in

Comment et pourquoi accueillir l’inconfort plutôt que de le fuir ?

Partager

Quand nous vivons une situation vraiment inconfortable, douloureuse, comme une peine, un rejet, un deuil, une perte, on nous a enseigné depuis que nous sommes tout petits à fuir cet inconfort, à chercher réconfort auprès d’une autre personne ou à se changer les idées en écoutant un film, faisant du sport, allant faire des courses, travaillant, en prenant un verre, ou d’autres manières de ne pas ressentir ce qui fait trop mal.

Annonce

Alors que nous pensons fuir ainsi la situation douloureuse, nous la refoulons plutôt au fond de nous. Dès lors, elle n’attend que la prochaine occasion pour remonter à la surface car nous ne l’avons pas réglée, nous ne l’avons pas accueillie, nous ne l’avons même pas vécue à fond, nous n’avons fait que la refouler. 

Mais nous ne pouvons pas fuir éternellement ce que nous avons à vivre. 

C’est ainsi que les scénarios répétitifs se créent : nous revivrons une situation semblable jusqu’à ce que nous ayons le courage et surtout assez d’Amour pour nous-mêmes, pour enfin accueillir cet inconfort, ce chagrin, ces sentiments qu’on aimerait mieux oublier.

Par contre, il ne s’agit pas non plus de se vautrer dans la douleur de l’événement douloureux et de créer ainsi une souffrance qui ne nous quittera plus, du moins jusqu’à ce qu’on décide de regarder ce que cette situation tente de nous dire.

Annonce

En fait, la Vie nous demande simplement (c’est simple mais ce n’est pas toujours facile!) d’accueillir l’inconfort ou la douleur qui est là, d’y rester présents, de ne pas chercher à la fuir, ni à l’analyser, ni à la rationnaliser, ni à la dramatiser. 

Mais aussi d’accueillir les faits, tels qu’ils sont, les émotions, telles qu’elles surgissent. 

Un peu comme lors d’un accouchement, lorsqu’on demande à la future maman sentant venir une contraction, de ne pas y résister mais d’aller respirer là où ça fait mal, de faire corps avec la contraction pour ainsi la laisser passer plus facilement que si elle lui résiste.

Car en effet, être totalement présent à son inconfort, sans chercher à le comprendre ni à l’expliquer mais juste être totalement là, accueillir la douleur sans se victimiser, permet à cette peine et ces sentiments de finir par passer beaucoup plus rapidement que si on leur résiste ou si on tente de leur trouver des solutions.

Annonce

Et le miracle de la Vie se présente chaque fois que nous faisons équipe avec elle :

c’est quand nous arrêtons de chercher ou de comprendre que les réponses se présentent d’elles-mêmes. La première fois, cela demande de la Foi : faire confiance au processus d’Amour et de libération de la Vie et s’y abandonner totalement. 

Pardon
Toutes les images / Pixabay

Nous n’avons rien à y perdre et tout à y gagner. Plus nous adoptons cet accueil inconditionnel, plus nous expérimentons ce processus, plus nous recevons des preuves que toujours, la Vie veille sur nous et nous envoie exactement ce dont nous avons besoin pour transcender la situation. 

Étonnamment, il y a une énorme puissance qui se libère lorsque nous arrêtons de forcer, de résister et de tenter de toujours tout solutionner, de toujours vouloir trouver toutes les réponses. 

Annonce

Quand nous cessons de vouloir tout contrôler tout seul, nous laissons toute la place à la Vie pour intervenir à sa manière. La Vie est tellement plus sage que nous : elle nous offre toujours les meilleures réponses à ce que nous avons besoin d’apprendre ou de libérer. 

C’est le contraire de ce que l’on nous a enseigné depuis toujours; plutôt que de résister ou de forcer, accueillons ce qui est là sans juger. Plutôt que de chercher toutes les solutions, laissons la Vie œuvrer à travers nous. Il s’agit de vivre ce qui doit être vécu et de savoir, profondément en soi, que les réponses viendront d’elles-mêmes, toujours. Pour peu que nous soyons patients et confiants.

En fait, nous devons apprendre à respecter tout ce qui nous invite à grandir. Chaque inconfort est minutieusement orchestré par la Vie lorsqu’il est temps que nous gravissions la prochaine marche. Comme une main tendue, elle veille constamment sur nous.

Diane Gagnon son site : dianegagnon.net

4.4/5 - (18 votes)

Publié par Clément Artois

Clément a toujours été très empathique et possède de grandes capacités d'écoute, lorsque les gens ont besoin de conseils dans leurs relations, c'est toujours vers lui qu'ils se tournent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Trop sensible ? trop intuitive ? trop empathique ?

Les fées de Yule : Un groupe de petites fées vivaient recroquevillées dans leur maison sous les racines d’un Chêne géant.