Favoriser l’émancipation des cerveaux !

 

émancipation des cerveaux

Favoriser l’émancipation des cerveaux !

S’affranchir, se libérer de toute domination est une envie universelle et légitime ; sa mise en application commence en chacun, au cœur de notre tête. Le cerveau, l’organe de l’esprit, est composé de deux hémisphères cérébraux et diencéphale – ou cerveau reptilien. Ce fabuleux encéphale de 1400 grammes est le siège de nos facultés mentales : pensées, mémoire, raisonnement, conscience, sentiment, etc.

Il mérite donc une grande attention afin de développer son plein potentiel. En effet, puisqu’il est le siège de toutes pensées, des paroles et des actes, l’usage de notre ordinateur super-puissant conditionne notre évolution harmonieuse, elle-même pourvoyeuse de révolution si la situation nous y invite.

Approfondissons donc nos connaissances en matière de fonctionnement cérébral car les chercheurs font de perpétuelles découvertes enrichissantes. Ensuite, nous nous intéresserons aux actions bienfaisantes pour cultiver un esprit sain puis aux multiples agresseurs invisibles du QI et comment y remédier. Enfin, afin de rendre au souverain de notre royaume ce qui lui revient, nous conclurons sur les prodigieux pouvoirs de l’esprit et ses surprises possibles…

Fonctionnement neuronal

Le cerveau représente à peine 3% du poids de notre corps et utilise 20% de notre énergie corporelle. Il y a plus de 100 milliards de neurones, ces cellules de quelques microns concentrés dans la matière grise. Les neurones possèdent une extraordinaire capacité de communication puisque chaque neurone établit environ 10000 contacts avec d’autres cellules nerveuses grâce aux dendrites et axones.

Les neurones sont ainsi connectés entre eux par contact entre les dendrites formant les synapses dont le nombre est supérieur à 1000 milliards. L’information circule sous forme d’une activité électrique et de molécules chimiques, qui se propagent à travers les neurones sous forme d’influx nerveux, franchissant facilement les synapses grâce à des substances chimiques, les neuromédiateurs.

La production de nouveaux neurones ne s’arrête jamais, les nouveaux sont produits à partir de cellules souches. Cette capacité peut diminuer voir disparaitre, en cas de stress, selon l’environnement. Au contraire, la neurogénèse peut être multiplié grâce aux prescriptions suivantes, afin de garder l’esprit alerte.

Comment bien nourrir notre cerveau ?

Il existe tout un cocktail d’actions simples et efficaces à mettre en œuvre pour favoriser le bien-être du cerveau.
Le régime alimentaire à un rôle très important car la flore intestinale communique en permanence avec le cerveau. Un régime varié, riche en fruits, légumes et aliments complets incite à la prolifération de certaines espèces microbiennes concourant à la prolifération des neurones. A l’inverse, une nourriture peu variée, riche en sucres, graisses, favorise la prolifération d’espèces bactériennes qui ne permettront plus aux cellules de produire de nouveaux neurones.

De plus, certaines associations alimentaires sont très lourde à digérer, monopolise énormément d’énergie et ralentissent ainsi le bouillonnement cérébral. La pire des associations est la viande, les laitages et le gluten ; c’est-à-dire le hamburger. C’est donc ailleurs que dans les fast-foods qu’on ira refaire le monde…

La nourriture, qui sert de matériaux de construction des cellules, peut être un poison ou un médicament pour l’organisme. Ainsi les aliments cuits à trop haute température – aliments grillés, frits, gratinés – provoquent la « réaction de Maillard ». Ces composés sont neurotoxiques ; il convient de privilégier des cuissons vapeur, à l’étouffée ou de type wok (fort et très rapide pour décrudifier).

A l’opposé certains aliments favorisent la régénération des cellules comme les huiles végétales et les graines germées. Les huiles végétales doivent être non raffinée – 1ère pression à froid- ainsi elles conservent les acides gras insaturés indispensable au cerveau.

D’autres actions bienfaisantes…

La méditation est un moyen puissant pour agir sur le fonctionnement du cerveau mais aussi sa structure. Ainsi méditer augmente notre attention, améliore notre vigilance cérébrale, notre présence aux autres et au monde. Méditer ne consiste pas à ‘ne penser à rien’ ni à ‘faire le vide’. Il s’agit plutôt de laisser passer les pensées, sans s’attacher à aucune.

Une autre action importante : c’est l’action ! En effet, l’activité physique produit des substances chimiques qui agissent sur les cellules souches. Il s’agit de sport aérobies comme la marche, la course à pied, le vélo, si on les pratique 20 à 30 mn par jour. La preuve que la culture des muscles est compatible, même préconisée, pour celle des méninges…
Autre point intéressant pour stimuler vos neurones : fuir la routine. Le cerveau crée des autoroutes neuronaux avec nos pensées habituelles mais il convient de lui apporter idées fraiches et nouveaux apprentissages afin de défricher de nouveaux passages et d’ouvrir ainsi notre esprit. D’autant qu’il existe une infinité de sujets à exploiter.
Certaines parties de notre cerveau ne sont utilisés que si nous sommes exposés à autrui ; ainsi pour soigner son cerveau les relations sociales font aussi des merveilles.
Et, pour finir, l’une des meilleures actions bienfaisante est celle que vous pratiquez actuellement : la lecture ! La lecture quotidienne favorise également la longévité et le vieillissement réussi, comme tous les conseils précédemment cités.

Les agresseurs invisibles du QI

D’après le constat partagé par plusieurs scientifiques, le quotient intellectuel (QI) est en baisse ; tandis que les troubles du comportement et l’autisme sont en nette progression. Bien que leur identification soit parfois sujette à controverse, toutes les créations artificielles de l’homme peuvent être soupçonnées. Tout ce qui n’est pas dans l’environnement original et naturel de l’humanité peut éventuellement perturber l’équilibre précis de notre matière grise. Ainsi, les agresseurs potentiels sont multiples et croissants et il convient d’appliquer des principes de précaution pour prévenir plutôt que guérir.
Les pollutions électromagnétiques

Ces pollutions sont liées à l’exposition à des champs électromagnétiques. Les sources peuvent être naturelles – atmosphère, courants magmatiques, solaires… – et artificielles. Ces dernières peuvent avoir pour origine :

– les lignes à haute tension, les transformateurs et les moteurs
– des dispositifs industriels, scientifiques et médicaux
– les radars et certains dispositifs d’identification ou de détection de vol
– les réseaux de télécommunication sans fil (GSM, Wi-fi, TNT, etc)
– certains appareils électroménagers et électronique : four à micro-ondes, plaques à induction, l’ordinateur

Ces ondes traversent le corps humain ; peau et liquide céphalorachidien sont les premières zones concernées. Les effets sont athermiques (effets sensoriels) et thermiques : diminution de l’endurance, baisse de l’aptitude lors des tests psychotechniques. D’après l’Agence nationale de sécurité sanitaire, les ondes électromagnétique pourraient avoir des effets sur les fonctions cognitives – mémoire, attention, coordination – des enfants ( et nous sommes tous des grands enfants). Les experts ont également recensé des effets négatifs sur le bien-être (fatigue, troubles du sommeil, stress, anxiété) et à terme des troubles du comportement (agressivité…). Pire encore, elles abîmeraient nos cellules. Une étude européenne montrait une altération des molécules d’ADN dans des cellules humaines soumises plusieurs heures aux hyperfréquences.

L’application des principes de précaution est recommandée par la plupart des organisations et associations :

– éviter l’installation d’une famille sous une ligne haute tension.
– utiliser des gaines et des fils blindés pour le câblage électrique ou un interrupteur automatique de champs qui coupe la tension.
– limiter au strict nécessaire les sans-fils et utiliser une oreillette ou le haut-parleur, sans bluetooth.
– éviter de téléphoner dans des mauvaises conditions de réception, ou en grande vitesse.
– éviter de placer tout émetteur près des organes reproducteurs et du ventre pour les femmes enceintes.
– éteindre le portable et le Wi-fi dès que possible.
– préférez un câble réseau pour relier l’ordinateur au modem.
– ne restez pas devant le four à micro-ondes qui fonctionne.
– éloigner téléphone et radio-réveil pendant le sommeil.
Les perturbateurs endocriniens

Ce sont, selon l’Organisation mondiale de la santé, des substances chimiques d’origine naturelle ou artificielle étrangères à l’organisme qui peuvent interférer avec le fonctionnement du système endocrinien et induire ainsi des effets délétères sur l’organisme. Ainsi, nombre de produits chimiques – chlore, fluor, brome…- interfèrent avec l’iode, essentiel au fonctionnement de la thyroïde, un des principaux régulateurs de développement de cerveau. Ces perturbateurs sont partout : dans nos aliments, dans l’air, dans nos vêtements, dans nos cosmétiques, dans les jouets…En Europe, 143000 substances sont sur le marché.

Quelques conseils pour s’en protéger :

– utiliser du sel iodé car l’iode sature la thyroïde et bloque les perturbateurs.
– éviter les cosmétiques contenant des phtalates, du triclosan et des parabènes. Préférer le chapeau et une chemise à la crème solaire.
– limitez l’usage du plastique en cuisine. Préférer le verre et la céramique.
– aérer chaque jour votre intérieur.
– lavez vos vêtements neufs avant de les porter. Portez du coton, de la laine…
– utilisez des poêles en acier inoxydable plutôt que celles non adhésive.
– consommez plutôt des aliments biologiques.
– optez pour l’eau du robinet mise en bouteille en verre plutôt que les bouteilles en plastique.

Les écrans

La baisse du niveau intellectuel des étudiants Américains est proportionnel à l’introduction de la télévision dans les foyers. La moyenne horaire devant les écrans (télévision, ordinateur, téléphone confondus) est de 8 heures. L’ancien PDG de TF1 ne cache d’ailleurs pas sa mission ‘nous vendons à Coca-cola du temps de cerveau humain disponible’.

Les problèmes cognitifs que cela implique sont des soucis d’attention, des pertes d’imagination et de créativité. Dans les effets indirects, on constate des troubles du sommeil, d’addiction ou ceux liés à la sédentarité. Un adulte risque de finir avec des pathologies comme Alzheimer ; une heure passée à regarder la télévision augmente le risque de 30%.
Autre point important : la qualité de cette nourriture virtuelle. Le cerveau a besoin d’informations variés, l’écosystème numérique entraine un bombardement d’information certes…mais de quel contenu ? L’ensemble est bien trop souvent de qualité médiocre, voir anxiogène. Reste à chacun le choix de trier : choisir l’utile, ce qui nous fait comprendre et se débarrasser du futile.
Les pesticides

L’EFSA – Autorité européenne de sécurité des aliments – a reconnu que l’exposition a certains d’entres eux pouvait affecter de façon défavorable le développement des neurones et des structures cérébrales associées à des fonctions tel que l’apprentissage et la mémoire. L’exposition prolongée augmente les risques de tumeurs cérébrales. Les pesticides peuvent également favoriser l’apparition de maladies neurodégénératives comme Alzheimer et Parkinson.
Les moyens de prévention sont évidemment leur élimination autant que possible. Bien des alternatives existent au jardin, sans pour autant nuire au rendement. En cuisine, privilégier les produits cultivés biologiquement ; ou éplucher les légumes non bio (les pesticides se stockent dans la peau).
Les médicaments

L’objectif des anxiolytiques et des somnifères est d’empêcher le cerveau, celui qui cherche à comprendre, de fonctionner. Leur consommation permet de mettre le cerveau en ‘marche automatique’ en inhibant les principaux neurotransmetteurs. Leur utilisation chronique est donc une entrave à la production de nouveaux neurones, causant en plus une addiction possible. Les effets secondaires peuvent être des troubles de la mémoire et de la concentration, de la somnolence ou des troubles du comportement. Ainsi, mieux vaut ne pas en prendre sur une durée trop longue, de 4 à 12 semaines dans certains cas.

Les antalgiques opioïdes morphiniques agissent sur les neurotransmetteurs pour court-circuiter la douleur et ont un effet dépresseur du flux neuronal : ils peuvent donc être responsable de troubles de la mémoire. Ils sont donc à n’utiliser qu’en dernier recours. Même conseil pour les médicaments anticonvulsants qui entraînent aussi souvent des troubles de la mémoire.
Méfiance aussi pour les médicaments pour faire baisser le cholestérol : les statines. Certaines études pointent du doigt de possibles effets sur le cerveau, avec plus de troubles cognitifs.
Les additifs

Glutamate, aspartame, colorants, arôme naturel et autres poudres de perlimpinpin de l’industrie doivent être considérés avec méfiance. Les découvertes de ce qu’elles provoquent pour l’organisme ne peuvent compenser les intérêts qu’elles ont pour les industriels : dommage sur le cerveau, irritation de l’intestin, neurotoxicité, maux de tête …
Pour préserver sa santé, mieux vaut donc acheter des aliments bruts puis les préparer vous-même ; ou scruter attentivement les étiquettes…

Le pouvoir de l’esprit

Bien que le cerveau soit de plus en plus connu, il reste des pans entiers mystérieux qu’il est intéressant d’entrevoir pour élargir sa vision des possibles. Sans adhérer benoitement à toutes les propositions mystiques, certaines ont du charme et à chacun de les confronter à son ressenti pour savoir si elles peuvent bonifier le quotidien.
Méthode Coué

Emile Coué est un pharmacien né au 19ème siècle qui s’est intéressé à l’influence qu’un professionnel de santé peut avoir sur ces patients. Accueillie avec succès aux USA et en Allemagne plus qu’en France, la méthode Coué a donné naissance à de nouvelles approches ou techniques comme le placebo, l’autosuggestion, la sophrologie, l’Analyse transactionnelle et la programmation neuro-linguistique.

La méthode part du préambule que sur les milliers de pensées qui parcourt notre cerveau quotidiennement ; beaucoup sont négatives et inconscientes. Le but est de gagner du pouvoir sur notre esprit en le ‘reprogrammant’ pour progressivement modifier les pensées négatives, les croyances limitantes, etc.

Ainsi on peut s’auto-suggestionner grâce aux mots, aux images et au corps. Les affirmations sont des phrases courtes et positives qui remplaçent les anciennes idées négatives. La plus connue d’Emile Coué est la suivante ‘chaque jour sur tous les plans tout va de mieux en mieux’. L’autre possibilité passe par l’imagination, les sportifs, les militaires et certains médecins l’utilise pour visualiser les résultats escomptés. Et enfin on peut aussi utiliser le corps ; respirez par le ventre, souriez et tenez-vous comme celui que vous voudriez être !

La théorie du 100ème singe

Les jours où vous vous dites que votre contribution aux changements est inutile, rappelez-vous que vous êtes peut-être le 100ème singe ! Celui qui va créer le basculement vers une nouvelle compréhension du monde…
Sur une île japonaise, un macaque a un beau jour pensait qu’elle pouvait laver sa patate dans l’eau du ruisseau avant de la manger. Elle enseigna ce truc à son entourage et, phénomène étrange, à partir d’un certain nombre, par exemple 99, quand la pratique s’est étendue au centième singe, c’est toute la communauté qui s’est mise à laver ses patates, même ceux des îles voisines !

Cette théorie nous apprend qu’il suffit qu’un petit groupe adopte une position différente, choisit de se rassembler et de co-créer autour de valeurs vitales ; alors la magie peut opérer. Les choses peuvent changer de manière soudaine et irréversible et l’humanité dans son ensemble basculer dans un nouveau paradigme.
Pour conclure

Le portrait ainsi dressé du cerveau est aussi positif que négatif ; selon l’idée qu’on s’en fait… Ainsi prendre soin de sa boite crânienne ne demande qu’un peu de bonne volonté, qui bénéficiera en plus à la totalité du corps.

Et bien que les agresseurs du QI soient légions et en quantité croissante, on peut progressivement s’en protéger, les éliminer ; tout en oubliant pas d’affirmer que ‘les agresseurs du QI n’ont pas d’influence sur moi’.

On ne sait jamais…d’autant que cela pourrait être LA pensée qui fait basculer l’humanité !

Stéphanie Roussillon :Voir le profil

Eleonore Dubreuil

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *