in ,

Les traités d’éducation conseillent toujours de ne pas « gâter » les enfants par trop d’amour et de délicatesse

Partager

Durant l’enfance l’intelligence s’épanouit, l’esprit déborde d’interrogations. Plus nous nous intéressons au monde et cherchons le pourquoi et le comment des choses, plus notre conscience devient claire et notre esprit d’initiative se développe.

Dalaï Lama Tenzin Gyatso

Les traités d’éducation conseillent toujours de ne pas « gâter » les enfants par trop d’amour et de délicatesse (ce qu’ils appellent « l’amour mièvre »), mais au contraire de les endurcir pour les préparer dès le départ à la vraie vie. 

Annonce

Les psychanalystes l’expriment différemment en disant qu’il faut « préparer l’enfant à supporter les frustrations », comme si un enfant ne pouvait pas l’apprendre tout seul dans l’existence. 

En fait, c’est exactement l’inverse :

tisser des liens affectifs avec son enfant

Un enfant qui à reçu une véritable affection arrivera mieux à s’en passer, une fois adulte, que quelqu’un qui n’en a jamais bénéficié. 

Lorsqu’une personne est « avide » d’affection, c’est donc toujours le signe qu’elle cherche quelque chose qu’elle n’a jamais eu et non qu’elle ne veut pas renoncer à quelque chose qu’elle a eu en trop grande abondance dans son enfance.

Quelque chose peut de l’extérieur paraître une faveur sans en être une. Un enfant peut être comblé de nourriture, de jouets, de soins sans pour autant avoir jamais été reconnu et respecté pour ce qu’il était.

L’amitié tout comme l’amour, demande de la sincérité et de la confiance, sans cela, au fil du temps, le lien se rompt. Ce n’est pas un jeu ni un acquis. On ne possède personne, personne ne nous possède. Il ne suffit pas de prononcer quelques mots, qui n’ont aucune valeur, si les actes prouvent le contraire. Il suffit d’être vraie en toutes circonstances.

Annonce

D’oser dire les choses telles quelles sont, sans ne jamais mentir. D’être là dans les bons moments, comme dans les moments de doute. L’authenticité d’un être est un cadeau que l’on offre à l’humanité. Il ne faut jamais oublier que le temps ne nous appartient pas. Chérissez vos proches infiniment.

N’attendez pas qu’ils ne soient plus là, pour leur dire que vous les aimez. N’attendez pas demain pour oser dire à l’être qui partage votre vie, à quel point vous tenez à lui ( elle). La vie est courte et défile aussi rapidement que le vent.

Profitez du moment présent et des êtres qui vous sont proches, car demain peut ne jamais arriver…

Joëlle Laurencin

Auteur : Alice MILLER 

5/5 - (3 votes)

Publié par Clément Artois

Clément a toujours été très empathique et possède de grandes capacités d'écoute, lorsque les gens ont besoin de conseils dans leurs relations, c'est toujours vers lui qu'ils se tournent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

En hommage à toutes les femmes, si belles, sauvages, solaires…

Le seul vrai maître de l’être humain devrait être son DIEU intérieur