faibles » ?

En réalité, ce sont souvent les personnes les plus « intelligentes », dans le sens de « brillantes », qui sont paradoxalement plus « sensibles » (ou les plus exposées) aux techniques de manipulation. Philippe Breton, l’un des meilleurs spécialistes français de la parole et de la communication, parle de cela dans son livre, intitulé : « La parole manipulée » (édition La Découverte), récompensé en 1998 par le prix de philosophie morale de l’Académie des sciences morales et politiques. La manipulation instaure une relation d’emprise totalement asymétrique, d’autant plus forte qu’elle s’inscrit sur le long terme. Il n’y a aucune égalité entre un manipulateur et sa cible. Dans sa version la plus féroce, il s’agit d’une prédation dont l’ »intentionnalité » est totalement éludée par la plupart des analystes qui se penchent sur ces questions là.

Mais nous commençons aujourd’hui à mieux connaître ces processus grâce aux travaux de certains neuropsychiatres, comme le docteur Muriel Salmona, présidente de l’association Mémoire traumatique et victimologie, qui décrivent comment le mécanisme de disjonction opère chez une personne traumatisée. Il se produit exactement la même chose chez quelqu’un soumis à des agressions psychiques répétées. Ce qui agit dans ce cas n’est pas l’intensité du vécu traumatique mais sa répétitivité. Ce que nous apprennent ces recherches corrobore la notion de « décervelage » décrite par le psychanalyste Paul-Claude Racamier, découvreur de nombreux concepts et néologismes parmi lesquels celui de la perversion narcissique. Nous savons maintenant comment fonctionnent les circuits neuronaux d’auto-inhibition d’une personne manipulée. Cette auto inhibition se traduit par un phénomène d’autodestruction dont les conséquences physiologiques peuvent être très graves. Le décervelage ne représente que la phase préalable d’une dévitalisation dont les effets se répercutent sur la santé mentale et physique du manipulé.

Comme souvent, la pluridisciplinarité favoriserait une meilleure compréhension des choses…

Je pense que pour aller encore plus loin dans la connaissance de cette problématique il serait nécessaire d’établir ce que le sociologue Edgar Morin appelle des « reliances » interdisciplinaires. Cela consiste à regrouper les connaissances de diverses disciplines telles la psychanalyse, la psychologie de la communication, les neurosciences, l’anthropologie, la sociologie, etc. qui toutes étudient la manipulation, la relation d’emprise et les conséquences de ces dernières sur les individus. Bref, ce champ d’investigation reste encore à défricher d’autant que des découvertes récentes effectuées dans le domaine de la biologie moléculaire et génétique viennent, elles aussi, étayer la thèse que des « agents stresseurs », tels que certaines manipulations, dégradent nos gènes et les rendent « muets ».

Vous écrivez que « la manipulation altère profondément la personnalité du manipulé ». En quoi consiste cette altération ?

Du fait de l’action du « décervelage », le manipulateur pourra dès lors « imprimer » son mode de pensée chez le manipulé exactement comme on grave un nouveau fichier sur un disque CD vierge. De nouveaux comportements vont alors apparaître et ces « transagirs », comme les nomme Paul-Claude Racamier, agiront tels des cliquets antiretour dans l’évolution de la personne manipulée. Selon la théorie de l’engagement empruntée à la psychosociologie, l’individu réajuste son système de pensée pour le rendre cohérent avec ses agissements. Cette réorganisation psychique provoque des dissonances cognitives chez la personne manipulée qui se trouve alors en conflit de loyauté entre ce que la manipulation lui « impose » de faire et les valeurs morales que ces nouveaux comportements transgressent.

Or, le conflit de loyauté est, d’après Ariane Bilheran, psychologue clinicienne auteur de nombreux ouvrages sur la question des violences psychologiques, le mode opératoire le plus fondamental de la torture. Cependant, pour que le manipulé ne puisse pas retrouver ses capacités psychiques, l’état de confusion mentale doit être soigneusement entretenu. Un des meilleurs moyens pour y parvenir réside dans l’utilisation du discours paradoxal que je formule ainsi : « Faites ce que je dis, mais pas ce que je fais et surtout puissiez-vous ne rien comprendre à ce que je vous raconte de manière à ce que, quoi que vous pensiez, quoi que vous disiez ou quoi que vous fassiez, je puisse toujours avoir raison ». Ce type de communication, qui tend à faire agir les unes contre les autres différentes aires de la personnalité du manipulé, génère des conflits de loyauté et est « schizophrénogène ». Pour le dire plus simplement, ce genre de communication rend « fou ».

Source Les gens les plus intelligents sont plus exposés aux pervers narcissiques : tempsreel.nouvelobs

Clément Artois

18 Commentaires

  1. Il ya aussi des gens intelligent qui sont victime de leur grande intelligence et tente de manipulé leur entourage …
    Un pervers narcissique est aussi victime de son défaut .. comme toute personne souffrant de pathologie psychologique

  2. J’ai vécu 9 ans avec une perverse narcissique.

    J’étais conscient de ses manipulations et que ses agissement étaient contraire à ses valeurs. Je me faisais toujours avoir et au final, je culpabilisé d’avoir résisté à ses demandes ou voulu des contrepartie à des choses qui devait être normale (aider pour le ménage, garder les enfants, etc) qui sont normale et innée dans une relation de couple normale.

    Au final, la relation c’est terminée car j’ai toujours résisté en espérant qu’elle change mais pour finir, j’ai dit non sur certains trucs et qu’il fallait s’investir 50/50 dans le couple. Elle est partie voir ailleurs et sans la culpabilité aucune de laisser ses enfants derrière elle et moi avec dans les difficultés financières dans laquelle elle m’a laissée.

    Malgré ma conscience de se comportement, je suis en manque d’elle. Je pense que c’est normale quand on s’est investi dans une relation mais que l’autre pas…

    Je ne sais pas si ce genre de personne peu changer. De ce que je lis, non, de ce que je vois d’elle actuellement, non (c’est même encore pire mtn)

    • Effectivement, on croit qu’on peut les sauver… Les sortir de ces jeux de roles, mais encore faut-il qu’ils le veuillent et comme c’est majoritairement la faute de l’autre… Le « non » est malheureusement le cas, très souvent…
      Le terme utilisé « manque » sans faire de psychologie est lié à une dépendance affective… Toutes les personnes ne sont pas attirées par ce type de personnalité… 50/50… Nous avons une faiblesse et ils en ont une, c’est tres simplifié…
      Le plus difficile est pour les enfants… À se construire dans ces conditions… Plein de bonnes choses pour la suite…

    • C’est à vous de changer pas à elle
      Elle est parti de trouver une autre victime
      C’est dans votre vie que tout se passe tout se joue
      Secouez vous et ne laissez plus jamais personne vous marcher dessus

  3. #Hé oui, j’en vie moi, et il me faudra beaucoup d’efforts pour y en sortir, tout ce que vous publiez sur les pervers narcissique est totalement vraie car je le vit au quotidien, au faites ce genre de personne sont simplement malade ce qu’ils ignorent

  4. Oui 25ans de vie commune avec 1 PN ! 1iere séparation , Je devait l’attendre , pendant qu’il batifolait ailleurs j’étais enfermée chez moi , je repassais ses chemises , je pouvais l’appeler que quand il avait de garde notre fille 1 semaine sur 2 et il venait quand il avait besoin de se divertir car mr a demandé le divorce … je suis retournée avec lui 1 an comme je n’avais pas ce qu’il m’avait promis … c’est MOI qui suis partie et la , j’ai carrément tout stoppé mais maintenant , il promet des choses à sa fille mais lui fait subir l’enfer car elle le considérait comme son dieu , son copain …. il y a tellement à dire ….meme si on s’en croit sortir , ils s’en prennent aux enfants !!!

  5. Très bonne analyse. Il faudrait rajouter que les ces personnes soumises sont éduquées à l être dès la petite enfance. L âge le plus vulnérable, avant mm que la personnalité soit construite. Pourquoi ? Parce qu inconsciemment les pn sentent la  » brillance » des victimes, qui deviennent leur jouet. Les pn ont l impression d exister à ce moment là. Car il n ont pas cette capacité au bonheur, , tout simplement.
    Tout cela reste inconscient bien sûr….

  6. Aucun retour, aucun partage n’est possible et une fois la séparation entamée, il ne faut surtout jamais revenir en arrière. Pour les enfants j’ai récupéré des preuves incontestables de manipulation, de même que pour moi. Si j’ai un conseil à vous donner, enregistrez vos conversations, vos scènes de disputes avec eux et réécoutez les ensuite. Vous serez surpris de ne pas vous reconnaître et de constater ce qui ne vont vous paraître que des détails mais qui accumulés deviennent des techniques toxiques et destructrices ! Surtout une fois votre conscience convaincue, ne vous retournez pas fuyez !!! Et vous constaterez dans la relation aux autres que ces détails sont des montagnes de bonheur et de partage en plus à l’extérieur. Je ressens tout ce que je suis avec d’autant plus de saveur que j’ai souffert de cette relation hautement destructrice !!!

    • Je suis la seule dans son entourage a avoir vu cette personne comme manipulateur et pn … ces amis sont fans de lui…
      Sa famille egalement… c’est dur … il est témoin aux mariages et admiré. .. j’en viens à me demander si comme il le dit ce n’était pas moi le problème…

      • J’étais moi aussi la seule à l’avoir repéré…ils excellent dans le paraître…il y a Dr Jekkyl et M. Hyde…

  7. Je suis assez âgé… et à l’école j’ai appris à chercher l’info moi-même…Et suis d’une nature curieuse…
    Déçu profondément par Mai 68, j’ai continué encore plus..
    Aujourd’hui il faut chercher l’info à l’étranger…! .. et en d’autres langues, car le français ne parle qu’une langue, c’est bien connu !!!
    C’est plus facile si on habite déjà à l’étranger,..En Suisse par exemple !

    Les étrangers (ceux qui ne sont pas dans l’Europe) sont très tristes de voir le peuple français dans l’état où il se trouve, ils n’en croient pas leurs yeux ni leurs oreilles !!

  8. j’ai vécu 18 ans avec un pervers narcissiques qui ne faisait que des allés et retour, et quand il y a divorce il ne peut plus s’en prendre a vous il s’en prend aux enfants (humiliation dénigrements, ma fille ne veut plus allée chez lui) faites suivre vos enfants et tout est une preuve sms appels téléphonique, relevé sur un cahier toutes les phrases assassines qu’il vous dit ça peut vous servir…et surtout ignorez le et soyez heureux…moi je revis !!!!
    courage a vous !!!!

  9. mon fils .est pn .batifole la derniere a vecue un enfer.mais allé dans son sens jusqu au jour ou elle a pris ses enfants et a quitter le domicile. nous avons des contacts avec nos ex belles filles pour les enfants .notre fils ne le tolere pas et nous a raye de sa vie.mais harcelement insulte pour nous nous avons du le bloquer. .moi pour lui je ne suis rien il as essayer de detruire notre couple .
    a ce jour il est parti loin de tous 24000klm . refaire sa vie avec une jeune femme..a tout laisser derriere lui 2petits .+2majeures
    a qui il nous a salis heureusement que les mamans sont intelligentes ..

    jamais nous aurions pensé que notre seul enfant est une conduite comme ça.nous avions cru ses mensonges mon mari etait fiere de lui . il a etait aimé je ne sais pas ce qui a pu ce passé.
    il n a aucun contact avec la famille tantes ect depuis longtemps.

    • Bonjour
      J’aivécu un an avec un manipulateur avec des « tendances pervers narcissiques  » … j’étais chaque jour denigree mais il ne l assumait jamais … quoiqu’il arrive j’étais fautive… c’était à Moi de changer….a moi d aller voir un
      . Lui n’avait rien à changer ..
      il n’est enfin plus dans ma vie mais je ressens un énorme vide…. il a plutôt bien reussit a tourner la page en quelques jours et je n ai plus aucune nouvelle…je lui en veux beaucoup d etre vite passé a autre chose pendant que je me sens demolie… que faire pour aller de l’avant et me reconstruire ? ….

  10. QUE ME DIRIEZ VOUS ? Il y a 8 mois, j’ai connu un jeune homme. J’ai connu cet homme par intermédiaire de mon frère qui vit dans mon pays, il vient de la même ville que ma mère. Je m’étais présentée, je lui ai dit que j’étudiais malgré ma surdité, que j’étais une fille très active et très débrouillarde, que je persévère fort pour réussir, il a dit qu’il allait me supporter en tout ce que j’entreprends. J’ai expliqué ma surdité que pour lui ma condition n’avait pas d’importance, qu’il m’acceptait tel que j’étais. On parlait en espagnol, je lui ai expliqué que je n’étais pas bonne en espagnol, car j’ai grandi à Montréal. Il m’a dit que j’étais intelligent et que j’étais une fille très forte.

    J’étais vraiment enthousiaste de l’avoir connue, trois mois après il m’a demandée d’être sa blonde, très émotionnelle, j’ai accepté. Comment, je n’ai pas eu beaucoup d’amies, de chum j’ai jamais eu, il m’a dit que j’étais innocente. Pour moi c’était le premier, wow, j’étais contente. Au début tout allait bien, il me parlait du futur avec, il m’avait inclus. Il me parlait de tout ce qu’il voulait faire dans le futur, ses projets, famille, enfants, maison, etc. Des promesses et qu’il était un homme de parole et de cœur, avec des belles paroles, imagines, blà blà (Il m’a endormi en tout croyant). Il m’a dit que j’avais une autre mentalité, que j’avais une belle personnalité, comment si je n’étais pas Latina, je lui ai dit que je ne sortais pas bcp avec des latinos. Bien sûr je lui ai dit que j’ai grandi dans la belle ville de Montréal et que j’avais autre mentalité dû à ma surdité (eh! Oui! les conséquences d’être sourde, isolement et difficultés à communiquer(croissante), perte de confiance en soi, sentiment de honte et peur d’être rejeté), (lire, écrire, parler et écouter est complètement différent) pas facile.

    Il y a presque 3 mois, on a eu notre première relation tout allait bien. Depuis de décembre, il commence à changer, la communication devient fluo, changeant souvent d’opinion, égoïste, cherchant toujours des prétextes et du chantage, il se sent ‘’macho’’ (il me parlait beaucoup des femmes; façon de dénigrer), il dévalorise, il n’accepte pas les critiques, Il est parfaitement efficace pour atteindre ses propres buts, il est très blessant. Il cherchait toujours à me dénigrer, il provoque un sentiment de malaise, il n’accepte pas les conséquences de ses actes. Je m’exprimais, je lui disais que je me sentais mal tous ce qu’il me faisait subir, il m’a dit que c’était moi qui à tout chercher (Il m’a blessée quand il m’a dit tout ça). Il me disait des choses comment par exemple, j’avais la mentalité d’une adolescence, que je n’étais pas encore réveillée face à la réalité, que je ne savais pas sur la vie, que je m’habillais mal, il me rebaissait, Il a mis ma dignité par terre, mon moral bas et il m’a fait prendre la confiance. Il me faisait douter, il ne me donnait pas la sécurité, ni la confiance. Je lui ai dit qu’il était inconscient et immature parce qu’il ne comprenait pas ma surdité, il a admis ses erreurs. Je lui ai dit que quand un homme aime vraiment une femme, il la protège, il l’encourage, ne la fait pas pleurer, il fait n’importe quoi pour rester avec elle, etc. Depuis que je lui ai dit tout, il ne dit rien. Il ne m’écrit pas bcp. Je ne lui écris pas non plus.

    JE SUIS VRAIMEMT DÉSOLÉE, J’AI TROP ÉCRIT. J’ÉSPERE QUE VOUS COMPRENNES CE QUE J’AI ÉCRIT ET MON FRANÇAIS.

    MERCI!

  11. Comment on sent sort quand on a passé le cap de auto destruction de sa propre personnalité, c’est ma mère qui m’a détruit malgré les 35 ans ou je me suis a peu près protéger elle a profiter d’un moment de faiblesse et maladie pour me mettre aux sol et detruire mon etre ?

  12. Il m’a quitté à deux reprises,pour la même,mais il a nié la deuxième fois.Entre temps,ce n’était qu’allers et retours,comportement de parasite qui ne s’investissait pas,reportait tous les torts sur ma personne.Se plaignait de ma suspicion,ma jalousie,mais c’est lui qui l’attisait,de façon perverse.Celà fait un an qu’il m’a laissé.Mais,récemment,il a aimé à deux reprises,deux infos postées sur fbk.j’ai craqué et lui ai demandé par message de ses nouvelles.Lui,va bien,a été content de me dire qu’il avait une copine depuis sept mois et qu’il allait emménager avec elle.Avec moi,il ne projettait rien.Je suis à nouveau anéantie de tristesse car je n’ai pas encor fait le deuil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *