Cette bande dessinée explique pourquoi l’égalité des chances n’existe pas

bande dessinée

Cette bande dessinée explique pourquoi l’égalité des chances n’existe pas

Toby Morris est un artiste illustrateur et dessinateur, qui habite à Auckland, en Nouvelle-Zélande. Il vient de publier un livre dans lequel il raconte ses aventures en tant que nouveau papa « Don’t Puke On Your Dad: A Year in the Life of a New Father.”


Cette petite bande dessinée, intitulée « On a Plate » (« Sur un Plateau ») illustre à la perfection ce qu’est le privilège, et à quoi ressemble vraiment ce qu’on appelle « l’égalité des chances ». 

En plaçant ces deux individus côte à côte, on peut voir à quel point la sécurité financière, le capital culturel, l’endroit dans lequel on a grandi, est déterminant. Même si ces deux bébés ont grandi dans deux familles qui les aiment et qui les aident, leur futur va être radicalement différent.

 

Bande dessinée « Sur un plateau »
01 copy
02 copy

03 copy

Eh oui, c’est difficile de grimper l’échelle sociale quand il manque quelques barreaux au départ, n’est-ce pas ? Le problème n’est pas seulement l’inégalité des chances face à la réussite sociale (à moins de vivre dans une grotte, on en est tous plus ou moins conscients).

Non, l’un des plus gros problèmes, c’est également l’attitude que peuvent avoir certains qui ont eu la chance de réussir, et qui se montrent dédaigneux envers les autres. Le privilège existe , mais c’est déjà un grand pas en avant de se rendre compte de notre chance, si tel est le cas.

Bande dessinée @Toby Morris and The Wireless

Clément Artois

2 Commentaires

  1. Malgré une enfance difficile et le peu de ressources ,j’ai été très chanceuse de trouver un emploi à plein temps en sortant de l’école avec un Dep.
    J’ai postuler eue la chance d’avoir un emploi bien rémunéré avec avantages sociaux et fonds de retraite avantageuse.Je l’apprécie beaucoup.

  2. je me suis sentie un peu mal à l’aise avec cette bande-dessinée. peut-être parce que malgré une vie un peu comme Paula, j’ai eu la chance qu’on me « pistonne » pour un emploi. après j’ai fait mes preuves. mais j’élève mes filles pour qu’elles soient conscientes des facilités, et en même temps que tout ne tombe pas tout cuit dans l’assiette.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *