Que l’on pardonne une petite trahison ou un événement traumatisant

Annonce

pardonne une petite trahison
Pixabay

Nous avons tous souffert dans la vie, mais j’aime pardonner et oublier

Pour moi, l’expression «pardonner et oublier» représente un sentiment romantique plus qu’un véritable conseil de vie utile. Je crois que cela sert à adoucir et à mieux avancer plus sereinement les choses plus que cela ne guérit ou ne corrige les actes répréhensibles. 

Bien sûr, pour la plupart d’entre nous, nous n’oublions pas. Nous nous souvenons des blessures que nous avons subies et nous essayons d’améliorer notre comportement pour les éviter. Même si nous ne prêtons pas consciemment attention aux blessures ou aux douleurs dans nos vies, souvent notre corps se souvient d’eux, et que nous en soyons conscients ou non, elles affectent la façon dont nous vivons nos vies. Alors plutôt que de bannir nos problèmes, repensons la façon de les appréhender. 

Annonce

Que l’on pardonne une petite trahison ou un événement traumatisant, les situations ne sont pas comparables et les dégâts non plus.

A chacun de déterminer si et quand le pardon doit venir, mais voici ce qu’il peut vous apporter :

Pardonner n’est pas excuser

Pardonner ne signifie pas que l’on accepte sans broncher, que l’on « tend l’autre joue » ou que l’on cautionne ce que l’autre nous a fait.

La démarche est avant tout un cheminement intérieur que l’on fait pour soi et non pour soulager la conscience de celui ou celle qui nous a blessé. Simplement on ne donne plus prise à cet autre sur notre être.

Annonce

Pardonner apaise la colère

La rancœur, la haine, l’aigreur… autant de sentiments négatifs que l’on « traîne » lorsqu’une histoire n’est pas digérée. Or on le sait « la colère est mauvaise conseillère ». Plutôt que de se ronger intérieurement, il est parfois utile de regarder cette colère en face. Accepter qu’elle existe permet de passer à l’étape suivante.

Pardonner nous rend plus fort

Imaginez une personne qui vous a fait du mal et à qui vous décidez de pardonner. Sans sombrer dans le grandiloquent, vous en ressortirez grandi par la force et la volonté qu’il vous aura fallu pour en arriver là. Vous quitterez alors votre peau de victime.

Et à votre avis, qui de vous ou de votre « bourreau » aura ensuite le plus de mal ensuite à se regarder dans le miroir ?

Pardonner pour ne pas oublier

Accorder son pardon, c’est le contraire de l’oubli. On n’enfouit pas sa blessure et on ne joue pas les amnésiques : petite mesquinerie ou faute hautement répréhensible, une fois pardonné cet acte restera ce qu’il a été.

Annonce

En reconnaissant que « cela a bien eu lieu », il prendra sa place dans notre histoire personnelle.

Pardonner pour avancer

On a tous ressassé une situation désagréable. Cela peut aller plus loin en prenant la forme de blocages dans sa vie d’adulte (impossibilité de trouver sa place, de s’épanouir…) ou de maux physiques à répétition.
Pardonner permet de passer à autre chose et donc d’avancer.

De faire en sorte que sa vie ne soit pas réduite à un événement négatif mais qu’elle puisse se poursuivre.

Boris Cyrulnick nous rappelle avec raison que nos chemins de vie se situent sur une crête étroite, entre toutes les formes de vulnérabilités, génétiques, développementales, historiques et culturelles, et les mécanismes de protection, de dépassement mis en place. 

Clément Artois

Clément a toujours été très empathique et possède de grandes capacités d'écoute, lorsque les gens ont besoin de conseils dans leurs relations, c'est toujours vers lui qu'ils se tournent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *